Hommage aux victimes du 28 septembre 2009

Ma douleur au côté des siennes

Sous les fanfares des canons du 28 septembre 2009

La douleur d’un peuple martyr s’éternise

L’expression de la liberté tant confisquée

Tant accumulée, tant amassée, tant multipliée

Au fil du temps écorcée

S’élevait le vent de la liberté tant attendu

Sous les gazons des douleurs répétées

Des milliers d’hommes et de femmes s’entremêlent

En criant leur souffrance et leur rêve tant bafouillés

Douleur, ma douleur et les siennes anéanties

Les enfants d’une nation tant écorchés

Soudain retentissent les fusils de la haine

Soudain ralentit la marche d’un peuple oublié

Soudain brisé l’espoir d’une nation entière

Tous ensemble à genoux sous le joug des soldats guinéens

Loin des regards impuissants de l’histoire

Oui la pelouse du 28 septembre

Que reste-t-il en ce jour mémorable du 28 septembre 2009 ?

Le sang de ta jeunesse qui coulait de douleur et de souffrance

Le sang de ton peuple qui s’éparpillait ça et là

Le rêve d’un peuple qui s’est évadé

L’espoir d’une jeunesse qui s’est évaporé

Le rêve et la douleur, ma douleur qui s’entretuaient

Le stade du 28 septembre, mon symbole qui s’est vidé de sa liberté centenaire

Douleur, ma douleur et les siennes qui se bousculaient devant le chemin de la paix tant espérée

Tous ceux qui s’évanouiraient sous les canons de l’armée guinéenne

Tous ceux qui courraient, fuyaient de partout les balles et les gourdins des bérets-rouges

Toutes ces images qui se volatilisaient en temps réel

Tout ressemblait comme les champs de bataille autrefois

Douleur, ma douleur et les siennes qui s’engouffrent

Douleur, ma liberté qui me hantait

Tout se mélangeait et disparaissait

Toujours aux mêmes douleurs réitérées et préméditées

Douleur, ma douleur et les siennes sous les ruines de nos libertés endeuillées

Douleur, ma douleur et les siennes qui se rejoignaient et se libéraient contre les oppressions projetées

Ni soldats ni guerrier ne soumettra ma douleur et les siennes réveillées

Aux mêmes souffrances autrefois bâillonnées

Douleur, ma patrie ensevelie, plus jamais ça…

Alpha Issa Barry

Suisse

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site