L’opposition décide poursuivre les manifestations et de retirer tous ses représentants au sein du gouvernement et des institutions républicaines

leaders-oppisition.jpg

L’opposition guinéenne a décidé lundi de poursuivre leur manifestation dispersée lundi par les autorités et de retirer leurs représentants au sein du gouvernement et des institutions républicaines, en signe de protestation contre le "refus du pouvoir à organiser les élections législatives libres et crédibles". Dans une déclaration publique à la presse, le porte-parole de l’opposition composée du Collectif des partis politiques pour la finalisation de la transition et de l’Alliance pour la Démocratie et le Progrès (ADP) Aboubacar Sylla, a précisé que ces décisions font suite à des multiples tentatives de dialogue avortées entre l’opposition et le gouvernement guinéen, dans l’organisation des élections législatives prochaines, qui doivent mettre fin à la transition politique entamée depuis l’élection présidentielle en décembre 2010.

Au nom des leaders politiques de l’opposition, M. Sylla a dénoncé la répression violente par les forces de l’ordre ( gendarmerie et police) de la manifestation programmée par l’opposition sur l’autoroute "Fidel Castro" et qui devrait se terminer sur l’esplanade du stade du 28 septembre dans la commune de Dixinn, où un meeting d’information et de sensibilisation était prévu à l’encontre des militants et sympathisants de l’opposition radicale.

Les membres de l’opposition ont également signalé des nombreux cas d’arrestations et des cas de blessés de certains de leurs militants lors des déplacements des leaders qui ont rallié, très tôt le matin le domicile de Lansana Kouyaté, leader du Parti de l’espoir pour le développement national (PEDN) dans la commune urbaine de Matoto.

Par cette attitude, les leaders ont déploré ce qu’ils qualifient de "dérive dictatoriale" du pouvoir en place, qui s’oppose à toute manifestation de la vérité et à tout respect des lois relatives au fondement d’une démocratie et d’un Etat de droit en Guinée.

"Tous les représentants des partis politiques de l’opposition qui siègent au sein du gouvernement actuel, au sein de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), au sein du Conseil national de transition (CNT), sont demandés à rejoindre leurs structures de base sans délais" a déclaré le porte-parole de l’opposition.

Tout en exprimant leur détermination à porter plainte dans les juridictions compétentes contre le pouvoir, pour "tentative d’assassinat", "coups et blessures", "violation de domicile", "vol et destruction de biens", le collectif et de l’ADP exigent la libration immédiate et sans condition de tous ceux qui ont été arrêtés dans les rangs de l’opposition.

Source:Xinhuanet

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site