Aventurier en transit : attention, AC pourrait fuir de Guinée !

image001.jpg

AC, « chef du territoire » se trouve dans la situation d’un voyageur à une escale et qui ne franchit pas le contrôle de la police et de la douane. C’est ce qu’on appelle le transit. Le voyageur, c’est bien ce « soudano-voltaïque » qui nous a été imposé par cooptation ; cette escale, c’est bien Conakry avec son port et son aéroport. N’a-t-on pas remarqué que lorsqu’il quitte Conakry, c’est pour se rendre non pas à l’intérieur de notre territoire mais à l’étranger? Comme les anciens pirates, AC ne s’éloigne jamais de la côte. La plupart des résidents de Boffa, de Timbo, de Baro ou de Zowota entendront souvent parler d’AC mais ne le croiseront probablement jamais. Car lorsqu’on n’a pas d’attaches avec un pays, on ne s’y attarde pas !

AC est sur la voie de l’échec total et je prie DIEU pour qu’il échoue définitivement, ses intérêts étant contre l'intérêt de la Guinée. Faudrait-il souhaiter bonne chance au responsable de nos malheurs? A celui qui a montré son incapacité à conduire notre pays sur la bonne voie? Chaque jour, il reçoit des investisseurs étrangers (Saoudiens, Nigérians, etc.) mais sans que la Guinée ne profite du moindre investissement. C’est la preuve qu’il n’inspire aucune confiance, même au sein des siens.

 

Mais attention ! Comme il n’a pas d’attaches avec la Guinée, cet aventurier peut fuir à tout moment. Il faut l’en empêcher car il doit répondre devant un tribunal spécial des crimes économiques et de sang commis contre notre pays.

 

Aujourd’hui, un petit espoir renaît en Guinée. La manifestation du 20 septembre 2012 des opposants au système AC est apparu comme un succès indéniable. Ne parlons pas d’opposition en Guinée car ce terme s’applique aux démocraties où coexistent, dans le respect, une majorité qui gouverne et une opposition responsable qui joue son rôle et qui bénéficie, dans un cadre légal, de droits. Dans tout Etat de droit, les adversaires politiques se combattent loyalement, sans adversité ! En Guinée, parlons plutôt d’opposants, qui n’ont de droits que ceux qu’ils arrachent au prix de sang et de larmes.

 

Les opposants à AC sont nettement majoritaires en Guinée. Leurs leaders politiques constituent, non pas une alternative (AC étant nul), mais une réelle substitution crédible au système «ethno dictatorial» en place.

 

Le «Collectif» et l’ «ADP» sont devenus, depuis ce 20 septembre, les deux mamelles de la Guinée nouvelle :

- Cellou Dalein de l’UFDG exige l’organisation d’élection transparente. Il a raison : on doit savoir qui vote et pour qui. AC veut nous flouer par son flou !

- Lansana Kouyaté du PEDN, dans un élan « kouroukan fouganesque », invite son ex allié à tirer une leçon de cette mobilisation contre lui. Il a raison et est devenu raisonnable. Mais un con assimile-t-il facilement une leçon ?

- Sidya Touré de l’UFR insiste sur la nécessité d’une Assemblée Nationale pour contrôler l’action gouvernementale. Il a raison : il y a des dictatures avec des députés à la solde du pouvoir mais il n’y a pas de démocratie sans députés représentatifs des citoyens.

- Aboubacar Sylla de l’UFC préconise le départ de « Waymark ». Il a raison : cet opérateur, qui a charcuté sans anesthésie le fichier électoral, ne doit plus opérer en Guinée. Qu’il s’en aille avec ses « kits et ses calques » car son « casier moral » est trop chargé.

- Elhadj Fodé Soumah de la GeCI met en garde les Guinéens contre une « fausse opposition » (préfabriquée par les services d'AC). Il a raison : il faut séparer le bon grain de l’ivraie. C’est prudent de bien savoir ce que fait pendant la nuit celui qu’on voit s'agiter le jour.

- Faya Millimouno dont le combat pour la démocratie force l’admiration, demande la prise en compte des Guinéens de l’étranger. Il a raison : un citoyen conserve ses droits même en dehors de son pays.

 

Regardez bien cet échantillon : il est très représentatif de la Guinée : la basse, la moyenne, la haute et la forestière ! Il est capable de constituer une coalition gagnante face à la coagulation stagnante faite de fric douteux et de frasques niaises, sources de frustrations intolérables.

 

La Guinée pourrait s’en sortir. Son scandale n’est pas géologique mais politique. Son problème est celui du leadership car tous ceux qui l’ont dirigée ont conçu ou conçoivent le pouvoir non pas comme un service mais comme une domination.

 

On peut se débarrasser de cette calamité qu’est AC car ce papy n’est fort que sur la papier, ce sont ses opposants qui ne sont pas bien organisés. Même ses miliciens viennent de démontrer qu’ils en ont marre de tirer sur des manifestants pacifiques. Personne ne demande de changer d’univers mais simplement d’atmosphère. Pour mieux respirer, il faut se débarrasser de ce faux prof, à la fois incompétent et cruel. C'est d'autant moins difficile que c'est maintenant lui qui se trouve coincé comme un con entre le marteau du RPG et l'enclume du PDG.

 

Je vous salue !

I.Kylé Diallo

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×