L'opposition appelle à manifester le lundi 13 Avril pour dénoncer " l'insécurité galopante dans le pays"‎

Index 182

Au terme d'une rencontre à huis-clos, tenue lundi soir au domicile privé du président de l'union des forces républicaines (UFR), l'opposition guinéenne a décidé de reprendre ses manifestations de rue dès le lundi 13 avril, pour disent-ils, dénoncer le climat d’insécurité galopante, qui règne dans le pays.

Mouctar Diallo, leader des nouvelles forces démocratiques (NFD), s’exprimant au nom de ses pairs au sortir de la réunion, déclare à cet effet que ''L'opposition va organiser une manifestation contre l'insécurité planifiée par le pouvoir en place, à partir du 13 avril. Une marche à laquelle nous allons associer la société civile, les défenseurs des droits humains et les diplomates''.

Par ailleurs, les leaders de l’opposition ont aussi tenu à exprimer toute leur solidarité à Aboubacar Sylla, leur porte-parole, qui a prétendu  avoir été victime de tentative d'assassinant le week-end dernier.

''Nous exprimons ici de façon nette, claire, que nous soutenons M. Aboubacar Sylla et nous exprimons toute notre solidarité face à l'agression qu'il a subie, à la tentative d'assassinat.''

A propos, les opposants au régime d’Alpha Condé, disent prendre très au sérieux les attaques perpétrées à l'encontre des leaders d'opinion dans le pays et promettent de donner des preuves accablantes de leurs accausations contre le pouvoir.

'' Nous ne pouvons pas accepter que les guinéens soient des lapins sur lesquels on doit tirer. Son cas n'est pas isolé, c'est un cas de plus. Il y a eu beaucoup des citoyens guinéens qui ont été tués sans que justice ne soit rendue'', a rappelé Mouctar Diallo, qui au passage, accuse nommément le Président de la République, d’être responsable de cette situation.

''Nous allons vous faire de révélations en vous apportant des informations claires pour vous démontrer que c'est un plan machiavélique qui été monté pour assassiner des leaders politiques. Nous vous donnerons des preuves troublantes que nous ne sommes plus dans le cadre d'un jeu politique, mais nous sommes en train d'assister à un État criminel, voyou et sauvage ''.

Synthèse: BAYO Abidine

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site