Au Mali, l'ex-junte procède à des arrestations alors que Cheikh Modibo Diarra est nommé 1er ministre

2012-04-17t205456z-744600450-gm1e84i0dp301-rtrmadp-3-mali-0.jpg

Le Mali a un nouveau Premier ministre en la personne de l'astrophysicien Cheick Modibo Diarra. Sa nomination intervient alors que lundi 16 avril 2012 au soir et mardi matin plusieurs personnalités politiques, dont Cheick Modibo Sidibé et Soumaïla Cissé, et des chefs militaires ont été arrêtés. L'ex-junte a précisé mardi soir, dans un communiqué, que les personnes arrêtées faisaient l'objet d'enquêtes de police judiciaire «sur la foi d'indications précises et d'informations graves et concordantes».

Les soldats n'ont pas encore lâché les rênes du pouvoir à Bamako. La désignation de Cheick Modibo Diarra ainsi que la vague d'arrestations de leaders politiques et de chefs militaires démontrent avec force que, jusqu'à nouvel ordre, l'essentiel de l'autorité se trouve toujours au camp Soundiata Keita de Kati.

C'est dans cette enceinte militaire qu'ont été conduites toutes les personnalités arrêtées et c'est encore là que se trouvait mardi 17 avril, en début de journée, le futur Premier ministre. Cheick Modibo Diarra est en effet le choix de l'ex-junte et de la Cédéao bien plus que celui des politiques maliens. Parmi ces derniers, certains considèrent d'ailleurs avec ironie que cet astrophysicien connait bien mieux les problèmes de Mars que du Mali.

 Instaurer un climat de terreur

Un astrophysicien Premier ministre du Mali

A 60 ans, Cheikh Modibo Diarra est avant tout connu pour avoir fait partie de l'équipe de la Nasa qui a fait atterrir une sonde sur la planète Mars. Il obtient à cette époque la nationalité américaine. Il deviendra ensuite le premier directeur général de l'université virtuelle d'Afrique basée à Nairobi. Il est depuis 2006 président de Microsoft Afrique.

Nommé ambassadeur de bonne volonté de l'Unesco, il parcourt le monde. Mais Cheikh Modibo Diarra n'en n'est pas moins malien. Natif de Segou, il s'est lancé l'an passé dans la politique. En vue de la présidentielle, qui devait se tenir ce 29 avril, il crée son parti politique le RpDM, le Rassemblement pour le developpement du Mali. Dans la presse malienne, il affirmait sentir l'aspiration du peuple au changement.

Selon des témoignages de proches, Cheiklh Modibo Diarra est un homme affable qui sait soigner son image. «Les gens croient que je suis allé sur la planète Mars» aime-t-il raconter, croyant à la force des apparences. Cheikh Modibo Diarra connait bien Blaise Compaoré le médiateur de la crise malienne. Frère de l'ancien vérificateur général du Mali il est également le gendre de Moussa Traoré renversé par un coup d'Etat en 1991. C'est à la suite d'un autre coup d'Etat qu'il est aujourd'hui propulsé à la primature.

Au sein de la classe politique malienne on estime que l'objectif inavoué des rafles lancées lundi soir est d'instaurer un climat de terreur pour permettre aux militaires de se maintenir au pouvoir.

Dioncounda Traoré président intérimaire s'est entretenu avec le capitaine Sanogo au sujet des arrestations. Le reportage de notre envoyé spécial

La première victime collatérale de ces arrestations est Dioncounda Traoré. Les militaires du CNRDRE n'ont pas caché leur défiance à l'égard du président par intérim. Ils ne l'ont pas informé avant de lancer les interpellations et aujourd'hui ils continuent de faire pression pour qu'une autre personnalité soit trouvée pour conduire la transition après la période intérimaire. Si elle n'est pas tranchée auparavant, cette question devrait être abordée le 26 avril lors d'un nouveau sommet de la Cédéao consacré au Mali.

Source: RFI

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site