Guinée : Juges, magistrats et corps habillés, les plus corrompus selon un rapport ?

Alpha conde ne renonce pas a son projet de 3e mandatEn Guinée, les juges et les magistrats sont perçus comme étant la frange des fonctionnaires la plus corrompue, avec 56% des citoyens qui pensent qu’ils sont « tous » ou « la plupart d’entre eux » impliqués dans les affaires de corruption. Ils sont suivis par les agents des impôts (50%) et les policiers/gendarmes (49%), révèle un rapport du réseau panafricain de recherche Afrobarometer publié le vendredi 19 juin 2020.

Selon l'enquête réalisée entre novembre et décembre 2019, presque deux tiers (63%) parmi les guinéens interrogés (1200) estiment que le niveau de corruption a « beaucoup augmenté» ou « quelque peu augmenté» et les efforts du gouvernement de lutter contre ce fléau sont insatisfaisants. Désignant les juges et les magistrats comme étant les fonctionnaires les plus corrompus et la police le service public qui nécesite le plus le dépôt de pots-de-vin pour avoir accès au service.

D’ailleurs, une bonne partie des citoyens disent avoir fait recours à la corruption pour obtenir des services et avantages dans le secteur public. Les citoyens expriment aussi majoritairement avoir peur des représailles s’ils dénoncent des actes de corruption, souligne l’organisation dans son rapport. En revanche, si une bonne partie des citoyens manquent de confiance envers leurs dirigeants étatiques, ils accordent une grande confiance à leurs chefs traditionnels et leaders religieux.

Classée parmi les pays les plus corrompus dans le monde, la Guinée occupe la 130e place sur 180 pays de l’Indice de la Perception de la Corruption dans le secteur public de Transparency International (2019). Pourtant, le Président Alpha Condé a montré une volonté de lutter contre la corruption avec la nominations de Me Cheick Sako (ndlr ; janvier 2014 – mai 2020), au poste de ministre de la justice, qui a impulsé des réformes judiciaires pour éradiquer l’impunité. C’est dans ce cadre qu’en juillet 2017, une loi relative à la lutte contre la corruption a été adoptée, et il est souligné que désormais « les crimes économiques sont imprescriptibles ».

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site