Avant et après le G20 à LONDRES. Quel a été et quel sera le comportement de la communauté internationale vis-à-vis des pays d'afrique riches en ressou

                             

 

Lors son entretien le jeudi 26 mars 2009  à la télévision française  Monsieur Dominique Strauss-Kahn, président du FMI, a parlé de la crise internationale et de la réunion du G20 prévue à Londres en sa présence.

Le 10 mars  2009 à Dar es-Salam  (Tanzanie) à propos de l’Afrique et notamment en se référant à la prochaine réunion du G20 à Londres Monsieur Strauss-Kahn a dit, et je cite quelques extraits :

« Nous devons faire en sorte que la voix des plus démunis soit entendue. Nous devons nous assurer que l’Afrique n’est pas laissée pour compte

« Mais le FMI n’est pas tout : pour aider l’Afrique en ces temps troublés, il faudra forger de nouveaux partenariats et donner une nouvelle impulsion à ceux qui existent déjà.

« Je souhaite aussi appeler le secteur privé et la société civile à redoubler d’efforts pour s’impliquer en Afrique. La forte hausse des flux de capitaux en direction de l’Afrique observée au cours des dix dernières années montre qu’il y a maintes possibilités d’investissement de toute première qualité sur le continent. C’est toujours le cas. Je conjure donc les investisseurs de ne pas tourner le dos à l’Afrique et de garder à l’esprit le rendement à long terme que peuvent rapporter les investissements dans cette partie du monde. »

« La communauté internationale se doit de venir en aide à l’Afrique à l’heure où ses besoins sont si grands. Ce n’est pas seulement pour nous un devoir moral en tant que citoyens du monde profondément inquiets du coût économique et social de cette crise pour l’Afrique, mais aussi une obligation historique, compte tenu de son passé colonial. »

Monsieur Strauss-Kahn a raison, mais alors pourquoi dans ces pays riches en matières premières de toutes sortes qui sont convoitées et exploitées par les pays de la communauté internationale pour leurs besoins propres, la population dans sa grande majorité a-t-elle  continué à vivre dans la misère ?

Une réponse à ce problème : LA CORRUPTION !

 j’ai lu dernièrement des articles concernant le voyage du Président de la République Française en Afrique qui a plaidé ces jours-ci « pour la démocratie et le respect des droits de l’Homme en Afrique et réaffirmé sa volonté de mettre en place une « relation renouvelée » entre la France et le continent africain » :

1-      pour la démocratie et le respect des droits de l’homme ?

Avant de donner des leçons à ce sujet au monde entier, la France ferait bien d’abord de balayer devant sa porte ! il n’y a qu’à se rappeler, parmi d’autres exemples, les déclarations de Bernard KOUCHNER depuis qu’il est ministre des Affaires Etrangères en France en contradiction avec ce qu’il avait dit à propos de la Guinée après les émeutes sanglantes de janvier 2007 : quelle n’a pas été ma stupéfaction, pour ne pas dire mon indignation,comme celles de la commission des Droits de l’Homme du Parlement Européen et d’Amnesty international France, quand il a dit en pleine célébration des Droits de l’Homme : «  il y a contradiction permanente entre les droits de l’homme et la politique étrangère d’un Etat, même en France » et qu’il ne fallait pas faire « d’angélisme »  Je ne reconnais plus, et beaucoup avec moi, de tous bords politiques, et de nombreuses ONG, celui qui était connu pour se battre partout dans le monde pour défendre les Droits de l’Homme et pour dénoncer les pays qui ne les respectaient pas !

Déjà lors de la visite controversée l’an dernier à Paris du dictateur Lybien Mouammar KADHAFI, M. Bernard KOUCHNER, qui, disait-il, n’était pas d’accord avec  sa venue,  a quand même déclaré qu’un ministre des Affaires Etrangères devait savoir « avaler son chapeau » !

2- pour mettre en place une « relation renouvelée entre la France et le continent africain ? »

Très bien si c’est pour éradiquer la misère et la corruption: mais, comme l’indiquent les articles de presse, la principale raison de la venue du président français c’est pour des intérêts économiques en se faisant accompagner au Congo et au Niger par le PDG d’Areva, Anne Lauvergeon, pour l’exploitation de mines d’uranium indispensables à la France pour ses centrales nucléaires avant que la Chine ne s’en empare ! Contenu de ces contrats ? Inconnu mais : « la promesse du président français que les intérêts économiques de la France pour ces pays bénéficieront le plus possible au développement du pays et de sa population et que la transparence de ces tractations sera de rigueur» : cette promesse sera-t-elle tenue ?... à voir !

Un autre exemple : Madagascar, un article paru dans une presse française le 28 mars 2009 intitulé : « Le coup d’état de Madagascar n’a pas désespéré la France » : un contrat a été signé avec le groupe Total grâce à l’action du président français, (sinon c’était la Chine qui allait exploiter le sous-sol!)

Combien de fois avons-nous entendu la communauté internationale dire durant de nombreuses années qu’elle agirait grâce à leurs accords  économiques avec ces pays africains pour éradiquer la corruption et la misère des populations et comme par hasard les présidents des états concernés par le pillage de leurs richesses sont tous milliardaires et ont des biens partout dans le monde, les accords n’ont pas été respectés et la population se révolte !

Un exemple de pays d’Afrique de l’Ouest que je connais bien : la République de Guinée.

Pendant 7 ans je suis resté en Guinée de fin 1995 à fin 2002 non pas comme investisseur venu piller les richesses du pays au détriment de la population :

- mais d’abord fin 1995 comme consultant international en décentralisation pour faire avec des cadres du ministère guinéen de l’intérieur de la formation aux élus locaux,

- et ensuite pour venir en aide bénévolement à des familles guinéennes dans de nombreux domaines (éducatif, alimentaire, santé  et en voulant créer pour les Guinéens des petites PME dirigées par des Guinéens avec du personnel guinéen formé sur place et en France.

Mais malheureusement tout cela n‘a pas plu à la mafia locale hautement protégée au niveau du ministère de la justice guinéenne, car je refusais de rentrer dans le cycle de la corruption devenue une institution et en 2002 tout s’est mal terminé pour moi : sur demande de la mafia locale j’ai été arrêté et incarcéré arbitrairement à la « maison centrale de Conakry, dite « maison de la mort et de la corruption », afin que je n’en sorte jamais.

Avant de rentrer en France fin 2002, malgré plusieurs tentatives de la mafia pour m’éliminer physiquement, j’ai réussi à démontrer  publiquement cette corruption auprès du ministre de la justice de l’époque qui d’ailleurs n’a tenu aucune de ses promesses.

Mais malheureusement ma plus grande déception en réalité a été aussi le fait que l’Administration Française, bien au courant de cette affaire, des menaces de mort et des tentatives d’élimination, n’a rien fait pour protester, me faire réhabiliter (ne serait-ce que pour non respect de l’article 9 de la Charte des droits de l’homme pour arrestation et incarcération arbitraires et non respect de l’article 8 de la Charte Africaine des Droits de l’Homme : évidemment je n’étais pas une raison d’état !)

Durant toutes ces années passées en Guinée, j’ai rencontré de nombreuses ONG, des responsables de dispensaires, des responsables de maisons d’accueils pour enfants handicapés,

des responsables de la Croix Rouge, des représentants religieux venant en aide aux enfants abandonnés : TOUS, je dis bien TOUS, me disaient : «  pourquoi la France tout comme l’Union Européenne, qui sont au courant de cette corruption, de cette misère, du non respect des droits de l’homme, de cette mauvaise gouvernance,de ce régime autoritaire et perverti, ne font-ils rien pour éradiquer d’abord cette corruption ?En agissant ainsi ils se rendent complices (c’est ce que disait  Mr Bernard KOUCHNER en janvier 2007 à propos de la Guinée dans une interview publiée le 31/01/2007 par l’AFP).

Rentré en France j’ai continué et je continue à me battre pour mes amis guinéens vivant dans la pauvreté, car je ne peux supporter l’injustice et la corruption, en dénonçant par de nombreux écrits ce qui se passait en Guinée et je continue à parrainer des familles guinéennes et à faire partie d’une organisation humanitaire pour la Guinée.

J’ai écrit un mémoire intitulé « Arnaque et Corruption en République de Guinée » qui est entre les mains des administrations Françaises et Guinéennes qui les laisse totalement indifférentes !

J’ai écrit un résumé succinct de mon mémoire, intitulé « Arnaque et corruption en République de Guinée », qui a paru sur des sites internet de Guinée (et je remercie les responsables de rédaction de ces sites).

Je n’ai pas cessé depuis plusieurs années, de dénoncer publiquement la dictature et la corruption en Guinée avec de nombreuses preuves à l’appui relatées dans mon mémoire et de mettre en garde la communauté internationale sur les graves problèmes existant dans ce pays d’Afrique de l’Ouest : un des pays où règne majoritairement la misère mais un des pays les plus riches en ressources naturelles pillées par des investisseurs étrangers peu scrupuleux s’en mettant plein les poches avec le soutien de l’Etat Guinéen au détriment de la population et de dénoncer la non application en Guinée de la LOI Fondamentale votée le 28 septembre 1958. dans certains de ses principes et non des moindres :

Je n’ai pas cessé de dire et d’écrire ce qui pouvait se passer dans l’avenir si cette Loi Fondamentale n’était pas respectée, si on laissait le peuple de Guinée dans la misère et si on continuait à enrichir les gouvernements successifs et la Présidence de la République au détriment de la population guinéenne auprès de :

-  l’Administration Guinéenne (Ambassade de Guinée à Paris, Assemblée Nationale, Ministères des Affaires Etrangères, Secrétariat de la Présidence à Conakry)

-  l’Administration Française (Ministère des affaires étrangères, Secrétariat d’Etat aux Droits de l’Homme, Assemblée Nationale, nombreux Parlementaires, Ligue Française des Droits de l’Homme

-  l’Union Européenne , Amnesty International

 -  la Fédération Internationale des Droits de l’Homme, Fédération Guinéenne des Droits de l’Homme

 - la presse guinéenne et la presse française

Résultat de mes interventions : AUCUNE SUITE !

Déjà en 2003 le Secrétariat Général des Nations Unies, compte tenu de ce qui se passait en Guinée en matière de corruption, de non respect de la démocratie, avait été averti par un haut diplomate Guinéen sur la possibilité d’un coup d’état militaire en cas de vacance du pouvoir en place. La communauté internationale n’a pas bronché.

Tout cela je l’ai écrit à l’Union Européenne au Commissaire Européen pour le développement et l'aide humanitaire, ainsi qu’au Gouvernement Français en apportant les preuves de cette corruption et des arnaques continuelles de la mafia guinéenne qui agit en toute impunité en Guinée car hautement protégée, et ce qui devait arriver, est arrivé : la population qui n’avait plus rien à manger est descendue dans la rue en janvier 2007 et il y a eu des centaines de morts. J’ai toujours en mémoire ce e-mail d’un étudiant guinéen à Conakry que je ne connais pas mais qui a eu en main une photocopie de mon mémoire sur la corruption en Guinée : « si on n'est pas content parce qu'on crève de faim, parce qu'on ne peut plus vivre dans ces conditions de misère, parce qu'on ne peut plus se soigner, on essaie de protester mais l'État s'en fiche. Si on descend dans la rue, on nous tape dessus ou on nous tire dessus : voyez ce qui s'est passé en janvier 2007! Je vous en supplie aidez-nous! »

En décembre 2008 le Président Lansana CONTE est décédé et un coup d’état militaire prévisible a eu lieu.

Quelle a été ma surprise de voir aussitôt la communauté internationale (dont la France, premier bailleur de fonds de la Guinée, et l’Union Européenne) s’insurger subitement contre ce putsch militaire alors que jusqu’à maintenant elle ne bronchait pratiquement pas durant le régime précédent ?

J’ai lu par exemple sur un site guinéen le commentaire suivant qui donne en effet à réfléchir :

« En tous les cas, le putsch a déjà été condamné par la CDEAO, l'Union africaine, les Nations Unies, les Etats-Unis, la France et l'Union européenne. Est-ce une lâcheté de la communauté internationale qui intime l'ordre de respecter la Constitution et la démocratie, alors que cette dernière n'a jamais connu le jour en Guinée ?

En réalité, au moment où Lansana Conté bafouait paisiblement celle-là, en volant les suffrages lors d'élections, violant la Constitution -qu'il a lui même enfantée-, tuant les civils à l'occasion de mouvements populaires à répétition, le mutisme était de rigueur chez les donneurs de leçons »

OUI :

- la communauté internationale(dont la France et l’Union Européenne) savait très bien que la LOI Fondamentale en Guinée n’était pas respectée, que les Droits de l’Homme étaient bafoués, que la corruption était devenue une institution

- la communauté internationale (dont la France et l’Union Européenne) savait aussi très bien que la Guinée restait un des pays dans lequel la population vivait majoritairement dans la misère dans tous les domaines  et pourtant elle  continuait à donner à la GUINEE des millions de dollars et d’euros au détriment de la population !

C’est la raison pour laquelle j’ai écrit un article intitulé « l’Hypocrisie de la communauté internationale vis à vis de la Guinée » qui pourrait s’appliquer également à beaucoup d’autres pays d’Afrique.

Cet article est paru sur de nombreux sites internet de Guinée  et a reçu un formidable écho favorable dans le monde entier : plus de cent mails de Guinéens de Guinée, de France, d’Afrique, d’Angleterre, d’Espagne, d’Allemagne, des USA, de Roumanie et même de Russie.

J’ai également été très étonné par le nombre très important de mails que j’ai reçus en quelques jours, de nombreuses ONG  et d’hommes politiques de tous bords approuvant entièrement mon article, comme quoi la vérité est toujours bonne à dire même si ça ne plait pas aux gouvernements concernés !                              

LA REUNION DU G20 A EU LIEU : QUE VA-T-IL SE PASSER MAINTENANT POUR LA REPUBLIQUE DE GUINEE ?

 Avec le nouveau pouvoir en place :

Les Guinéens doivent enfin savoir exactement, dans la plus grande transparence, la destination des millions d’euros et de dollars donnés par la Communauté internationale (dont l’Union Européenne et la France bien entendu) aux précédents gouvernements.

Les Guinéens doivent connaître maintenant les malversations commises et les raisons exactes pour lesquelles des investisseurs étrangers peu scrupuleux s'en mettaient plein les poches en pillant les richesses du pays au détriment de la population.

Le nouveau pouvoir doit s’engager publiquement à respecter la LOI fondamentale, à éradiquer la corruption à tous les niveaux de l’administration et à rendre publics les moyens pour y arriver, et à tenir ses promesses.

Le nouveau pouvoir doit faire en sorte que les richesses naturelles du pays qui lui appartiennent soient exploitées par les Guinéens eux-mêmes en toute transparence et que les ressources obtenues profitent à la population pour lui permettre enfin de sortir de la misère dans laquelle elle se trouve actuellement.

Cela ne veut pas dire qu’il doit refuser l’aide de la Communauté internationale : pas du tout cette aide, comme l’a promis le président du FMI, Monsieur Strauss-Kahn envers l’Afrique, dont la Guinée bien sûr, (d’autant plus que le G20 a promis au FMI de tripler ses fonds, avec 500 milliards de dollars US supplémentaires) doit être utilisée à bon escient, servir d’appoint aux travaux engagés par le gouvernement guinéen dans tous les domaines indispensables à la vie de tous les jours de la population : eau, électricité,entretien des routes, hygiène, santé publique, problèmes sanitaires, alimentaires, scolaires etc…

Les problèmes de raison d’état entre gouvernements ne doivent plus jamais exister, les Droits de l’Homme ne se marchandent pas, y compris pour avoir des contrats publics ou des contrats privés :

l’aide financière qui sera versée par la communauté internationale (dont la France) doit être utilisée en toute transparence pour aider le gouvernement guinéen à éradiquer la misère dans son pays et non pour alimenter la corruption !

Mon seul espoir est que la Guinée, que j’aime pour y avoir tant d’amis, trouve enfin la paix et la sérénité.

Que Dieu aide la Guinée et les  Guinéens.                        

Bernard AUGER                  e.mail : bernardaugere@yahoo.fr

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (1)

1. BAYO Abidine 21/04/2009

Merci pour l'intérêt que vous accordez aux pays africains en général et à la guinée en particulier.Les voeux que vous formulez pour la suite des évènements dans notre pays, sont j'ose espérer, le souhait de tous les patriotes guinéens et les amis de la guinée. Puisse Dieu faire en sorte que nos rêves deviennent un jour réalité.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×