Accords de Ouaga: quels accords?

Ah ! La Guinée aurait dû être une ile à part entière, isolée et toute seule au milieu de l’océan tant les choses qui marchent ailleurs sont différentes et paradoxales dans ce pays. En effet, à examiner rétrospectivement la saga des pourparlers dits de Ouaga, nous comprenons aisément la confusion et l’équivoque que génèrent les différentes déclarations et propositions émanant de la capitale burkinabé et des réactions des Forces Vives à Conakry : certains parlent du cheval pendant que d’autres parlent du mulet qui ressemble bien, certes, au premier mais est d’espèce différente. 

Depuis que le Sieur Campaoré a daigné s’activer de nouveau pour la crise guinéenne, nous avons eu droit à un florilège de propositions irréconciliables.  Et puis, comment parler d’accord lorsque toutes les parties prenantes ne sont pas présentes pour au moins parapher le ou les documents ?  Blaise Campaoré s’est comporté en vrai régent qui décide et dicte les choses.  Les Forces vives ont effectivement dès le début annoncé qu’elles ne comptaient pas se rendre à Ouaga (NDLR : leur première expérience a montré que le Burkina se fout d’eux et qu’ils perdent leur temps) et qu’elles veulent que les pourparlers se poursuivent désormais à Conakry.  Mais Campaoré, probablement par défiance et pour sauver la face, a continué à recevoir ceux que le Général Konaté a indirectement qualifiés de « démagogues » (NDLR : et menteurs semeurs de zizanie).  Le déplacement de ce dernier et son franc-parler qui a pris tout le monde par surprise et certainement déjoué tous les plans machiavéliques des pro-Dadis a permis de décrisper et débloquer le statu quo.   Néanmoins, Ouaga a accouché de beaucoup de textes qui mériteraient d’être fondus dans un seul accord-propositions de synthèse pour la gouverne de tout le monde dans des termes clairs et surtout sans équivoques ; si c’est chose faisable de façon intelligible.  Car à la lecture des réactions de certains compatriotes, nous constatons que nous avons des entendements et des interprétations différentes de la réaction des Forces vives et surtout de l’interview de J.M.Doré sur RFI : Lorsque Mr Doré en substance dit ne pas reconnaitre les accords de Ouaga, pour nous c’est une façon de faire un pied de nez au médiateur (agent de Dadis) surtout concernant sa directive de la composition éventuelle du gouvernement qui reviendrait à confier la charge de la transition au CNDD (Présidence, un vice PM et 10/30 ministres).   Ce qui est cohérent car il ne peut rejeter les accords et en même temps s’y prononcer pour ne choisir que ce qui l’arrange ; c’est ici la règle du ‘’tout ou rien’’ qui leur (les FV) donne la liberté de renégocier avec Konaté.  Et quant à ses réponses évasives et laconiques concernant sa candidature ou non aux élections et son poste de PM en même temps, nous les avons interprétées comme un jeu de politicien habile qui ne veut pas révéler ses cartes avant d’avoir engager la partie, surtout qu’elle s’annonce  serrée : C’est de bonne guerre ; il se protège pour ne pas être prisonnier de paroles hâtives.

Cela dit, à mon humble avis, arrêtons de faire de la politique fiction et des procès d’intension surtout que nous n’avons pas encore vu ou lu la feuille de route finale issue de leurs négociations avec Konaté.  Encore modestement, nous serions plus utiles en transcendant nos aversions pour faire en sorte que quelles que soient les machinations, nous restions très vigilants et tenions Mr J.M.Doré à la ceinture pour qu’il ne s’écarte pas d’un iota de sa mission.  Et pour ce faire, il est temps de passer de l’observation et de l’analyse à l’action en s’engageant et militant activement auprès des acteurs politiques (personnes, associations ou partis).  L’engagement en masse de ‘’réformateurs’’ où chacun juge être utile est le seul moyen à ce stade de changer le cours des choses : de septembre 2009 à janvier 2010, malgré nos critiques et appels à l’action, rien ne s’est passé, nous avons prêché dans le désert.  Mais peut-être que de l’intérieur nous aurions été plus efficaces, ne serait-ce que par la ‘’déstabilisation’’ de la nomenklatura et notre expulsion précoce éventuellement.

Enfin pour finir, nous pensons que l’essentiel des problèmes vient du manque aberrant de communication de ceux qui sont sensés nous (les Guinéens) représenter et parler en notre nom.  C’est une lacune impardonnable en 2010 et des signes de ‘’suffisance’’ de la part de ceux qui nous demande de faire de sacrifices et de nous battre (même si certains leaders ont aussi pris des risques cette fois) pour que finalement, ils jouissent quand même du trophée, le Pouvoir.  Ceux qui se veulent  acteurs et leaders du changement positif en Guinée sont, pour la plupart, bons orateurs mais piètres communicateurs : peuvent et doivent mieux faire !    

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site