Le gouvernement guinéen se défend de réprimer sous couvert de Covid-19

GuineeLe nombre de cas de contaminations officiellement déclarés a passé les 2.000, s’établissant à 2.009 pour 11 décès, selon un nouveau bilan communiqué vendredi. L’augmentation rapide des chiffres suscite l’inquiétude dans un pays pauvre d’environ 12 millions d’habitants durement éprouvé par Ebola entre fin 2013 et 2016.

Human Rights Watch a accusé les forces de sécurité d’avoir poursuivi les actes de harcèlement et d’intimidation et les arrestations arbitraires de membres de l’opposition après l’apparition du Covid-19 en mars. Disant s’être entretenue avec une trentaine d’interlocuteurs, elle a exprimé dans un communiqué publié le 29 avril l’inquiétude que “le gouvernement instrumentalise la crise (sanitaire) comme excuse pour réprimer la dissidence et bafouer les droits humains”.

Cette période a vu les autorités maintenir des législatives et un référendum constitutionnel controversés qui ont été émaillés de violences le 22 mars.

Dans une première réaction publiée vendredi, le ministère de la Sécurité récuse les mots de répression “violente” contre l’opposition et parle “d’opérations de maintien de l’ordre”. Il réfute aussi “catégoriquement” que les arrestations de membres de l’opposition aient été arbitraires.

Certes il y a eu des morts le 22 mars, mais toutes les violences de ce jour-là “résultent des actions du FNDC pour empêcher des citoyens guinéens d’aller voter”, dit le ministère.

Le Front national pour la défense de la Constitution est le collectif qui mène depuis des mois la contestation contre une réforme de la Constitution et contre le projet prêté au président Alpha Condé de briguer à 82 ans un troisième mandat fin 2020. Des dizaines de civils ont été tués dans la protestation.

Source: AFP

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×