Calme précaire à Conakry avant l'appel à la manifestation nationale de jeudi

Images 268

Un calme précaire règne ce mardi matin en banlieue de Conakry, au lendemain d’une deuxième marche de l’aile dure de l’opposition guinéenne qui, selon les opposants, sera suivie, jeudi, d’une troisième, étendue à tout le pays, a constaté APA à Conakry.

Après sa première marche non autorisée dans les rues de la capitale, dédiée à l’insécurité, l’opposition guinéenne, qui s’est engagée dans un cycle de protestation ininterrompu, a appelé encore à manifester, mais sans décliner les itinéraires, et ce, malgré l’interdiction de l’autorité.

Contrairement à la précédente, qui s’est soldée par au moins deux morts, une cinquantaine de blessés et plusieurs arrestations, cette deuxième marche a connu des dégâts moins élevés.

Aucune perte en vie humaine, pour l’instant, mais des blessés, des heurts et des dégâts matériels.
Pendant que l’opposition guinéenne se rend au chevet de ses blessés alités dans les centres de santé, la haute banlieue de Conakry ressemble par endroits à un champ de guerre.

Certains citoyens qui avaient cessé leurs activités ont repris le chemin du travail, la peur au ventre. Beaucoup d’entre eux comptent s’approvisionner en nourriture avant de pouvoir se terrer à domicile dès le déclenchement de la prochaine manifestation de rue.

Pour cette fois-ci, l’opposition guinéenne, qui demande l’arrêt de l’insécurité, le gel des opérations électorales et l’annulation du calendrier électoral inversant l’ordre des élections, appelle à manifester sur l’ensemble du pays.

Source: APA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site