L'avenir de la Guinée passe par l'implication de sa jeunesse dans son développement

cellou_barry.jpg

L’avenir de la Guinée réside dans la volonté de nos gouvernants à impliquer la jeunesse dans son développement. Ceci se traduirait concrètement par l’élaboration de politiques et de stratégies d’actions gouvernementales favorisant sa pleine participation dans le développement social, économique et culturel de notre pays.

La jeunesse guinéenne qui a été instrumentalisée par les différents régimes qui se sont succédés à la tête de notre pays se positionne de nos jours comme l’incontournable acteur menant vers le changement. Son poids démographique, sa conscientisation politique, sa solidarité, sa volonté de rompre avec la mauvaise gouvernance et sa soif de modernité font de la jeunesse une force au service du changement.

Bref, c’est une jeunesse bien éduquée, bien épanouie au plan professionnel qui construira la Guinée de demain. Rien de plus.

Une société guinéenne majoritairement jeune

Si l’on se fie à des statistiques publiées sur divers sites tels que celui de la CIA (CIA World Factbook - version de décembre 2007), la population guinéenne est estimée de nos jours à près de 10 millions (9.947.814 exactement en Juillet 2007).

Le plus intéressant dans cette nouvelle estimation démographique est la part importante des jeunes dans la population guinéenne. En effet, selon les estimations de 2007, les moins de 35 ans sont au nombre de sept (7) millions environ, soit 74 % de la population totale du pays. Autrement dit, sept (7) guinéens sur 10 ont moins de 35 ans.

La population guinéenne est donc majoritaire jeune. Il n’est donc pas étonnant que les différents gouvernements aient fait de la jeunesse une priorité. D’où la pertinence de réfléchir sur la façon dont le gouvernement guinéen entend répondre aux attentes des jeunes. C’est pourquoi, je voudrais partager mes expériences dans le contexte québécois en proposant quelques pistes d’action permettant d’inscrire les questions jeunesse en Guinée dans une approche multidimensionnelle.

L’instrumentalisation de la jeunesse par les pouvoirs en place

Les plus sages se souviennent encore de la Jeunesse révolutionnaire démocratique africaine (JRDA) de Guinée qui était le principal instrument de propagande du régime touréen. Ce mouvement avait ses ramifications dans toutes les sphères de la société y compris dans les écoles. Ses représentants étaient plus puissants à l’école que les professeurs et les administrateurs qui les craignaient du fait de leur mission idéologique et de leur proximité avec le pouvoir en place.

Plusieurs générations de jeunes ont été ainsi sacrifiées sur l’autel de la Révolution durant le premier régime. L’enseignement d’élite a été remplacé par un enseignement de masse où la propagande idéologique prévalait sur la qualité. Le régime touréen s’est appuyé sur les jeunes et les femmes pour assurer sa main mise sur notre pays.

Le CNDD qui dirige actuellement notre pays a voulu également s’appuyer sur la jeunesse pour assurer sa pérennité au pouvoir comme en témoigne la création d’une pluralité de mouvements de jeunes à sa solde. La lutte contre le chômage des jeunes constitue une des priorités du gouvernement actuel. C’est pour contrer ce fléau qui touche nos jeunes que le gouvernement Kouyaté a créé l’Agence de Promotion de l’Emploi des Jeunes – APEJ. Il aurait fallait toutefois songer auparavant à réformer le ministère de la jeunesse.

La structure gouvernementale publiée par les nouvelles autorités et sépare l’Emploi des jeunes avec ce ministère constitue un pas vers sa restructuration. Voyons comment une telle réforme pourrait se concrétiser.

Une scission du ministère de la jeunesse en deux Secrétariats serait souhaitable

Les politiques publiques en matière de jeunesse devraient s’inscrire dans une logique de rupture avec le passé. Autrement dit, au lieu de créer de nouvelles structures, le gouvernement devrait plutôt songer à réformer le ministère de la jeunesse, des sports et de la culture en scindant celui-ci en deux secrétariats d’états : le secrétariat à la jeunesse et celui chargé du sport et de la culture.

a) Le rôle d’un Secrétariat à la jeunesse (SAJ)

Le secrétariat à la jeunesse relèverait directement de la Primature. La jeunesse étant un dossier transversal au sein du gouvernement, il serait difficile en effet de l’attribuer à un seul ministre. La jeunesse doit être perçue comme un outil de développement et non plus comme un outil de propagande pour le pouvoir.

Le SAJ aura pour principal mandat d’assister le premier ministre dans l’exercice de ses responsabilités à l’égard de la jeunesse et d’assurer la coordination de l’action gouvernementale dans ce domaine. Il aura comme mission de surveiller et de coordonner toutes les actions du gouvernement en matière de jeunesse.

La mission du Secrétariat s’articulerait autour des objectifs suivants : assurer la cohérence des politiques et des initiatives gouvernementales en matière de jeunesse, notamment en exerçant son leadership auprès des ministères et des organismes concernés; soutenir les actions jeunesse, de concert avec ses divers partenaires, soit les organismes jeunesse œuvrant sur les plans national, régional et local; élaborer les politiques jeunesse gouvernementales, dont une Stratégie d'action jeunesse.

Le premier mandat du SAJ sera de s’atteler à la création d’un Conseil permanent de la jeunesse (CPJ). La création de ce conseil sous l’encadrement du SAJ éviterait que des organismes soi-disant représentant les jeunes au plan national fassent de la représentation auprès du Gouvernement. L’on se souvient des violences qui ont été enregistrés à Dalaba lorsque quelques organismes jeunesse manipulés par des commanditaires tapis dans l’ombre ont voulu mettre sur pied un Conseil national des jeunes de Guinée sans avoir au préalable fait de consultation nationale, régionale et locale pour légitimer leur démarche.

Le CPJ doit avoir un rôle de conseiller auprès du SAJ (le gouvernement) dans l’élaboration de ses politiques. Il servira aussi de force de pression pour amener le gouvernement à respecter ses engagements (concernant les jeunes) issus des accords tripartites de février2007. Ses membres seront nommés par décret sur la base d’une recommandation du SAJ. Leur mandat pourrait être de cinq (ans). Le président et le vice président seront rémunérés alors que les autres seront impliqués sur une base bénévole.

Toutes les institutions républicaines seront amenées à offrir un siège à un représentant du CPJ. Trois dossiers-clés doivent être inscrits à l’agenda de ce nouvel organisme : faire pression sur le gouvernement pour la mise en branle des travaux de la commission d’enquête qui doit faire la lumière sur les crimes commis durant les événements de juin 2006 et de janvier-février 2007. Il doit aussi s’attaquer à l’émigration clandestine des jeunes vers l’Europe en les mettant en garde contre les marchands d’illusions qui pullulent dans le pays présentement.

Enfin, il doit soutenir les enfants des victimes du Camp Boiro dans leurs démarches auprès du gouvernement visant la reconnaissance de leur cause.

Le Conseil des Ministres dans sa 25ème session du mercredi 31 octobre 2007 a autorisé le Ministère de la Jeunesse à organiser les 17ème Assises nationales de la Jeunesse, le 17 novembre 2007 à Kindia. L’organisation d’un tel être événement me semble hâtive dans la mesure où le ministère de la jeunesse a besoin d’une réforme auparavant. Cet événement doit être organisé par le futur Secrétariat à la jeunesse.

De plus, il est étonnant de constater que le Conseil des ministres a décidé de créer en plus un Fonds National pour la Promotion des Jeunes (FNPJ) dont le but serait de prendre en charge la question jeunesse dans ses dimensions d’insertion, de réinsertion et d’emploi des Jeunes.

Cet organisme remplacerait t-il l’Agence de Promotion de l’Emploi des Jeunes ? Ou bien ce Fonds servirait-il à financer les activités de cette Agence ?

Voilà des questions qui devraient être au cours des débats lors des assisses nationales de la jeunesse convoquées le 17 novembre prochain à Kindia. C’est lors de cette assemblée que la création de ces structures devrait en principe faire l’objet de discussions entre les jeunes avant d’être approuvé par le gouvernement.

La création d’un Secrétariat à la jeunesse éviterait dans le futur des improvisations de la part du gouvernement. Ce Secrétariat devrait être doté d’un budget récurrent et d’un personnel compétent capable de l’aider à remplir sa mission auprès des jeunes. Sa première entreprise visera à créer un organisme-conseil, soit le CPJ, représentatif de la diversité des jeunes qui sera leur voix auprès du gouvernement et d’élaborer une politique jeunesse ainsi qu’une Stratégie d’action jeunesse qui sera articulée autour des trois points suivants : améliorer la santé et le bien-être des jeunes, favoriser leur réussite éducative des jeunes et favoriser leur insertion professionnelle des jeunes.

b) Le rôle d’un Secrétariat aux sports et au tourisme

Le volet Culture sera rattaché au ministère de l’Éducation nationale et de la Recherche scientifique qui prendra désormais le nom de ministère de l’Éducation et de la culture. Le volet Sports quant à lui devrait être rattaché au Ministère du tourisme qui sera transformé en Secrétariat aux sports et au tourisme. Ce nouveau Secrétariat sera en charge de l’organisation, de la planification et du suivi des activités sportives et touristiques à l’échelle nationale. Il travaillera en étroite collaboration avec les instances régionales et locales qu’elle contribuera à mettre en place et à soutenir financièrement dans leurs activités. Je ne vais pas trop élaborer sur le rôle et les actions à entreprendre par ce Secrétariat puisque le sport étant la principale activité valorisée jusqu’ici par le ministère de la jeunesse.

Une structuration de la jeunesse guinéenne sur une base citoyenne s’impose

Il est crucial que la structuration de la jeunesse guinéenne se fasse sur une base citoyenne. Cela signifie que les jeunes doivent s’organiser au sein d’associations à vocation citoyenne qui seront leur porte parole auprès du gouvernement. Ils doivent également faire entendre leurs voix sur plusieurs dossiers et ne pas se limiter à revendiquer la création de maisons de jeunes ou à bloquer la relève de la retraite. Leur véritable revendication auprès du gouvernement devrait plutôt s’articuler autour de la création d’un Secrétariat de la jeunesse. Même s’ils représentent une force au plan démographique si les jeunes ne sont pas bien organisés, leurs actions seront très limitées.

Je partage le diagnostic de Sidimé (correspondant de www.nlsguinee.com à Dakar) sur l’état désorganisé de la jeunesse guinéenne.

Même si le Conseil permanent de la jeunesse (CPJ) sera la voix des jeunes au sein du gouvernement, il est impératif que les jeunes s’organisent autour d’associations spécifiques. Par exemple, les associations étudiantes peuvent se regrouper au plan national au sein d’une Fédération étudiante universitaire de la Guinée (FEUG).

Les associations des élèves du secondaire et du collégial quant à elles pourront se mobiliser au sein d’une Fédérations étudiante collégiale et secondaire de la Guinée (FECSG). Chacune de ces associations nationales seront évidemment représentées dans nos différentes écoles et universités.

Les jeunes entrepreneurs qui sont déjà représentés par la Jeune chambre de commerce devraient servir de modèle pour les jeunes artistes, les jeunes travailleurs, les jeunes ouvriers etc.…afin qu’ils s’organiser en associations qui défendront leurs intérêts auprès du Secrétariat à la jeunesse, c’est-à-dire auprès du gouvernement. Cette restructuration de la jeunesse se fera évidemment sur la base de la concertation et de la consultation comme cela se fait dans tous les pays à régime démocratique.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site