Lancement des travaux de l'Institut Pasteur de Conakry

Institut pasteur de guinee 1

La première pierre de l'Institut Pasteur de Conakry a été posée vendredi par le président guinéen Alpha Condé et le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, cinq mois mois après la fin du dernier épisode d'Ebola dans le pays.

L'accord de coopération pour la création de cet Institut Pasteur a été signé en novembre 2014 lors d'une visite hautement symbolique du président français François Hollande, en pleine épidémie d'Ebola, a souligné M. Ayrault.

"La France est un partenaire historique et nous avons été présents au plus fort de l'épidémie, mais aussi dans la phase post-Ebola, avec 300 millions d'euros d'assistance au total", a déclaré le ministre, qualifiant ce nouvel institut de "symbole de cette solidarité que la France apporte à la Guinée".

Cet établissement, le 33e du réseau international des instituts Pasteur, aura pour mission de répondre aux urgences épidémiques, participer à la surveillance et à la recherche sur les maladies infectieuses et former et les scientifiques guinéens dans la prévention des épidémies, dans le pays et la sous-région.

Les travaux doivent durer deux ans. En attendant, l'université Gamal Abdel Nasser de Conakry a prêté des locaux pour établir un laboratoire de transition et héberger l'équipe de l'Institut Pasteur.

Ce laboratoire permettra de démarrer dès 2017 les travaux de recherche et de formation des étudiants et scientifiques guinéens. L'Institut Pasteur de Guinée a inauguré ses activités en octobre par un cours de biologie moléculaire.

Il disposera d'une unité de recherche en virologie qui se concentrera sur les maladies à potentiel épidémiologiques, notamment les arboviroses et les virus à fièvre hémorragiques (Ebola, fièvre de Lassa, fièvre jaune, fièvre de la Vallée du Rift...).

Par ailleurs, des programmes de recherches permettront de renforcer la surveillance épidémiologique en liaison avec les laboratoires de la sous-région, notamment ceux des Instituts Pasteur de Dakar et d'Abidjan.

Par ailleurs, une réunion ministérielle régionale sur les liens entre santé humaine, santé animale et environnement s'est achevée vendredi à Dakar.

"On estime que 75 % des maladies émergentes infectieuses qui apparaissent chez l'Homme ont pour origine des pathogènes se transmettant des animaux ou des produits animaux vers les personnes", selon un communiqué des organisateurs, soulignant que la récente épidémie de maladie à virus Ebola en Afrique de l'Ouest illustre parfaitement le problème.

"D'un seul cas dans un village reculé, vraisemblablement causé suite au contact avec un animal infecté (dans le sud de la Guinée en décembre 2013, NDLR), le virus s'est propagé pour atteindre plus de 28.000 personnes", selon le texte, faisant plus de 11.000 morts.

Source: AFP

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site