3e mandat : “Il faut reporter les élections en Guinée et en Côte d’Ivoire…”, Alioune Tine

Telechargement 14Le 3ème mandat n’a aucune consistance juridique ou constitutionnelle. Il n’est explicitement marqué dans aucune Constitution. C’est une lecture qui découle d’un laborieux tour de passe-passe interprétatif. C’est un détournement de sens comme on parlerait de détournement d’avion, selon Alioune Tine, ancien directeur régional d’Amnesty International pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre.

3ème mandat…

“Pourquoi le 3ème mandat ne se pose que dans le constitutionnalisme africain?”, s’interroge Alioune Tine. A lui de poursuivre : “Parce qu’ailleurs, il existe un principe sacro-saint consistant à considérer le Président qui adopte la limitation de mandat comme n’étant pas impliqué et légiférant pour la postérité. La réforme sur la limitation de mandat est une mesure corrective des errements du passé”.

Deux mandats…

D’après M. Tine, tous les présidents qui l’ont fait ont dit : ça y est, c’est verrouillé et je ne peux pas faire plus de deux mandats. Ensuite, ce sont les reniements, les mensonges qui coûtent très cher à la collectivité.

Report des élections…

“Il faut reporter les élections en Guinée et en Côte d’Ivoire et organiser un dialogue national pour un consensus sur le processus électoral. La sous-région est dans une vulnérabilité caractérisée avec la dégradation constante de la sécurité et la décomposition des institutions dans plusieurs États. Il faut agir pour que des crises ne viennent pas s’ajouter à d’autres et créer une véritable déflagration”, déclare Alioune Tine sur Sud Quotidien.

Violence…

Selon M. Tine, depuis que la candidature du Président Alpha Condé a été préparée avec le référendum et les législatives, il y a eu des dizaines de morts, plus d’une cinquantaine, des dizaines de blessés et de personnes déplacées sans compter les personnes détenues. Quant à la Côte d’Ivoire avec le Président Ouattara, on est complètement abasourdi par la capacité de refoulement et d’amnésie pour quelqu’un qui a vécu les événements post-électoraux de 2010. Dès l’annonce de la candidature, les violences ont éclaté avec près de 15 morts.

Source: Senego

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site