Mémorandum remis par la coordination de l'opposition extra-parlementaire (COEP) au Président de la République

Images 282

Comme annoncé dans le communiqué relatif à l’audience accordée le mardi 16 septembre 2014 par le Président de la République, à la coordination de l’opposition extra-parlementaire (COEP), cette dernière était à l’occasion, porteuse d’un mémorandum, dont le contenu vient d’être rendu public. Lisez…

MEMORANDUM

 

A L’ATTENTION DE SON EXCELLENCE MONSIEUR LE PRESIDENT

DE LA REPUBLIQUE DE GUINEE

CHEF DE L’ETAT

 

Partis Politiques Signataires

(UNR-FIDEL-ADN-PUD-PTG-RRD-PUL)

  Septembre 2014

Monsieur le Président de la République,

Comme chacun le sait, la Guinée malgré, des débuts prometteurs à l’indépendance le 2 octobre 1958, n’a connu qu’une longue succession de régimes dictatoriaux, qui en ont fait l’un des pays les moins avancés de notre sous-région et de notre continent.

Que ce soit en 1958, 1984, 2008 et en 2010, à chacun de ces tournants importants de l’histoire de notre pays, le Peuple éprouvé de Guinée s’est remis à espérer que les leçons chèrement payées du passé devraient être pleinement tirées, afin que la Guinée entame enfin sa marche en avant vers la Démocratie, la Justice Sociale, la concorde et le bien-être.

Aujourd’hui encore notre pays, La Guinée, traverse une crise grave, profonde à la fois Politique, Economique, Sociale et Morale avec des soubresauts ravageurs dont les conséquences menacent inéluctablement notre existence en tant que Nation.

Le Contexte National est un contexte de Pauvreté caractérisé par des Indicateurs Sociaux et Economiques singulièrement faibles, exprimés et établis sur la base des données d’Institutions réputées comme la Banque Mondiale (BM), le Fond Monétaire International (FMI) et l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Il est établi sur la base de ces données que notre pays traverse une crise multidimensionnelle qui transparait dans le domaine social, sanitaire, politique et économique et met en exergue la paupérisation de près de six millions (6 000 000) de guinéens.

L’anatomie générale de l’Economie d’hier et depuis votre accession à la magistrature suprême de notre pays l’a rendue incapable de créer de la richesse et de l’emploi. L’Injustice sociale s’est aggravée, l’Impunité, l’Exclusion et la Corruption endémique se sont étendues, marquées par un environnement d’insécurité quotidienne dans nos villes et villages.

La COEP dont la doctrine et la vision politique prônent la Fraternité des Ethnies vaincra les Inimités, les Exclusions et conduira notre pays vers des Lendemains Meilleurs. Elle se veut être une organisation patriotique, imbue et convaincue de son devoir. Elle a l’honneur de présenter ce Mémorandum qui est la synthèse d’Observations majeures d’acteurs et d’entités politiques sur l’état de notre pays et qui se veut être un document qui n’a pas pour objet de faire ressortir des acquis, mais plutôt de mettre en relief les faiblesses afin de mieux asseoir nos réflexions quant à leurs solutions et à l’avenir de notre Pays.

C’est à ce titre qu’il fait  ressortit de notre part, les CONSTATS ci-après:

A - Volet Politique

Le Processus Politique engagé après le décès du Général Lansana CONTE a conduit à une Transition militaire difficile dont le Couronnement fut votre Election à la Magistrature Suprême de notre Pays.

En effet, notre peuple extenué par plusieurs décennies d’oppressions et de crises politiques, d’injustice et de corruption avait besoin de changement. Contrairement aux années 1958-1984, et 1993-2008, le changement ambitionné en 2010 se voulait démocratique, d’où les Elections Présidentielles de l’année 2010. Celles-ci  étaient le résultat d’une âpre lutte menée par tout le peuple de Guinée pour l’instauration d’une Démocratie et d’un Etat de Droit.

Il nous revient aujourd’hui en tant qu’Acteurs Politiques de participer à la vulgarisation et à la consolidation de la démocratie et de l’Etat de droit et de mettre en évidence votre slogan « Ensemble, changeons la Guinée ».

Il est à noter que cet élan s’est vite estompé, vu les Clivages Communautaristes et Ethniques entretenus dans le Paysage Politique par des divergences profondes quant à la conduite du processus démocratique engagé pour la mise en place de nos Institutions Républicaines. (Assemblée Nationale, Cour Constitutionnelle, Cour des Comptes, etc.)

Les Péripéties engendrées par ces contradictions ont mené à l’Organisation de manifestations populaires de l’Opposition Républicaine, ayant dégénéré et entrainé des pertes en vies humaines, des blessés graves, des dégâts matériels importants.

Cet état de fait nous a détourné de notre Préoccupation de Développement et entrainé des retards considérables dans la mise en œuvre des Objectifs indispensables au bien-être de nos populations.

Pour preuve :

- en 2010, l’indice de développement humain (IDH) était de 0,380 contre 0,392 en 2013 soit une augmentation insignifiante de 0,012. (Source PNUD)

- 47% des guinéens sont en deçà du seuil de pauvreté. (Source / Cia Fact book, 2013)

- en 2010, le produit national brut per capita s’élève à us$1.100, ce qui plaçait la Guinée 218/228 dans le monde.

Il est vrai Monsieur le Président de la République et nous le savons, que le Développement a pour base la Paix, la Justice et l’Equité.

Si hier la République de Guinée, fière et jeune, reflétait le symbole d’une Afrique Unie, il est regrettable de constater que notre pays s’est essoufflé de ses contradictions futiles marquées par le rejet de l’autre ainsi que du non-respect des Valeurs Fondamentales de notre Etat, entrainant des violations graves aux Libertés Publiques et aux Droits Humains. Le non-respect des Dispositions Constitutionnelles (art. 36 entre autre) ne favorise ni la transparence, ni la sincérité des actes posés par les pouvoirs publiques.

Les Affrontements de N’Zérékoré (plus de 500 victimes), Koulé, Galapye, Diécké, Guéckedou, Siguiri, Beyla, Mamou, Dalaba, Gaoual, Lelouma, les tueries de Zogota, Conakry, Kissidougou, Koulé, Galapaye, Siguiri, Saoro, Diécké et les incidents récurrents à travers le Pays (Porédaka, Gaoual, Dinkoli etc. ….), ainsi que les diverses manifestations à caractère social, liées à la pauvreté grandissante de nos Populations et à la spoliation incontrôlée des terres de nos paysans n’en sont qu’une Illustration.

La Réaction inappropriée, Hésitante, Fragile et Incohérente de la Puissance Publique ainsi que l’impunité n’ont pas permis l’émergence de la Vérité et de la Justice.

Plus que jamais donc, la Guinée, vit toujours avec les démons du passé et reste un pays déchiré, divisé, sans aucun consensus et incapable de mobiliser toutes ses énergies pour une œuvre commune de Construction Nationale.

Excellence Monsieur le Président,

La mondialisation dans son contexte de nos jours et le caractère Jeune de notre population sont des facteurs exigeants une réflexion approfondie et une approche nouvelle et utile mettant en exergue leurs besoins et leurs préoccupations de tous les jours.

Ce défi doit prévaloir à la mise en place d’une Politique Efficace et Moderne afin de palier à une explosion de toutes ces attentes.

Il est vrai, que les efforts consentis par le Peuple de Guinée ainsi que l’apport de la Communauté Internationale et des pays amis ont conduit au Dialogue et à la Concertation pour nous sortir des blocages dans lesquels nous nous étions conduits.

 Les Accords du 03 Juillet 2013 ont suscité à cet effet un nouvel espoir pour nos populations d’où l’Organisation des Elections Législatives dans la Paix et la Sérénité. Cet acquis devrait logiquement se consolider par le Respect des Engagements pris  conformément à nos Lois et la clarté de nos démarches.

Malheureusement, l’Intolérance et le manque de Confiance des uns envers les autres ainsi que le manque de volonté politique malgré le consensus obtenu au Palais du Peuple en juillet 2014 entre l’Opposition, la Mouvance, le Gouvernement  et les facilitateurs, entrainent encore des blocages nouveaux susceptibles de favoriser la violence et la fragmentation de notre unité, dont vous êtes, Excellence Monsieur le Président, le Garant Constitutionnel depuis votre Serment du 21 Décembre 2010.

Sur le plan politique, la Guinée, notre pays a besoin donc de rassembler ces Filles et Fils dans un élan de Solidarité en s’appuyant sur sa Diversité et surtout sur la volonté des uns et des autres à contribuer à son Emergence, à la cohérence de ses Valeurs et de ses Convictions et la mise en évidence de ses Intelligences et Croyances, clé de voute d’une Nation forte.

La Guinée l’a été hier, elle a le devoir de le rester aujourd’hui et de le demeurer.

Le tissu social guinéen a résisté à toutes les difficultés politiques que le pays a connues et traversées depuis son Indépendance.

Nous avons tous le devoir, vous davantage Monsieur le Président de la République, de le Maintenir et de le Pérenniser.

B/- Economie

Le renouveau politique né de l’accession d’un civil à la tête de l’Etat Guinéen avait fait naître de grands espoirs quant au réveil de l’Economie Guinéenne plombée par l’inflation galopante et l’absence de cadre attractif pour les Investissements.

La Situation Economique et Financière héritée de la transition était certes catastrophique, mais ne doit pas à elle seule, justifier la détérioration des Conditions de Vie de nos populations et la Démission de nos Structures d’Orientation, de Suivi et de Pérennisation de nos Acquis.

L’arrêt et la fermeture de l’usine de Fria, des Grands Moulins de Guinée et la faillite de la Sotelgui sont des exemples vivants.

Les performances macro-économiques sont certes salutaires, mais n’ont eu aucune incidence sur la vie quotidienne du Guinéen.

En matière de gestion des finances publiques, malgré la rigueur proclamée, les vieux maux tels que la corruption, la fausse facturation ou les surfacturations, les détournements de toutes sortes sont toujours là en toute impunité.

Dans Le domaine énergétique, des Investissements importants ont été engagés mais n’ont pas produit les résultats attendus car les problèmes demeurent et se renforcent tous les jours (Eau et Electricité). Les Investissements de notre avis, n’ont pas obéit à un programme cohérent intégrant un diagnostic détaillé dans le domaine et permettant de définir des esquisses de solutions à préconiser pour le court, moyen et long terme. L’augmentation de la production  par la construction de barrages hydro électriques et centrales thermiques est un objectif louable. Elle doit cependant s’inscrire dans une dynamique globale devant mener notre pays à se doter de toute l’infrastructure indispensable à la satisfaction de nos besoins globaux en la matière pour l’impulsion d’une dynamique de développement durable.

Des Initiatives louables ont été prises par le Gouvernement dès 2011 en faveur de l’Agriculture, mais les résultats sont maigres au regard des sacrifices budgétaires. Le manque de développement d’une organisation de la paysannerie et d’une économie rurale tue l’initiative.

L’indispensable réforme du secteur minier s’est faite avec un minimum de transparence ce qui ne permet pas une compréhension claire de la relation entre l’Etat et les groupes miniers. L’assainissement dans le secteur des mines doit continuer en s’appuyant sur les dispositions de l’Initiative ITIE qui pourraient être un atout majeur à exploiter car s’appuyant sur les valeurs de transparence et de performance.

La réduction et la maitrise de l’inflation ramenée à 11,9% en 2013 selon la Banque mondiale, l’évolution sensible du taux de croissance de 2,5% selon la même source n’auront aucun effet tangible, si l’investissement donc la création de richesses ne l’y accompagne.

 C/ - Education

L’éducation de qualité est un paramètre capital du développement économique et social. Nous savons tous que l’éducation est sinistrée depuis des décennies dans notre pays, ce qui explique son faible ratio par rapport au budget national (12%). Le secteur aurait dû être la priorité des priorités avec un ratio conforme aux normes CEDEAO variant entre 25 et 40% selon les pays. Des reformes ont été annoncées par le Gouvernement mais ne pointent pas à l’horizon, ce qui explique toutes sortes de supputations quant à la crédibilité des résultats des examens.

Nos Ecoles et Etablissements sont vétustes et mal entretenus ;

Le déficit en salles de classes est encore important, ce qui explique le surnombre d’élèves et étudiants par classe et par établissement ;

Les universités existantes ne répondent pas aux normes requises en la matière par manque d’infrastructures et d’équipements ;

La catégorisation du personnel enseignant n’est pas conforme aux normes et critères établis dans la sous-région ;

D/ - Santé

Quand on sait le rôle que l’Etat devrait jouer pour assurer la santé de sa population, il est à déplorer de constater que nos Institutions, de Santé, accusent un retard considérable après 55 ans d’Indépendance par rapport à ceux de la sous-région.

Nos Hôpitaux, Centres de santé, Maternités, Dispensaires, Postes de santé sont délabrés et laissés pour compte ;

La vente illicite de médicaments et la cherté de ces derniers dans les officines spécialisées ne garantissent plus une confiance en nos soins ;

La Formation, le Suivi et le Perfectionnement de notre personnel de santé accusent des retards inexplicables.

Faible taux d’investissement (moins de 3% du BND) par rapport au 15% requis par la CEDEAO.

Cet ensemble de faits et de constats ainsi que la mauvaise prise en charge de l’Epidémie à Fièvre Hémorragique à virus EBOLA qui effraie et déstabilise nos habitudes sociales à son apparition, expliquent Excellence Monsieur le Président, la perte importante de Cadres, personnels de santé et de concitoyens.

 

 E/ - Autres secteurs

A l’instar des secteurs éducatif et de santé, le faible accès aux services sociaux de base constitue une dimension importante de la préoccupation des populations.

Le Secteur Culturel et de Loisirs est défaillant. Le non-respect de la réglementation ainsi que le caractère hasardeux donné à cette activité n’appellent les gestionnaires dans ce domaine qu’à la recherche du gain facile avec la complicité des responsables à la base voir même des services d’ordre. L’exemple de lambandji (10 victimes) il y a 1 an et celui plus récent de Rogbané (34 victimes) sont l’illustration de cette Irresponsabilité. Il est par conséquent très urgent de codifier le secteur pour permettre à la jeuneuse d’être en harmonie avec son époque.

Le Secteur de l’assainissement est en détresse. La collecte et gestion des ordures est devenu une préoccupation majeure de nos concitoyens. Les services centraux et déconcentrés du secteur sont tous en faillite ou inexistants.

Les occupations anarchiques des espaces et emprises publiques qui font de nos villes de grands bidonvilles ainsi que le développement incontrôlé de divers types d’activités (garages mécaniques, briqueterie, maquis et bistros divers, boucheries, salons de coiffure, point de vente, etc…) sur ces espaces, ne favorisent pas la sécurité et la mobilité urbaine.

Chacun fait ce qu’il veut, quand il veut et comme il veut.

Le laisser – aller général, le non-respect de l’autre et de la Loi sont devenus des Symboles favorisant l’Anarchie, la Délinquance et le Crime.

Le Secteur de l’Environnement requiert de chacun, une action vigoureuse pour la préservation de notre écosystème, de la flore et de la faune qui se meurent.

Nos fleuves, rivières, marigots et nos lacs s’achessent par manque de vision et d’initiative politique. Nos forêts disparaissent de jour en jour. A n’y prendre garde, la Guinée source de vie sous-régionale (château d’eau), risque d’être le symbole de la faillite humaine par la détérioration de notre cadre naturel de vie.

Toute cette situation décrite ci-dessus à des conséquences terribles au plan social, économique et politique.

II- Que Faire

Pour sortir de la situation actuelle de notre pays et remettre enfin la Guinée sur les rails du développement durable et de la réconciliation, nous devons avoir le courage et le devoir patriotique de s’attaquer aux problèmes de fond qui plombent depuis longtemps le devenir de notre pays. Nous devons tourner définitivement le dos aux violations de nos textes constitutionnels, à la délation, à l’ethno-stratégie, au communautariste et à la culture négationniste.

C’est dans cette optique, que la COEP recommande entre autres de : 

- Respecter et faire respecter la Constitution, principale assise d’un régime démocratique voire procéder à sa reformulation et son adoption par le Peuple Souverain,

- Renforcer l’Unité Nationale et la Démocratie par la valorisation de nos Institutions et le respect de nos Lois;

- Promouvoir la Justice, les Libertés Collectives et Individuelles et les Droits de l’Homme;

- Veiller à l’application des Accords Politiques obtenus consensuellement, car restant le gage certain de la Stabilité et de la Paix.

- Procéder à l’organisation urgente des élections locales qui devront être la fondation de la transparence et de l’équité des prochaines Echéances Présidentielles

- Réaffirmer l’Indépendance de nos Institutions (Assemblée Nationale, Ceni, etc...) et mettre à leurs dispositions les ressources indispensables à leur Neutralité et au respect de nos Textes Fondateurs.

- Encourager les Initiatives privées pour favoriser la création d’emplois et de richesses internes ;

- Favoriser et accélérer le Processus de Dialogue Politique National pour sortir notre pays de sa crispation récurrente ;

- Respecter et faire respecter le calendrier électoral constitutionnellement établi,

- Respecter et faire respecter les principes de transparence et la règlementation en vigueur sur la dépense publique.

- Promouvoir un programme novateur, susceptible d’absorber l’immense main d’œuvre juvénile car créateur d’emplois et réducteur de la précarité, dont le ratio du taux de pauvreté en fonction du seuil de pauvreté national tourne autour de 60% avec un RNB par habitant de 460 $ us/an, soit 1, 3 $us par jour.

- Recourir aux Experts Nationaux et Internationaux de plusieurs disciplines pour concevoir un plan pragmatique de développement socio-économique.  Un tel pool d’experts permettrait à notre pays, par la dynamique de la synergie, de concevoir un programme de Développement National réaliste et cohérent.

- Promouvoir une approche nouvelle dans le domaine de l’assainissement en général, de la collecte et traitement des ordures en particulier, en intégrant si possible des acteurs et partenaires privés à la collecte, transport et traitement des ordures de toutes sortes.

- Veiller à ce que les enquêtes en cours sur les meurtres de différents cadres serviteurs de l’Etat, des paisibles citoyens ainsi que des affaires de détournements de deniers publics soient élucidées ;

- Privilégier le dialogue franc et sincère, la justice sociale et l’unité de tous les Guinéens ;

- Soutenir la sensibilisation et multiplier les Centres de contrôle et d’isolement par rapport à la lutte contre l’épidémie à virus Ebola ;

- Réunir tous les Acteurs Politiques et Sociaux, la Société Civile émergente et organisée, en vue de mettre en place une plateforme pour la tenue d’une Conférence Nationale. ‘ Vérité – Justice – Réconciliation’

 

La vision de la COEP sur la Problématique de la Réconciliation Nationale s’articule à cet effet sur divers Points essentiels, qui à nos yeux, sont les Fondements de la Réconciliation Nationale tant souhaitée.

Il serait au prima bord indispensable de s’entendre sur notre compréhension de la Réconciliation.

C’est pourquoi, il serait judicieux d’obtenir des réponses claires à ces différentes questions :

- Qu’est-ce que la Réconciliation ?

- Qu’avons-nous fait de si mal entre Guinéens au point de se réconcilier ?

- Nous devons nous réconcilier pourquoi  et de quelle manière ?

La réponse à ces différentes questions nous permettrait :

- D’expliquer au Peuple de Guinée les conséquences de l’Intolérance Politique ayant entrainé les dérapages que le Pays a connus durant ces Cinquante Cinq (55) années d’Indépendance ;

- D’expliquer les Conséquences Economiques (situation du pays) suite à cette Intolérance;

- De diagnostiquer et d’expliquer les faits marquants de cette période ;

- De justifier la nécessité et l’Obligation de la Culture de la Vérité pour favoriser la Solidarité entre les Guinéens ;

La Guinée, comme nous le savons jusqu’à ce jour a vécu trois (3) régimes qui ont chacun laissé des traces du point de vue des difficultés relationnelles au Plan Politique et Social. Durant ces périodes, l’Etat « Structure Organisé Dirigeante » a par népotisme, corruption, injustice, failli à sa mission. Ce qui fait de lui le seul et unique Responsable de la faillite morale et économique de notre pays.

La destruction des valeurs du Travail et de ses Acquis, le manque de Justice et de Solidarité, le Sentiment d’Intolérance et d’Exclusion a conduit notre Pays dans un Immobilisme permanant ayant porté atteinte à la Cohésion Nationale, au découragement des Forces de Production, à la manipulation du Peuple par la délation et la propagande.

Ces fléaux ont engendrés la Pauvreté malgré les Immenses Potentialités Humaines et Naturelles de notre Pays.

Faire de la Guinée un Pays Prospère et Juste, doit être pour nous l’Entreprise Politique la plus ambitieuse. Elle constitue elle-même une réponse aux Conflits Politiques, aux Crises Internes et Externes qui ont ruiné notre Cohésion et fragilisé nos Relations.

Face à l’histoire et aux réalités actuelles de notre Pays, aucun Fils et Fille digne, ne peut prétendre résoudre seul la crise que traverse aujourd’hui la Guinée.

C’est pourquoi, la COEP propose la méthodologie suivante pour conduire notre Pays dans la dynamique de la Réconciliation.

Il s’agit :

- De favoriser et d’organiser au niveau Préfectoral, Régional des rencontres de Dialogue, d’Echanges pour identifier les sources de détérioration de la Cohésion Nationale ainsi que les faits marquants de la Gestion de notre Pays au Plan Politique, Economique et Social ;

- De centraliser au sein d’une Commission Nationale de Réconciliation les faits marquants de chaque entité pour en dégager les éléments saillants ;

- De mettre en place un Cadre National de Concertation comprenant les Institutions Républicaines, la Classe Politique Nationale, la Société Civile émergente et Organisée, les Leaders Religieux, et toutes Personnes Ressources pouvant contribuer à la manifestation de la Vérité Historique, pour éclairer la Nation sur les causes réelles ayant déstabilisé la Cohésion Nationale d’une part et définir un cadre Juridique devant mener au Pardon d’autre part ;

- D’ériger un Monument National à la Mémoire de toutes les Victimes de l’Intolérance Politique et Sociale ;

- D’instituer une Journée Nationale de Recueillement et de Solidarité pour perpétuer la Mémoire Collective.

 

Le Défi est grand, car seul le Rassemblement de tous les fils et filles de Guinée, dans l’Unité et la Cohésion Nationale recouvrées, conduira à la Réconciliation entre l’Etat et le Citoyen et mènera notre Pays au Développement, à la Prospérité et au Bien-être tant ambitionnés. Les Valeurs de la Devise de notre Pays « Travail – Justice – Solidarité » représentent  à nos yeux le symbole le plus marquant d’une Nation Forte et Unie.

Excellence Monsieur le Président,

La COEP« Coordination de l’Opposition Extra Parlementaire » se veut être une Opposition de Contradiction et Responsable, susceptible de mettre en lumière suivant ses Convictions et sa Vision, toutes ces Observations et Constats par rapport à la vie de notre Nation. Elle ne sera jamais complaisante et veillera au Respect des Valeurs et Règles qui régissent notre société, à la valorisation de notre Potentiel Humain et à la consolidation de notre Démocratie.

Nous avons pour ambition de diriger la Guinée de demain, et pour cela nous avons pour leitmotiv d’accepter les Critiques, de favoriser l’Echange et de promouvoir l’Unité de notre Nation.

Excellence Monsieur le Président,

L’Homme vit d’Espoir et l’Espoir s’estompe sans Initiatives. Il est urgent d’ouvrir et d’offrir de Fortes Opportunités à ces milliers de Jeunes (60% de la population active) formés de partout et qui n’ont pour ambition que d’apporter de la rigueur, du dynamisme et de l’innovation nouvelle à l’éclosion d’une Guinée unie, débarrassée de ses concepts ethniques, régionalistes et communautaristes.

Ne dit-on pas que « La jeunesse est l’avenir d’un pays ».

Il n’y a pas de Peuple sans Histoires. Nous avons simplement le devoir de comprendre et d’assumer notre Héritage dans l’humilité et nous pardonner nos Erreurs et notre Intolérance pour que nous puissions rêver et espérer réaliser cette Guinée bâtie dans sa diversité, économiquement forte, socialement digne où il fera bon vivre.

 

La COEP

 

Partis signataires :

- UNR       Union Nationale pour le Renouveau

- FIDEL     Force des Intègres pour la Démocratie et la Liberté

- ADN       Alliance pour le Développement National

- PUD       Parti pour l’Unité et le Développement

- PTG       Parti des Travailleurs de Guinée

- RRD       Rassemblement pour la Renaissance et le Développement

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site