L'aéroport de Conakry a un nouveau gestionnaire qui va assurer la concession pendant 25 ans

Aeroport 13Le principal et unique aéroport international de Guinée entre dans une nouvelle ère. La société de gestion de l’aéroport de Conakry (SOGEAC) vient de céder le terrain à la société de gestion de l’aéroport de Gbessia (SOGEAG).

Les documents constitutifs de la nouvelle entité ont été signés en début de semaine entre les trois nouveaux actionnaires : l’État guinéen est le principal associé avec 34 % des parts, Aéroports de Paris (ADP) et Africa 50, filiale de la banque africaine de développement, ont chacun 33 %.

Pour le ministre des Transports, Aboubacar Sylla, cette mutation va permettre de mettre en place « une société performante et capable de gérer convenablement le secteur aéroportuaire guinéen ».

En vertu du nouveau contrat, « l’État guinéen met en concession l’aéroport de Conakry Gbessia pour une durée de 25 ans, mais au profit d’une société de droits guinéens dont l’État guinéen est lui-même actionnaire », précise le ministre. « Donc il ne s’agit pas de céder la gestion à une société étrangère comme cela se passe très souvent, comme cela s’est passé parfois aussi chez nous. »

La nouvelle structure investira par ailleurs 120 millions d’euros pour le projet qui va « permettre de disposer d’un nouveau terminal aéroportuaire de capacité beaucoup plus grande, peut-être même 3 fois la surface du terminal existant avec des équipements plus modernes, avec un management plus moderne », estime le ministre qui se dit satisfait de l’aboutissement de ce dossier dont « les discussions ont été laborieuses ».

Selon le calendrier, les travaux débuteront dans le courant de cette année et sont prévus pour durer trois ans. Une fois achevés, la capacité de la plateforme sera portée à 1,5 million de passagers par an.

Dans le cadre de cet investissement colossal « l’État guinéen ne s’engage pas au niveau de ce prêt ni en avançant un montant quelconque ni même en cautionnant ou en garantissant les prêts qui seront faits et ça ne grève pas la dette publique guinéenne », rassure Aboubacar Sylla.

Rappelons que la SOGEAC qui cède la place était une entreprise mixte détenue à 51 % par l’État et 49 % par les acteurs privés composés par l’Agence française de développement (AFD), Aéroports de Paris et la Chambre de commerce de Bordeaux.

Romuald Ngueyap

Source: Agence Ecofin

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site