PRESIDENTIELLE GUINEENNE : LES CAMPAGNES BATTENT LEUR PLEIN.


Guinéens! à voir d'où nous venons,et nous venons de loin, de presque une situation de chaos, remémorez-vous les journées de fin du mois de s'eptembre 2009 et d'autres journées bien avant! , j'avoue que, même à distance, j'éprouve pour la Guinée, une certaine satisfaction à l'heure actuelle.

Prématuréé?...Non et c'est celle de constater que depuis le débout des la campagnes officielles , nous n'avons pas d'échos de troubles majeurs, ici ou là, bien que des docteurs es-rumeurs aient prédit l'apocalypse dès avant le début des campagnes. Plus encore, bien qu'un grand nombre de candidats se coudoient sur le terrain, rien de très grave ne s'est produit, jusqu'ici. Pour un pays où il n'est presque pas déraisonnable de remarquer depuis 52 ans, une permanence historique de la lutte entre les forces du Bien et les puissances du Mal,cela peut annoncer une nouvelle ère. Permanence, jusqu'ici de l'affrontement du Bien et du Mal? Qu'on en juge. Dès le départ de la République, une série d'assassinats fréquents de la crème d'une partie de l'élite de la Nation, celui du leader du PAIGC ( Guinée Bissau) réfugié à Conakry, l'élimination anodidine de citoyens ordinaires, la fuite massive de beaucoup d'autres pour l'Etranger, le délitement lent et progressif des us et coutumes qui faisaient la force matérielle et morale de nos sociétés traditionnelles, la fin brutale ou peu glorieuse des trois premiers responsables du pays. A ce constat, on est en droit de se demander , est-ce la fin de l'infernal cycle cinquantenaire qu'annonce cette élection? Mais il y a eu un tel élan de matérialisme vulgaire dans la course aux candidatures à cette Présidence de la République que quelques Guinéens en avaient dénoncé le grand nombre , non pas pour remettre en cause un quelconque principe démocratique mais pour protéger l'efficacité du métier des politiques. Mais puisqu'ils sont légalement au nombre de 24, il faut faire avec et que le meilleur gagne pour la Guinée. Les critiques sur le très grand nombre de postulants ne portaient pas seulement sur des perspectives de troubles mais aussi sur l'atomisation du champ politique, source potentielle d'un affaiblissement annoncé de l'Etat guinéen. Et surtout pour cause de logistique à mettre en place pour la gestion de ce grand nombre de candidats dans un pays qui attend presque tout dans ce domaine ( et d'autres) de l'Extérieur.Il est bien vrai que les Guinéens si fiers de leur indépendance semblent avoir complètement oublié ce que Mahmoud Ben Saïd intitule: « Ajuster le train de vie de l'Etat à ses propres ressources pour conserver sa dignité » dans son livre: « Guinéens, adoptons la bonne gouvernance! »,page 67, (Ed. L'Harmattan,2010). Autant on est pointilleux sur la dignité de sa nation guinéenne,autant on a toujours tendu -à tous niveaux- comme de vulgaires mendiants la main à d'autres nations. Ceux qui ont comparé, pour s'en satisfaire, le nombre de candidats à ceux du Libéria et du Mali en leur temps, ont toujours pensé que ce que d'autres ont fait ailleurs, peut, ipso facto, se faire en Guinée. Ce me semble une erreur.


La satisfaction que je mentionne plus haut, , nous la devons à la réorientation (mi-janvier 2010) de la période transitoire, inaugurée après le coup d'Etat de décembre 2008, par le Quartet – Présidence intérimaire de la République, Primature, Conseil National de la Transition, Commission Nationale Electorale Indépendante). D'aucuns continuent d'ergoter sur le fait qu'il ne s'agit pas d'institutions issues des urnes populaires. Mais le Conseil National pour le Démocratie et le Développement (cndd), était-il sorti des urnes populaires? La différence fondamentale, est-il besoin de le dire, est que conjointement les membres du Quartet de la Transition réorientée travaillent (tant bien que mal, c'est selon les appréciations) pour la restauration de l'Etat de droit. Avec l'appui des Forces vives les choses avancent, en tout cas, dans ce sens.


On est donc à présent sur la ligne droite pour le 27 juin 2010, date du premier tour de la présidentielle. On doit, jusqu'à présent, aussi rendre hommage aux candidats dans leur ensemble pour les comportements de citoyens responsables qu'ils recommandent à leurs militants. Cela démontre la faiblesse d'analyse que certains réalisaient sur l'inefficacité des leaders politiques de l'opposition face à Lansana Conté et à Moussa Dadis Camara. C'était l'époque où la simple libre circulation d'un opposant à ces roitelets n'était pas facile. Et dire qu'on trouve encore, dans ces campagnes ouvertes mais apaisées par les candidats eux-mêmes et les principaux responsables de la Transition, des scribouillards besogneux, attaquer systématiquement des candidats non pas sur leur programme mais sur ce qu'ils veulent leur prêter comme programme.C'est véritablement une situation d'instruction de procès en sorcellerie à laquelle se livrent sur le Net ces écrivailleurs contre notamment le candidat Alpha Condé du RPG. Sans aucune argumentation qui tienne, celui-ci et et ce qu'ils lui prêtent comme programme « caché » constitueraient des menaces pour la Guinée de demain. Comment l'ethnocentrisme de certains de nos compatriotes peut-il les pousser à ce point à accuser un homme auquel, personne en Guinée ne peut pointer du doigt pour mauvaise gouvernance, prévarication des deniers publics, participation à la gabegie générale qui a mis la Guinée à terre? Comment peut-on juger un candidat sur des actes qu'il n'a pas commis, alors que d'autres sur lesquels il y aurait des choses à dire ne sont pas attaqués ? Telle est devenue pourtant l'occupation de ces écrivailleurs sur le Net. Tout le monde ne lit certes pas le Net en Guinée mais les mensonges et le travail de division qu'opèrent ces individus sur ce formidable instrument d'information doivent être dénoncés avec force par d'autres.


Même en connaissant le parcours des principaux candidats à la Présidence de la République , moi j'avais expliqué dans un article sur sites (19-20 mai 2010): « Voici venu le temps des campagnes électorales », qu'il fallait éviter de faire d'un thème central de campagnes , la question de la corruption et du pillage des biens publics. J'avais ressenti l'inconfort pour moi-même d'une telle proposition mais je m'étais expliqué là-dessus en évoquant le problème d'unité nationale et en

renvoyant à la longue durée ayant permis ces pratiques dans la gestion de l'Etat guinéen.Mais j'ajoutais que cette position ne signifiait nullement l'abandon de poursuites judiciaires des délinquants économiques, pour recouvrements des biens volés à l'Etat, après l'intallation des institutions républicaines.Un procédé restait donc à trouver pour le règlement de ces problèmes.


Des Guinéens qui savent toute cette situation et qui les passent tout simplement sous silence, par ethnocentrisme, sont ceux qui manquent de foi en l'avenir du pays. Ceux-ci doivent être heureux qu'on signale le 13 juin des affrontements à Nzérékoré , entre militants du RPG et du PEDN .Tout ce qui peut assombrir l'atmosphère de ces campagnes est pain bénit pour ces oiseaux de malheur qui se délectent de l'intoxication : « Election en Guinée: la CENI impliquée »; « Les euros de Alpha Condé ». Tels sont quelques titres de leurs productions intellectuelles. Ce dernier titre sur l'euro révèle la misère intellectuelle de l'auteur, parce que le candidat du RPG aurait, dit-il , dans son « Face au Public », déclaré : «  … en 1998, j'avais des francs, des dollars, des euros » et cela a suffi à l'auteur de cet article pour souligner naïvement que l'euro n'a été mis en circulation qu'au 1.1.2002, ce que tout le monde sait. Mais relever ce qui pourrait paraître à beaucoup comme un lapsus dans une discussion de ce type , décrit parfaitement la qualité très médiocre et l'absence total d'argument de ce genre de journalisme pour lequel le dénigrement systématique fait partie de son job. Du reste, pour montrer l'absence de base de cette référence à l'euro, il suffit de rappeler que l'écu qui a précédé l'euro comme unité monétaire de 1979 à 1999, a été « expérimenté », si l'on peut dire ainsi, par les Pays-Bas avant 2002.Le gouvernement néerlandais avait alors publié en 1989 une série de pièces de valeur déterminée d'ecu (1 ecu = 1euro) qui pouvaient être dépensées dans les magasins de La Haye. Alors quelqu'un qui dirait pour cette époque qu'il avait des valeurs libellées en écus peut parfaitement être cru. J'extrapole sur cet exemple pour signaler des bonimenteurs qui racontent n'importe quoi. Si j'ai insisté sur ce cas d'Alpha Condé qui est aussi propre que des candidats comme par exemple Abé Sylla, Mamadou Baadiko Bah et quelques autres,c'est pour dénoncer l'acharnement que des professionnels de la haine exercent sur lui. Mais ce type de dénonciation , je l'aurais fait pour n'importe lequel des 24 candidats déclarés aptes par la Cour Suprême à se présenter le 27 juin s'il avait été autant harcelé et même si j'avais trouvé que ce nombre de 24 était élevé. Le harcèlement injuste d'un candidat qui n'a commis aucun acte de malveillance gouvernementale ou privée , mais uniquement fondé sur des motivations inavouées et sur des montages mensongers , doit nous indigner. Je souhaite que nous soyons nombreux, au-delà des militants, à dénoncer les imposteurs qui se vautrent dans ce genre de boue.


Ceci étant, je souhaite que la suite de ces campagnes se déroule dans l'apaisement et la traditidionnelle civilité qui présidait aux règlements de nos affaires villageoises et régionales des temps jadis.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site