Guinée: Lendemains du 2ème tour de l'élection présidentielle

Comme dans les jeux vidéo, je crois qu'il faut se rendre à l'évidence et se dire , à propos du 2e tour d'élection présidentielle en Guinée :game over (partie terminée) sur les résultats provisoires proclamés par la CENI et transmis à la Cour Suprême pour validation et publication : 52,50% pour Alpha Condé et 47,50% pour Cellou Dalein Diallo. Tels sont résultats de la confrontation, d'une part, d'une centaine de partis politiques autour du premier et, d'autre part , de cinq ou six partis autour du second. Il faut maintenant souhaiter bonne chance à la Guinée pour recoller les morceaux mais surtout prier le Tout-Puissant Allah que le camp de la victoire ait le triomphe modeste.

La situation apparaît en effet, , en comparant les deux chiffres, comme celle d'un pays coupé en deux morceaux, par delà la stricte observation de la règle constitutionnelle qui veut que la majorité absolue se compose de la moitié des voix plu une.

Sur ce plan, les comparaisons faciles que font certains avec le référendum de septembre 1958, doivent être évitées, sous peine de légèreté. Les résultats de ce référendum ont montré que 95% des Guinéens avaient fait le choix du NON contre l'appartenance à la Communauté franco-africaine et donc pour l'indépendance. Ce n'est pas au regard des 5% ayant choisi le OUI, c'est-à-dire le statu quo du Territoire de la Guinée française qu'on pourrait dire que le pays était divisé. Mais on a vu par la suite, comment cette très forte unité des Guinéens, en 1958, a été détruite au cours des 52 années qui ont suivi.

En novembre 2010, les proportions de choix: 52,50% et 47,50% doivent conduire Alpha Condé et son équipe à un savoir-faire de comportements et d'actions loin des tactiques politiciennes.

Je raisonne ainsi en connaissant les hommes et le fonctionnement des institutions de notre pays car il est peu probable que la Cour Suprême annonce d'autres chiffres fortement remaniés que les résultats provisoires contestés par le camp de Cellou Dalein Diallo et qui font l'objet de recours. D'ailleurs le Général Sékouba Konaté semble bien le ressentir ainsi qui s'empresse de dire ,avant le verdict de la Cour Suprême qu'il n'y a ni perdant, ni gagnant dans cette élection et qu'il faut se donner la main pour travailler ensemble (RFI). Certes mais dans une élection en démocratie classique, il y a toujours un gagnant, c'est celui qui a totalisé 51% des voix. Les mots du Général confirment seulement ce que chacun constate: la coupure du pays en deux. Même si cette coupure du pays en deux parts à peu près égales est réelle , il n'en reste pas moins vrai que sera, constitutionnellement Président celui qui aura la majorité absolue des voix. J'ai aussi écrit qu'il est peu probable, et c'est une répétition, que la Cour Suprême annonce d'autres résultats remettant totalement en cause ce que les Guinéens savent déjà, sur la base d'exemples passés dont il faut rappeler un, présent dans tous les esprits. C'est le verdict rendu par la Commission nationale d'enquête sur les massacres de septembre 2009 , présidée par le procureur Kouyaté. La conclusion de cette Commission avait été de désigner le seul Aboubacar Toumba Diakité, en fuite (pour d'autres raisons) comme responsable de ces massacres et de disculper la haute hiérarchie du CNDD. C'est à partir de ce genre d'exemple que l'on peut affirmer que le nouveau Président guinéen est déjà connu et se reconnaît comme tel . Ce n'est pas pour rien que le délai d'entre-deux tours (27 juin-7 novembre) a duré plus de quatre mois. C'est d'ailleurs, sans doute, pour apaiser les tensions après le verdict à venir de la Cour suprême , début décembre, que le Général Sékouba Konaté parle de ni perdant ni gagnant . S'il est, cependant, souhaitable qu'on recherche les voies et moyens de la paix sociale entre Guinéens, ce ne sont pas des formules alambiquées de ce genre qui règleront la situation.

Quoi qu'il en soit, et c'est une lapalissade, le pouvoir conquis par Alpha Condé va devoir faire face maintenant aux difficultés qui attendent d'être résolues compte tenu de l'impatience des Guinéens et des promesses qui leur ont été faites. Comme il s'agit de véritables travaux d'Hercule, il leur faudra encore de la patience. Pour la Guinée, je souhaite au Président Alpha Condé du succès dans son action pour l'unité nationale guinéenne et pour un début de remise sur pied de notre pays. Que faut-il ajouter pour le camp adverse, l'Alliance Cellou Dalein Diallo, pour lequel, sans états d 'âme, sans pari avec qui que ce soit et sans être membre, j'ai pris position ? Je crois que les états- majors des alliés de ce camp en savent plus long que ce que je pourrais écrire ici.

Ansoumane Doré

Dijon (France)

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×