Traquenard politique à Conakry ?

J'ai reçu d'un ami le texte ci-dessous (article qui est aussi sur certains sites du Web). Pour ma part, les autorités guinéennes tentent de recycler leurs vieilles méthodes comme toutes les dictatures aux abois pour masquer un début d’échec. Comme Ahmed Sékou Touré et récemment au Sénégal, il faut fabriquer des "complots" pour occuper le peuple avec des rumeurs ; et en profiter pour attenter aux droits des citoyens gênants pour le Pouvoir.

Et en plus, c'est désormais un secret de Polichinelle que les autorités de Conakry chercheraient le moindre prétexte pour retarder les législatives et surtout incarcérer certains leaders de l’opposition, en particulier l’un d’entre eux, à qui le ‘’Guide Suprême de la Jamahiriya guinéenne’’ en veut sans raison et que seul Alpha Condé sait, au point d’en faire une fixation.

Pour rappel, c’est ce genre d’obsession sur Alassane Ouattara qui a conduit la RCI dans la situation suicidaire que le pays connaît aujourd’hui. C’est vrai qu’on constate que l’Histoire contemporaine ne sert jamais à l’Homme pour éviter de commettre les mêmes erreurs commises dans un passé récent par d’autres.

L'opposition guinéenne devrait prendre ces manigances au sérieux et se préparer en conséquence : en Guinée, surtout avec le RPG-PDG au pouvoir, il n’y a pas de hasard et des choses inventées pour rien ; c'est qu'il y a quelque chose en préparation.

Autre explication plausible à ce texte : ces armes étaient destinées à la RCI et pour une raison ou une autre, ils (les trafiquants) ont été repérés et veulent donc déjouer les accusations en prétendant que leur destination est la Guinée. Ainsi le coupable se fait passer pour la victime. Nous savons tous qui dans l'opposition avant 2011 a toujours été lié à des mercenaires et aux armes pour déstabiliser des gouvernements.

Ce plan est trop grossier pour nous tromper ! Même sans preuves, nous savons tous néanmoins qui est capable d'être derrière cette tentative de contrebande d'armes. Certainement pas une opposition qui a pu perdre les présidentielles avec bien plus de 50 % des voix au premier tour et qui a accepté plus de 4 mois d’intervalle pour le second ! Seuls les magouilleurs politiques de carrière ont le savoir-faire pour déstabiliser des régimes par la force des armes.

Que chacun juge objectivement la situation : les motifs, l’opportunité et les moyens.

Bonne lecture réfléchie du texte ci-dessous !

Ibrahima Diallo –‘’Ollaid’’

 

GUINEE: Un arsenal d'armes de guerre saisi par les forces de sécurité

 

Un arsenal d'armes lourdes et de munitions ultra- sophistiquées a été saisi dans la nuit de samedi à dimanche dernier à Siguiri (Haute Guinée) par les forces guinéennes de sécurité. Conakry qui sonne l'alerte sur ses frontières soupçonne des lobbies puissants de trafiquants d'armes tapies dans l'ombre visant à saper la paix civile intérieure.

Moins de cent jours après la prise de pouvoir du chef de l'Etat guinéen, Alpha Condé, les forces spéciales de sécurité ont frappé un grand coup à Siguiri (région de Haute Guinée) en découvrant un important arsenal d'armes de guerre, convoyé à bord d'un véhicule. Grâce à la vigilance des éléments de la gendarmerie nationale et les services de renseignement, qui surveillaient depuis plusieurs mois l'axe Conakry -Siguiri- Bamako. Une source sécuritaire officielle, contactée par Les Afriques, a affirmé que la zone est très fréquentée par les réseaux organisés excellant dans la criminalité transfrontalière guinéo-malienne. Les forces de sécurité qui ont lancé dès dimanche l'assaut contre les auteurs de ce trafic ont sonné l'alerte pour stopper la menace qui pèse sur le pays. Une enquête a été ouverte aussitôt après par l'état major de la gendarmerie nationale.

"Nous ne badinons pas avec la concorde civile, l'intégrité territoriale. Nous avons convoqué une réunion d'urgence pour coordonner les forces de sécurité militaire, paramilitaires et policières" a commenté notre source.

Dans certains salons bien connectés de Conakry, on voit plutôt derrière cette découverte d'arsenal d'armes lourdes la main des "ennemis" du nouveau régime qui a déclaré la guerre à la mafia politico-affairiste du pays.

Mi- février, une frange de la presse locale avait fait état de recrutement de rebelles libériens, nigérians et sierra-léonais par de hauts dignitaires guinéens, issus de l'opposition, qui avaient quitté le pays au lendemain de l'investiture du président Alpha Condé. Des informations balayées d'un revers de main par l'entourage proche de ces dignitaires cités par les médias.

Cette saisie d'armes lourdes intervient à la veille du voyage officiel à Paris du chef de l'Etat, Alpha Condé du 22 au 25 mars. Pour rappel, une importante saisie d’armes lourdes avait été opérée le 8 février dernier par la douane malienne à Sébéninkoro, au sud-ouest de Bamako.

Par Ismaël Aidara

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×