Lansana Kouyaté : "La manipulation ethnique est une réalité"

L’ex-Premier ministre Lansana Kouyaté, rallié à Alpha Condé pour le second tour de la présidentielle, estime que les conditions ne sont pas réunies pour éviter le « chaos » lors du vote du 19 septembre. Comme le chef du gouvernement de transition, Jean-Marie Doré, il estime que la Ceni ne doit pas organiser seule le scrutin.

Les nuages s’accumulent-ils au-dessus du second tour de la présidentielle guinéenne, prévu le 19 septembre prochain ? Après les déclarations du Premier ministre Jean-Marie Doré, qui souhaite  changer la constitution entre les deux tours, c’est au tour de Lansana Kouyaté,  rallié à Alpha Condé, de mettre les pieds dans le plat. Dans un entretien à l’AFP, accordé à Abidjan, le président du Parti de l'espoir pour le développement national (PEDN) et ex-Premier ministre (de 2007 à 2008) dit craindre un second tour chaotique.

« Comment voulez-vous que les gens puissent croire que le scrutin du 19 septembre se déroule dans le calme, alors qu'il est déjà  plombé par le premier» tour, dit Kouyaté. « Les positions sont tranchées. Aujourd'hui, la manipulation ethnique est devenue une réalité. (...) Tout cela est gros » et représente « un danger réel » pour le second tour, estime-t-il.

« Nettoyer » le système informatique de la Ceni

Pis, Lansana Kouyaté redoute « le vote ethnique et le repli, qui pourraient déboucher sur le jusqu'au-boutisme où certains disent : c'est notre tour. (…) Il faut craindre des affrontements opposant un camp composé majoritairement de Peulhs et l'autre de Malinkés, de gens de la forêt et de la basse côte », précise l'ancien Premier ministre, qui évoque « une bipolarisation dangereuse » pour le pays.

Arrivé quatrième lors du premier tour, Kouyaté est le porte-parole d'une « alliance arc-en-ciel », regroupant des partis qui se sont ralliés à l'opposant historique Alpha Condé, parvenu au second tour avec 18,25 % des voix. Il est opposé à  Cellou Dalein Diallo qui a obtenu 43,69 %.

Sans prôner une révision constitutionnelle comme Jean-Marie Doré, suspecté d’être favorable à Alpha Condé, Kouyaté estime qu'il « ne faut pas aller n'importe comment » au second tour. Il préconise par conséquent le « nettoyage » du système informatique de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), afin d'éviter les fraudes et irrégularités du 27 juin qui avaient provoqué recours en série.

Levée de boucliers

En clair, une co-organisation du scrutin par la Ceni et le gouvernement est souhaitable à ses yeux. « La Ceni était partisane au premier tour, elle le sera au second », affirme-t-il. « Elle sera comptable de tout ce qui peut arriver à ce pays. Une mauvaise élection peut entraîner le chaos », a-t-il averti.

Sa position rejoint donc celle de Jean-Marie Doré qui souhaite associer le ministère de l'Administration du territoire et des Affaires politiques à l'organisation du second tour, au détriment de la Ceni. Une proposition qui a provoqué une levée de boucliers contre M. Doré, le parti de Cellou Dalein Diallo et la société civile allant jusqu'à demander sa démission.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×