Guinée: Bonne gouvernance-colonne vertébrale du développement économique et social

Accorder la priorité aux perspectives de développement économique et social permettra à l’épanouissement d’une société véritablement démocratique et à ouvrir la voie à l'élection d'un idéal  président au terme de la transition en cours qui suscite assez d’espoir. Espoir associé aux efforts du Comité National du Développement et de la  Démocratie (CNDD) à démanteler et à freiner le trafic de drogue qui florissait de façon incontrôlée. A cela s’ajoute l’examen des détourneurs du dénier public qui avaient considéré la corruption comme une culture de gestion pendant les dix dernières années. Aujourd’hui, les actions du CNDD que prône le Président de la République, Capitaine Moussa Dadis Camara,  poussent cette culture à céder la place à la transparence et à l’obligation de rendre des comptes quand il s’agit des opérations d’intérêt national à savoir des dépenses publiques et la gestion des ressources naturelles.

Dans le contexte guinéen on ne peut pas uniquement se focaliser sur les grandeurs macroéconomiques et espérer à un développement significatif. La bonne gouvernance s’impose. Elle est indispensable à l’aboutissement à celui-ci. C’est une volonté politique qui en manquait. Le passage à la télévision nationale des anciens ministres en ce mois de mars 2009 pour s’expliquer et se défendre contre des malversations économiques que le célèbre Comité d’Audit et de Surveillance des Secteurs Stratégiques de l’Économie (CASSSE) a révélées à leur compte, est une évidence de la nécessité à renforcer la bonne gouvernance déjà intégrée dans les documents de stratégie de réduction de la pauvreté. Mais cette fois-ci avec des hommes dignes de confiances comme ceux qui sont entrain de travailler sur le terrain sous la vigilance du CNDD. Il conviendrait de la définir comme une priorité et allouer des ressources financières conséquentes pour la mise en œuvre de son fonctionnement. Conjointement, le développement social et le développement économique en dépendent, car sans le premier, la croissance économique ne peut pas être soutenue. Mes félicitations vont au Président de la République, au CNDD et au gouvernement sans oublier l’ensemble des forces vives dont les avis ont été, dans la plus part des cas, marginalisés avant l’avènement du CNDD en décembre 2008.

Si des inquiétudes se sont soulevées vis-à-vis de la capacité des militaires, actuellement au pouvoir,  à forger une crédible stratégie politique de dimension nationale à cause du manque d'expérience dans la gestion de l'administration publique, ces derniers, dans le souci de relever les défis avec esprit rassembleur et amour pour la patrie, ont toute fois tendu la main à l’UA, à la CEDEAO, à l’UE, aux NU et aux USA malgré le scepticisme de certaines opinions ; et  ont montré leur disponibilité totale à collaborer avec toutes les forces vives, des intellectuels, des professionnels et étudiants comme on peut constater le forum sur les mines au palais du peuple à Conakry dirigé par le président lui-même, la rencontre de Monsieur Habib Ann 3ème vice président du CASSSE avec les ressortissants guinéens à la mission permanente de la Guinée auprès des Nations Unies à New York, et tout dernièrement à New York le 14 mars 2009, celle de Madame Hadja Mafoula Sylla,  Ministre des Affaires sociales ;  et de Madame Maïmouna Diallo, Directrice de Cabinet de la Présidence. Au cours de ces rencontres, chacun était libre de faire des propositions concrètes et/ou exprimer ses soucis et questions dans une atmosphère conviviale, vive de joie et de respect dans le but de rassembler des connaissances relatives au fonctionnement des activités d’une administration publique ou privée afin de l'appliquer aux tâches élaborées par le gouvernement selon nos besoins.

Aujourd’hui, le jeune Président Capitaine Moussa Dadis Camara à la tête du CNDD vient de placer un acte honorifique qui séjournera pour toujours dans la mémoire collective des guinéens. Son honnêteté, sa sincérité et sa volonté à replacer la Guinée dans les voies de développement socioéconomique durable qui conditionne le progrès démocratique, justifient son adhésion au chronogramme de transition proposé par les forces vives. Voilà une personnalité dépourvue de tout esprit égoïste. Une petite personne dirait certainement qu’il n’y a pas de raison à sacrifier toutes ses énergies pour accomplir un travail compliqué et rassis dont les résultats positifs ne seront visibles que lorsque le nouveau Président issu des élections sera installé. Mais la Guinée a eu la chance d’avoir une grande personne qui se place au dessus des petites justifications et donne la priorité à la bonne gouvernance qui conditionne le progrès social. Celui-ci défend la croissance économique dont le succès soutient durablement le développement démocratique.

Les défis nous attendent encore devant. L’explosion de la crise financière économique qui a été sévèrement ressentie en août 2007 après l'effondrement des prêts hypothécaires aux États-Unis, interpelle aujourd’hui l’attention des décideurs politiques des grandes économies mondiales. Ils articulent de parts et d’autres des efforts pour soutenir ensemble des objectifs consistant à élaborer un plan efficace pour définir les mesures  visant à sortir de la crise. Une baisse de la croissance économique est prévue à 0.5% pour l’année 2009.  Avec ce ralentissement mondial, le FMI a prévu en janvier 2009 que la croissance en Afrique Sub-saharienne  va ralentir de 5% en 2008 à environ 3 ¼ % en 2009, soit une baisse de 1.75%. Si la croissance du PIB réel en guinéen a été estimé à 4.9%[i] selon les données officielles du gouvernement en 2008, il  sera largement inférieur à ce nombre en 2009 due au manque d’infrastructures de base (l’eau et l’électricité toujours persistants)  et à une réduction inévitable de l’afflux des aides financières qui va certainement affecter les activités dans les secteurs minier et de construction. Une estimation de la baisse à plus de 3% ne sera pas une grande surprise. Mais cela ne serait pas une raison de baisser les bras. Ce sont les effets d’une crise mondiale qui frappe tous les pays industrialisés d’ailleurs.

 

Les politiques monétaire et budgétaire doivent être ainsi modifiées à l’image de nos besoins pour soutenir la croissance et de maintenir cette position dans le court et moins termes. Encore une fois, c’est le lieu de donner des moyens à la CASSSE ou à toute autre institution sous le contrôle du gouvernement pour développer des stratégies visant à assurer la viabilité budgétaire à long terme pour éviter des fraudes et des prélèvements fantaisistes qui ont caractérisé notre système de gestion pendant plus d’une décennie.

 

La stabilité macroéconomique est indispensable pour soutenir notre croissance. Ayant confiance que le peuple de Guinée choisira l’idéal Président en décembre 2009, une croissance nettement supérieure aux données récentes est probable  en 2010 car nous aurions l'occasion d’avancer le programme de réforme structurelle en vue d'améliorer les perspectives de croissance. Et Puisque nos perspectives économiques restent profondément dépendant des progrès relatifs à l’amélioration de la stabilité politique, la Guinée a moins de souci à ce niveau à cause de l’adhésion légendaire du Président Capitaine Moussa Dadis Camara et du CNDD au chronogramme des forces vives de la nation.  

 

En conséquence, le peuple attend  des différents leaders politiques de notre pays, une preuve pour faire en sorte que les élections conduisent à une plus grande stabilité et à un renforcement progressif des institutions politiques. En effet une stratégie de campagne incluant les possibles solutions aux défis économiques et énergétiques y compris l’eau, l’électricité, le transport et l’agriculture pour ne citer que ceux-là,  constituerait  le mot d’ordre  à promouvoir une grande adhésion populaire aux partis.  Tout le monde doit se mettre au travail, sacrifier une bonne partie de son temps au bénéfice de la Guinée pour que cette occasion nous donne la possibilité de mettre en place une série de réformes institutionnelles destinées à améliorer l'efficacité de notre administration. Je suis sûr et convaincu que nos leaders en sont capables.

Cette fois, l’ethnie et la région n’ont pas de place dans les comportements, dans les campagnes et dans le vote. Que le candidat ayant le meilleur programme gagne.

 

Mamoudou Kouyaté

Depuis New York



[i] En fait 4,5% avait été initialement prévu. Mais on passerait à 4.9% essentiellement à cause de l’augmentation significative des valeurs ajoutées dans les secteurs de la construction, de l’exploitation minière et agricole. (Source du gouvernement guinéen).

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×