Les Bouchers de Guinée

62469-1430662957160033-372650210-n.jpg

Qu'est ce qui se dit en Guinée dès que l'opposition menace de manifester dans la rue? Immédiatement des campagnes de sensibilisation sont lancées dans les radios, la télé, dans les quartiers pour dissuader les jeunes de répondre à l'appel des méchants politiciens qui n'aiment pas la paix.

Oui , on les conseille de ne pas suivre ces politiciens qui veulent envoyer à la boucherie les enfants des autres. C'est cette phrase qui me révolte: envoyer les enfants des autres à la BOUCHERIE. Et cette opinion est largement partagée, j'ai même suivi un spot de l'UNICEF à la RTG sur ce thème.

En fait, le problème est mal posé et le coupable n'est pas celui qui est exposé à la vindicte populaire: le politicien irresponsable qui fait tuer les enfants d'autrui. Le politicien ne fait que l'usage d'un droit constitutionnel, le droit de manifestation garanti par l'article 10 de notre constitution.

Nous devons nous poser la question de savoir est ce qu'il est normal d'avoir une boucherie pour des êtres humains? L'existence de bouchers qui ont pour bétail les citoyennes et citoyens guinéens est-il normale? Sommes-nous vraiment du bétail bon à être tuer sans aucune compassion? Aujourd'hui en occident de bonnes âmes s'offusquent même sur la manière d'égorger les animaux qui selon eux souffrent. Nous nous trouvons normal que des militaires, des gendarmes et des policiers au service de la République abattent des citoyennes et citoyens guinéens qu'ils sont chargés constitutionnellement de protéger et défendre contre tout danger. Au lieu de s'en prendre à l'Etat et donc aux dirigeants qui commanditent les massacres de nos compatriotes, nous pointons du doigt celles et ceux qui se battent pour le respect de nos droits. C'est le monde à l'envers.

Depuis le retour des civils au pouvoir fin 2010, des dizaines de nos compatriotes ont été tués par balles réelles par les forces de l'ordre. Aucune enquête n'a été diligentée pour retrouver les coupables et leurs commanditaires. Par contre, l'Etat a sévi contre les manifestants qui ont été pour la plupart battus et transférés en prison, puis jugés et condamnés. Ces jeunes ont subi des humiliations, des conditions dégradantes. Antoine Soropogui le sait, parce qu'ils étaient près de 200 manifestants entassés dans une cellule. Il a failli mourir par étouffement.

C'est immoral. C'est inacceptable. C'est une négation de la valeur de l'être humain. Quant je pense à tous ces jeunes gens tués à la fleur de l'âge depuis nos premières manifestations pour l'instauration de la démocratie et de l'état de droit de 1990 à nos jours, avec tous les massacres innommables de 2007 et 2009, je suis révolté contre ceux qui oublient leur sacrifice et une fois au pouvoir continuent la même politique répressive contre les combattants de la liberté. Nous sommes encore dans le règne de l'animalité, une bestialité qui ne s'applique même pas aux animaux dont les chefs de clans protègent et défendent les siens contre les ennemis extérieurs. Nous le voyons à longueur de journée dans les différents documentaires sur les animaux. Dans l'histoire humaine, il est arrivé et il arrive qu'un chef extermine un peuple ennemi, mais un chef qui extermine son propre peuple est unanimement condamné.

Le moment est venu pour que les chefs de notre pays cessent de verser le sang des guinéens. Depuis cette terrible indépendance, oui, elle a été une catastrophe pour nous car des milliers de guinéens ont été assassinés, nous avions été humiliés et asservis par une caste de dirigeants violents et incompétents qui ne nous ont laissé aucun choix que la misère généralisée. Qu'on se regarde en face, ce qui compte pour moi,c'est le fait qu'on soit tous des noirs qui se plaignent du racisme des colons européens, mais une fois libérés de leur joug, qu'avons nous fait contre nous-mêmes.

Nous avions réclamé notre indépendance au Général Charles de Gaulle, à qui je rends ici hommage parce qu'il a tenu parole en nous l'accordant sans aucun obstacle après le non du 28 septembre 1958, nous avions donc invoqué notre DIGNITÉ. Nos dirigeants qui ont pris la place des colons français ont-ils tenu parole? Ont-ils traité dignement le peuple Guinée. Non, ils nous ont faire vivre l'INDIGNITÉ. Ils ont arrêté, torturé et exécuté des milliers d'entre nous y compris leurs compagnons de l'indépendance dont certains sont morts sous la diète, c'est a dire privés d'eau et de nourriture jusqu'à ce que mort s'en suive atrocement. Cette terreur s'est abattu sur toutes nos communautés nationales. Aussi, ce sont nos bourreaux qui manipulent l'opinion en couvrant leurs crimes abominables en inoculant le virus de  la division ethnique en nous.

Ayons le courage et la force de faire comme les français qui ont banni Philippe Pétain, condamné à vie pour trahison à la nation française. Pourtant, il a été maréchal de France, le vainqueur de Verdun, libérateur de la France, héros de la première guerre mondiale. Ses glorieux faits d'armes n'ont pas effacé la honte qu'il a fait subir à la France durant la deuxième guerre mondiale. Et ils ont honoré le Général Charles de Gaulle qui n'a pas abdiquer et s'est battu pour rétablir l'honneur de la France contrairement à Pétain. Nous devons donc rejeter énergiquement nos petits Pétain pour tout le mal qu'ils ont fait subir aux populations guinéennes.

Je vous remercie.

Alpha Saliou Wann

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site