L'UFDG ou l'échec par négligence

 

Toujours sous le choc de la fraude électorale du RPG/PDG, comment pouvons-nous expliquer que cette supercherie ait réussi si facilement ?   Bien qu'il faille remettre les choses dans un contexte  où les dés étaient pipés dès le départ, il faut reconnaître et admettre que l'UFDG a aussi pleinement contribué à notre probable défaite par tricheries électorales par négligence suicidaire ; comme dit la chanson : « lorsque vous empruntez le chemin de ''je m'en fous'' ; vous allez vous retrouver au village de ''si je savais'' ». 

Au risque de barber certains, nous allons encore une fois de plus ressasser le fil de la défaite annoncée à cor et à cri avant les élections du 7 novembre 2010 par le RPG certain alors du succès de sa forfaiture ''future''.  Puis faire des suggestions sur l'attitude et actions possibles face à ce cataclysme politique et social qui va frapper la pauvre Guinée.

 

Tout d'abord, il faut rectifier un mensonge très répandu et abondamment répété par les médias et certains acteurs politiques parlant de la Guinée : les élections n'ont été ni libres ni transparentes et il y avait bel et bien un ''Président'' sortant !

Peut-on dire que les électeurs ont voté librement lorsque certains sont déracinés de leur territoire et pourchassés à cause de leur patronyme supposé ?

Peut-on parler de transparence lorsque le président (Le Sieur Sangaré) fait fi de cette catastrophe humaine provoquée, y organise nonobstant le scrutin et surtout refuse l'attribution correcte -preuves à l'appui- des voies à chaque candidat ?

Le ''Président'' sortant s'appelle Alpha Condé qui a pris le pouvoir de facto juste après le premier tour car Sékouba et J.M.Doré sont à ses ordres.  Le RPG dirige véritablement le Pays depuis lors.

 En fait, le ''Professeur'' est président de la Guinée depuis juillet 2010 et les élections ne devaient servir qu’à lui donner une apparente légitimité pour la Communauté Internationale.

Cela clarifié, voilà les erreurs commises chronologiquement  par l’UFDG:

         N'est-ce pas Sékouba qui présidait la fameuse commission des audits qui a tenté et échoué d'incriminer Cellou Dalein sous Dadis ?  Ce dernier s'était même offusqué de cette manipulation grotesque.  Pourquoi et comment ce même Sékouba changerait-il en quelques mois vis-à-vis de Cellou Dalein?  L'UFGD aurait dû le considérer comme un ennemi hypocrite  même s'il assure la tête de l'État.  Que vous le ménagiez ou pas, cela ne changera pas ses sentiments!   Bien sûr, je ne suggère pas qu'il faille l'affronter de front (il est armé) mais considérer ses actes avec suspicion et chercher les pièges.  Et surtout ne pas hésiter à dénoncer ces positions et actes iniques si nécessaire.

         Quelle ''folie'' de s'être laissé imposer J.M.Doré sachant sa réputation de fourberie qui remonte au temps du PDG?  Et puis pour des politiques (et non des politiciens), les dirigeants  de l'UFDG aurait dû comprendre qu'un ''leader'' politique ou considéré comme tel ne peut être neutre dans un processus électoral!  Car homme/femme politique et neutralité politique sont antinomiques !  Il/elle  aura toujours ses préférences liées à ses intérêts immédiats ou à long termes a fortiori en Guinée ou l'honorabilité est une vertu inconnue chez nous (jusqu'à présent!).  Donc à défaut de le faire remplacer par quelqu'un d'honorable et apolitique (affiché), contrairement à Sékouba, ils devaient ouvertement s'opposer à lui sachant qu'il est pour l'adversaire, le RPG.  Qu'il soit sur la défensive et doive se justifier.  

         Les fameux Accords de Ouaga prévoyaient, à juste titre, l'envoi en Guinée d'une force civile et militaire lors du scrutin pour préserver la paix.  Sékouba et ses alliés ont créé la FOSSEPEL pour endormir Cellou Dalein et il a mordu à l'hameçon, hélas encore une fois.  Comment peut-on faire confiance à des hommes en armes dirigés par Sékouba et qui ont déjà montré leur cruauté et aversion pour une communauté bien ciblée?  Il n'y a pas de génération spontanée, surtout en bien!   Il n'y a eu aucune sanction depuis 2006 et les hommes en tenue se considèrent intouchables.  Pourquoi changeraient-ils?  Cellou Dalein dans l'intérêt de la sauvegarde de ses militants aurait dû exiger l'application de ces accords en intégralité, un point et c’est tout !  Tous les militaires et policiers guinéens ne sont pas mauvais mais ceux qui sont aux postes clés le sont.  Voilà le problème !  Avec la vie d'enfants, de femmes et d'hommes en jeu, l'UFDG ne devait prendre aucun risque avec ces brutes en armes. Encore, hélas!

          Après le premier tour, Louncény Camara a été identifié comme le ''voleur'' de procès-verbaux (une centaine) de la Commune de Ratoma qui a peut-être empêché Cellou Dalein de l'emporter au premier tour.  Des sites Internet avaient pourtant révélé dés début juillet 2010  l'intention du RPG d'introniser ce dernier comme président de CENI pour organiser leur hold-up électoral.  Que fait l'UFDG?  Une simple lettre à l'institution sans médiatisation intensive au moins,  à défaut de faire un tapage.  Une fois à la tête de la CENI, Louncény Camara fait venir des ingénieurs en informatique (d’Afrique du Sud où Alpha Condé était aussi allé à la même période)  sous des prétextes fallacieux,  des ordinateurs disparaissent avec des incendies plutôt opportuns pour les faussaires.  Et malgré la mobilisation des autres institutions républicaines et leurs propositions pour trouver une solution rapide à la crise de la CENI, Sékouba laisse à Louncény Camara le temps nécessaire pour perfectionner sa forfaiture avant de trouver le fameux Général Sangaré, complaisant et certainement partie du plan vu son comportement ultérieur.   Pour nous, la défaite de l'UFDG a été scellée en laissant Louncény Camara au sein de la CENI sans exiger son départ pour fraude juste après le premier tour au lieu d'attendre jusqu'à son élection pour réagir.  Incroyable !   A-t-on marabouter les leaders de l'UFDG ou quoi?!  Ils espéraient que cet individu allait rester tranquille au sein  de la CENI?   Erreur  fatale pour beaucoup de pauvres innocents aujourd'hui !

         Avoir accepté qu'il s'écoule 4 mois entre les deux tours en réaménageant tout le processus pour donner du temps et les moyens à l'adversaire de peaufiner son plan.  Le nombre de bureaux  de vote qui passe à 10 000 (+/-), l'élimination des votes par récépissés et donner la liste électorale au RPG qui en a confectionné des listes fictives.  A ce point, il aurait été judicieux d'exiger que les 22 autres candidats reviennent participer  au scrutin puisque la donne a complètement changée.  Les scores de tout le monde auraient certainement changé et qui sait si le RPG aurait atteint le second tour?   L'UFDG aurait dû d'exiger l'immixtion de la CEDEAO et l'UA au sein de cette CENI pourrie et incapable d'organiser seule le second tour.  Il faut savoir opposer son intransigeance lorsque ses intérêts sont vraiment menacés: Cellou Dalein et son alliance ne l'ont-ils pas senti en août 2010?!

         Last but not least, après une apparente intoxication alimentaire (ce qui arrive tous les jours partout dans le monde de façon accidentelle) et non confirmée à ce jour, les militants supposés de l'UFDG sont pourchassés et certains sauvagement assassinés particulièrement dans deux préfectures du Pays, le président de la CENI, le Général Sangaré en fait fi, ne le mentionne même pas et propose une date pour les élections comme s'il n'y avait pas eu tragédie humaine et mort de personnes.  Au lieu de refuser de participer aux élections dans ces deux préfectures car il y a violations des lois électorales par ces actes sauvages, l'Alliance UFDG pousse la stupidité jusqu'à signé un protocole d'accord promettant d'envoyer des représentants dans ces zones (pour se faire agresser?).  Nous tombons des nues, tant la tâche a été facile pour le RPG/PDG pour voler ces élections.    

Tout ce que nous pouvons conclure sur cet aspect est que les féticheurs de Kouroussa sont très forts!

Avec tout ce qui précède, Cellou Dalein aurait dû jouer la carte de l'assiégé, seul contre tous et se débattre en conséquence.  Ce qui est du reste vrai.  Et qu'avait-il à perdre?  Sékouba, J.M.Doré,  Alpha Condé et les autres ne l'aiment pas de toutes façons ; et ils le lui ont soit clairement dit ou fait savoir.  Donc pourquoi avoir prétendu que tout allait bien alors que le contraire était évident pour tout le monde?   Les ménager ou non n'allait ni changer leurs plans ni leurs sentiments hostiles envers Cellou Dalein!   En tous cas, aujourd'hui nous ne voyons pas la juste rétribution de cette politique policée et d'encaissement sans broncher de Cellou Dalein : car on tue des supposés militants de l'UFDG impunément et la presse française le fait passer pour le ''méchant'' fauteur de troubles.  Qui est finalement le dindon de la farce?

 

Que faire maintenant que les jeux sont faits?

Tout d'abord, nous devons nous ressaisir et accepter que le pouvoir nous a échappé (pas la défaite électorale) parce que les leaders que nous avons supportés ont été très naïfs (coupablement); ils ont  manqué de ''punch'' et de témérité (nécessaires dans ce cas) face à une machine infernale armée et faite de PDGistes localement expérimentés en fraudes et complots. Malgré cela, le challenge n'était pas désespéré : on rentre en politique pour relever des défis en apparence impossibles.

Il faut maintenant que l'UFDG accepte d’embaucher des professionnels en communication pour restaurer  la vérité, l'image de Cellou Dalein et surtout intensément publier ses trouvailles en termes de fraudes électorales : Alpha Condé sera certainement président mais affaibli par son manque de légitimité.

L'alliance Cellou Dalein doit aussi s'assurer que les législatives se fassent le plus vite possible avec une vraie CENI et se constituer en opposition forte plutôt qu'en partenaire politique du RPG.  Car partager le pouvoir avec Alpha Condé peut être socialement recommandable pour calmer les frustrations et amertumes mais politiquement dommageable: l'échec éventuel de la gouvernance sera partagé et tout succès ne sera attribué qu'à Alpha Condé.  Donc attention, réfléchissez bien pour ne pas rester d'éternels perdants!  L'alliance  Cellou Dalein devra faire un choix très pernicieux à effet de boomerang.

Et surtout, pour rien au monde, il ne faudra négocier et renoncer à poursuivre en Guinée (même sans espoir, l'effet d'annonce suffira) et dans les pays qui l'acceptent (Europe et USA) les commanditaires, auteurs et apologistes des cruautés perpétrées au Pays contre la communauté peule.  Cellou Dalein devra faire le serment qu'il n'aura la paix de l'âme que lorsqu'il aura obtenu justice pour tous ceux qui ont été lâchement violentés, mutilés, violés parce que supposés le supporter: c'est le moins qu'il peut faire.

Voilà le minimum que nous pouvons suggérer sachant que l'avenir de la Guinée avec le retour des nostalgiques du PDG sera très incertain et encore sanglant si rien n'est fait pour les arrêter : le chien ne change jamais sa manière de s'assoir!  

Wait and see!

Ibrahima Diallo-''Ollaid''

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site