Aide au développement : la France veut donner plus et mieux

Livret 20coordination 20sud 20aide 20publique 20au 20developpement 20pour 20les 20parlementaires
Les contributions aux ONG vont être doublées d’ici à 2022. Cinq grands domaines prioritaires ont été fixés : la stabilité internationale, le climat, l’éducation, l’égalité femmes-hommes et la santé. La feuille de route est fixée pour les quatre prochaines années. Le gouvernement français a révisé, jeudi 8 février, ses priorités en matière d’aide au développement, afin d’atteindre l’objectif fixé par le président Emmanuel Macron d’y consacrer 0,55 % du revenu national brut (RNB) en 2022.

Au terme d’un comité interministériel sur la coopération internationale pour le développement (Cicid), présidé par le premier ministre Edouard Philippe, Paris a recentré ses priorités autour de l’aide bilatérale. Les dons vont ainsi être renforcés, et les contributions aux ONG vont être doublées d’ici à 2022.

La partie bilatérale, qui constitue autour de 60 % de l’aide versée par la France, « représentera les deux tiers des moyens additionnels d’ici à 2022 », indique Matignon dans un communiqué, ce qui réduira légèrement la part de l’aide multilatérale (fonds européens, Banque mondiale…).

Le Liberia et la Gambie nouveaux bénéficiaires

L’Agence française de développement (AFD) verra ainsi son budget renforcé d’un milliard d’euros en autorisations d’engagement, afin d’« amorcer un grand nombre de projets bilatéraux dans nos géographies prioritaires », précise Matignon. Cinq grands domaines d’action ont été fixés : la « stabilité internationale », le climat, l’éducation, l’égalité femmes-hommes et la santé.

Aux dix-sept pays prioritaires de l’aide au développement française (Bénin, Burkina Faso, Burundi, Comores, Djibouti, Ethiopie, Guinée, Haïti, Madagascar, Mali, Mauritanie, Niger, République centrafricaine, République démocratique du Congo, Sénégal, Tchad, Togo), la France en a ajouté deux : le Liberia de l’ex-footballeur George Weah, ainsi que la Gambie.

Tombé à 0,38 % de la richesse nationale en 2016, le budget de l’aide au développement avait baissé de 140 millions d’euros en 2017, et n’avait augmenté que de 100 millions en 2018. Le niveau de 0,55 % n’a plus été atteint depuis 1995.

Source: Le Monde

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×