« Acord » consolide la paix en Guinée

Newlogo

À l’occasion de la campagne de Carême du CCFD-Terre Solidaire, La Croix présente les actions de cinq de ses organisations partenaires dans le monde. La Guinée, pays côtier de l’Afrique de l’Ouest, est confrontée depuis plusieurs décennies à l’instabilité politique de ses pays voisins, la Côte d’Ivoire et le Mali, le Liberia et la Sierra Leone, la Guinée-Bissau, le Sénégal et le Mali.

Sa population est estimée à 11 millions d’habitants. L’accès à la terre y est devenu conflictuel, une large partie de son patrimoine a été détruite, la population s’est appauvrie et l’environnement s’est dégradé.

Acord, contre les conflits armés

Présente en Guinée depuis 1986, l’Association de coopération et de recherche pour le développement (Acord) a déjà mis en œuvre de nombreuses activités de développement durable en Haute-Guinée (Siguiri et Dinguiraye), mais a aussi travaillé sur les conséquences des conflits armés survenus, dès le début des années 2000, à la frontière sud-est du pays (Macenta) et dans les pays voisins.

Le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud) et le Comité catholique contre la faim et pour le développement (CCFD – Terre solidaire) sont parmi les principaux partenaires financiers et techniques d’Acord.

Une recherche sur l’accaparement des terres

Aujourd’hui, cette association cherche toujours à comprendre l’origine des conflits et travaille avec les communautés villageoises ou urbaines au rétablissement de la paix sociale. En encourageant les parties prenantes à s’exprimer, les bénévoles éclaircissent les causes des litiges, luttent contre l’impunité et entreprennent des négociations pour aboutir à des engagements pacifiques. Acord Guinée agit notamment dans le sud du pays, à travers un travail de prévention des conflits basé sur le dialogue intercommunautaire et favorisant l’adoption par les communautés de « pactes sociaux communautaires ».

Par ailleurs, Acord Guinée mène actuellement une recherche sur l’accaparement des terres par les entreprises nationales et multinationales et sensibilise les communautés et associations de paysans sur les organismes génétiquement modifiés (OGM) et la biosécurité.

Antoine Peillon

Source: La Croix

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site