Les deux camps s’accusent mutuellement de manipulation des chiffres

014102010182403000000celloualphaguineeEn Guinée, après que l’UFDG, principal parti d’opposition, a déposé son recours auprès de la Cour constitutionnelle pour contester les résultats de la Céni qui ont donné le président Alpha Condé vainqueur dès le premier tour, le RPG, parti au pouvoir a décidé de contre-attaquer, en attendant le verdict de la Cour, qui ne sera susceptible d’aucun recours.

Avec notre correspondant à Conakry,  Carol Valade

Au terme de son rapport final, l’UFDG affirme, échantillons de procès-verbaux à l’appui, que les résultats publiés par la Céni au terme du processus de centralisation ne correspondent pas aux résultats sortis des urnes. Notamment dans la région de la Haute Guinée, réputée fief du parti au pouvoir.

« Les dépouillements ont été délocalisés, les procès-verbaux ont été remplis de façon fantaisiste comme toutes choses qui sont contraires à la loi et qui justifient qu'on demande purement et simplement l'annulation, tellement que les dysfonctionnements ont été massifs. Une solution objective et non partisane serait de publier les procès-verbaux ce qui permettrait à chacun de se faire son opinion », Ousmane Gaoual Diallo, directeur de la communication de l’UFDG

Hors de question, répond Alhoussein Makanera Kaké, rapporteur de la commission communication du directoire de campagne du RPG. « L'UFDG est dans une logique de manipulation du taux de participation et la non prise en compte de différents bureaux de vote pour faire baisser l'électorat du RPG arc-en-ciel. Donc il n'y a pas deux comptages de voix, parce que même si on recomptait mille fois, on reviendrait aux mêmes résultats. »

La Cour constitutionnelle doit rendre son verdict d’ici la fin de semaine. Elle peut prononcer soit la proclamation des résultats définitifs, soit l’annulation et la reprise du scrutin.

Hier la plupart des commerces, des marchés et des écoles étaient fermés dans la capitale. L’appel à manifester lancé par l'UFDG, principal parti d’opposition, qui conteste les résultats de l'élection présidentielle semble avoir été peu suivi, hormis par les commerçants qui ont gardé porte close. Un important dispositif sécuritaire était déployé le long de la route qui traverse les quartiers réputés favorables à l’opposition mais aucun rassemblement n’était visible.

Source: RFI

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×