Une mission de la FIDH à Conakry à propos des "massacres" du 28 septembre 2009

image_file_2286.jpg

Une mission de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH) séjourne à Conakry depuis vendredi dernier pour faire l'état des lieux sur la répression des militaires qui a causé en 2009 la mort de 157 personnes.

La délégation est composée du responsable du Bureau Afrique de la FIDH, Florent Geel, d'un avocat et chargé de mission à la FIDH, Me Martin Pradel et Antony Rabek, membre du bureau FIDH de Paris.

Depuis leur arrivée vendredi, les émissaires de la présidente de la FIDH, Souhayr Bellassen, travaillent en collaboration avec l'Organisation guinéenne de défense des droits de l'homme (OFDH), selon le président de cette ONG, Dr Thierno Madjou Sow, joint au téléphone par Xinhua mercredi.

La mission a rencontré mercredi le Bureau des droits de l'homme basé à Conakry.

La veille elle avait eu des échanges avec des associations des victimes du 28 septembre.

Les émissaires de la FIDH ont porté à la connaissance de ces différentes structures l'existence d'un Fonds de soutien aux victimes octroyé par l'Union européenne dans la bataille judiciaire qui sera engagée dans le cadre de cette affaire.

Le 28 septembre 2009, une manifestation de l'opposition politique a été violemment réprimée par les militaires sous le régime de la junte au pouvoir conduite par le capitaine Moussa Dadis Camara.

Selon un rapport de l'Onu, 157 personnes ont été tuées par les militaires.

© Copyright Xinhuanet

Visiter le site de: Xinhuanet

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×