Ebola: bientôt un corridor humanitaire à partir de Dakar

Images 272

Le Sénégal accepte le principe de « l’ouverture prochaine » d’un corridor humanitaire depuis Dakar. Le Sénégal a fermé depuis près d’un mois ses frontières terrestres, maritimes et aériennes avec la Guinée, le Liberia et la Sierra Leone.

Ceci empêche les organisations humanitaires, qui ont leurs sièges régionaux dans la capitale sénégalaise, d’opérer depuis Dakar, comme elles en ont pourtant besoin.

Un accord de principe, mais quand et sous quelles conditions ? Les modalités restent à définir. Dans tous les cas, il ne s’agit pas d’un pont aérien, précise un expert, mais d’un corridor humanitaire. C’est-à-dire de l’autorisation pour un avion de l’ONU, par exemple, de faire des rotations deux ou trois fois par semaine entre l’aéroport de Dakar et les pays touchés par l’épidémie.

Dans son communiqué, le ministère sénégalais de la Santé mentionne les vivres et le matériel, mais n’évoque pas la question du personnel. Or, la communauté humanitaire a justement besoin de faire partir des médecins et des infirmiers, mais aussi des nutritionnistes, des logisticiens ou du personnel de sécurité.

Conseiller technique au ministère sénégalais de la Santé, le docteur Abdoulaye Bousso assure à RFI que ce corridor concerne bel et bien le personnel de santé.

« Ce qui est très important pour nous, explique-t-on du côté de Médecins sans frontières, c’est justement qu’on puisse faire partir des médecins. Or, jusqu'à présent, on n’arrive toujours pas à les faire rentrer et sortir, comme la situation sur le terrain le demande. »

Aménager une zone de transit

Les négociations vont donc se poursuivre. Il faut encore aménager une zone de transit sur l’aéroport. Un expert onusien rappelait la semaine dernière l’urgence de la situation, parlant d’une véritable « course contre la montre ». En tout état de cause, le ministère de la Santé est formel : aucun malade ne devra voyager via ce corridor.

Quant à l'étudiant guinéen contaminé, dont la présence avait été détectée le 30 août dernier, son état de santé s'est nettement amélioré. Le ministère rappelle qu'à ce jour, aucun autre cas avéré n'a été détecté par les services de santé au Sénégal.

Mouhamadou Mbodj : «Il faut un plan d’action rapide»

L'Union africaine s'est réunie ce lundi 8 septembre 2014 à Addis-Abeba pour tenter de limiter la propagation du virus Ebola. Mouhamadou Mbodj est l’une des figures de la société civile et le coordinateur du Forum civil, au Sénégal. Pour lui, cette mobilisation arrive un peu tard. Il nous explique pourquoi les responsables africains n'ont pas pris la mesure de cette crise sanitaire alors qu'elle les concerne en tout premier lieu.

Avec notre correspondante à Dakar,Carine Frenk

Source: RFI

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×