Communiqué de l'opposition relatif au chronogramme du 28 juillet proposé par la CENI

imagescarf7uzz.jpg
 
Le 28 juillet 2013 est on le sait, la nouvelle date que la CENI propose à nouveau, comme date de la tenue des élections législatives. En réponse à cette décision, les partis politiques de l’opposition réunis au sein de  que l’ADP, le Collectif, le CDR et le FDP, interpellent le facilitateur international du dialogue politique en cours, sur le manque de consensus par rapport à certaines questions importantes inscrites à l’ordre du jour du dialogue et lui signifier par la même occasion, le rejet par l'opposition, du projet de chronogramme que la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) vient ainsi d’établir.
Communiqué:
 
Alliance pour la démocratie et le progrès (ADP)
Collectif des partis politiques pour la finalisation de la transition (Collectif)
Club des républicains (CDR)
Front d'union pour la démocratie et le progrès (FDP)
Conakry, le 17 juin 2013
 
A l’attention de Messieurs les facilitateurs du dialogue politique inter-guinéen
 
Conakry
 
Objet : projet de chronogramme
des élections législatives
 
Messieurs les Facilitateurs,
 
Nous accusons réception du projet de chronogramme que la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) vous a transmis en date du 13 juin 2013 et avons l’honneur de vous faire part de l’analyse que l’ADP, le Collectif, le CDR et le FDP en ont faite.
 
En effet, après examen de «la synthèse des conclusions et recommandations du dialogue inter-guinéen» que vous avez bien voulu nous faire parvenir, nous voudrions attirer votre aimable attention sur le point 19 dudit rapport indiquant que le facilitateur international a relevé : « qu’il y avait encore du travail à faire » et évoqué explicitement « les questions sur lesquelles il n’y a pas eu encore un accord complet ».
 
Entre autres, les activités suivantes prévues par le cadre de dialogue ne sont pas encore réalisées:
 
1- La mise en place du Comité de veille auprès de la CENI ;
2- La reconstitution des CARLE ;
3- L’ouverture d’une période raisonnable de révision exceptionnelle des listes électorales ;
4- Le recrutement par l’opposition de deux experts auprès de la CENI
 
De même, les questions ci-après, bien qu’ayant été examinées lors du Dialogue politique, n’ont pas encore fait l’objet de consensus :
 
1- le choix transparent d’un nouvel opérateur technique de révision du Fichier électoral devant servir pour la présidentielle de 2015 ;
2- l’indemnisation et la prise en charge des victimes des violences exercées ces derniers mois lors des manifestations pacifiques de l’opposition ;
3- L’engagement de mesures diligentes et transparentes pour l’identification, la poursuite devant les tribunaux et la condamnation effective des auteurs de violences sur les manifestants ;
 
Nous rappelons également que le point 17 de votre rapport-synthèse traite de la question du chronogramme en ces termes : «cette question ne serait qu’une conséquence d’un certain nombre de conclusions qui seraient tirées sur les trois premières questions de l’ordre du jour ».
 
Tenant compte de ce qui précède, l’opposition républicaine estime que des questions importantes liées aux trois premiers points inscrits à l’ordre du jour du dialogue restent encore en suspens. Aussi, le chronogramme qui est sensé être la conséquence directe du consensus y afférent, ne saurait-il être validé.
 
Par ailleurs, le projet de chronogramme soumis par la CENI présente les inconvénients majeurs suivants :
 
- Il ne tient pas compte des délais légaux de planification et d’exécution des activités et viole les dispositions de l’article 62 du Code électoral qui prévoit un délai de 60 jours, en cas d’annulation pour la tenue d’un scrutin ;
 
- Il ne satisfait pas les conditionnalités dont sa mise en œuvre est fortement tributaire notamment, son approbation par les parties prenantes au dialogue au plus tard, le vendredi 14 juin 2013 ;
 
- Il est déjà obsolète en raison du retard pris par la mise en place des CARLE et l’ouverture de la période de révision exceptionnelle des listes électorales ;
 
En tout état de cause, nous tenons à rappeler que l’opposition républicaine ne sera partie prenante effective au processus électoral qu’après signature de l’accord politique global qui résultera du dialogue dont elle se félicite, par ailleurs, des avancées significative et des perspectives de dénouement heureux.
 
Veuillez agréer Messieurs les Facilitateurs, l’assurance de notre considération distinguée.
 
Pour l’ADP, le Collectif des partis politiques
pour la finalisation de la transition, le CDR et le FDP
 
Le Porte-parole
 
ABOUBACAR SYLLA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×