Communiqué du Collectif des Guinéens Contre la Répression (CGCR)

248968.jpg

Rappel historique

Depuis le massacre de Guinéens lors des grèves de 2006-2007, nous, Collectif des Guinéens Contre la Répression, avions commencé à nous mobiliser et à rassembler des preuves, en vue de poursuivre les responsables de ces carnages. Avant les massacres du 28 Septembre 2009, nous avions déjà contacté plusieurs cabinets d’avocats à Bruxelles (Belgique).

 Mais avec cet évènement, nous sommes passés à l’offensive. Nous avons parcouru toute la Belgique et le Benelux afin de rencontrer des victimes, et les convaincre de se joindre à notre démarche. Malheureusement, par peur de représailles en Guinée, des dizaines de victimes ont décliné notre proposition.


Malgré tout, nous avons continué le combat, sachant que pour porter plainte contre un État ou ses responsables, il est important que les preuves soient irréfutables et que le nombre de plaignants soit significatif.


Avocats

Depuis plusieurs années, nous travaillons étroitement avec nos avocats. Pour rappel, les textes sur la compétence universelle en Belgique, permettent à des ressortissants belges (ou étrangers vivant en Belgique depuis au moins trois ans), de se constituer partie civile dans une telle procédure internationale. Malgré l’évolution des textes exigeant des conditions de plus en plus restrictives, et avec les conseils de nos avocats, nous avons rempli toutes les conditions. Et malgré toutes les menaces évoquées ci-après, nous vous confirmons que la plainte a bien été déposée auprès du Procureur fédéral de Belgique le 6 Avril dernier.


Objectif et nature du CGCR

Notre objectif est de mettre fin à l’impunité en Guinée. Que tous ceux qui ont une responsabilité dans notre pays (qu’elle soit militaire, sécuritaire ou politique), prennent conscience désormais, que les populations, et notamment les victimes, les attendent de pied ferme. Notre plainte vise tous les responsables des massacres commis en Guinée depuis les grèves de 2006-2007 jusqu’à aujourd’hui, et avec comme point focal, les massacres du 28 Septembre 2009. Qu’ils soient peuls, soussous, malinkés, forestiers ou même étrangers - certains étrangers ont effectivement été mis en cause -, notre détermination sera la même.


Dans le dossier judiciaire, notre Collectif n’est formé que par des victimes – dont certaines n’ont pas encore fait le deuil, car les assassins ont pris soin de faire disparaître certains cadavres. Ces victimes sont à respecter et à encourager, car pour rompre cinquante ans de silence et d’injustice, il faut une certaine dignité et un engagement sans faille. Enfin notre Collectif n’est à la solde d’aucune organisation tierce, car notre objectif n’est pas de nous faire un nom, notre combat n’étant pas commercial, mais humanitaire.


Polémiques

A ce sujet, il est bon de rappeler que depuis le mois de Novembre dernier, des personnes mal intentionnées tentent d’enfreindre le processus normal du dossier, alors qu’elles prétendaient nous soutenir. D’un coté, elles se font passer comme les initiatrices ou les conceptrices du dossier. De l’autre, elles disent être trahies par leurs représentants. Tantôt, elles écrivent dans les réseaux sociaux ou les sites web pour nous diffamer et nous menacer (y compris nos familles), tantôt elles nous  accusent d’avoir reçu de l’argent. De même, elles nous accusent parfois d’être à la solde de politiciens. Enfin, elles parlent de communiqué caché, voire de retirer le dossier du cabinet d’avocats, pour lequel elles ne sont pourtant pas parties prenantes.


Depuis le mois de Novembre 2011 nous avons beaucoup entendu ou lu sans réagir, car et la sagesse et l’objectif poursuivi, nous ont poussé à la retenue. Ces personnes n’ont même pas hésité à aller enquêter sur nos familles, là où nos proches habitent et travaillent en Guinée, ce qui nous a poussés à prendre des dispositions sécuritaires pour nos proches.


Usurpation

Des appels à contribution ont été lancés sur le net. Comme vous avez pu le constater, nous n’en sommes pas à l’origine, et nous n’avons jamais été consultés ou associés à cette campagne. C’est la raison pour laquelle, vous ne serez pas surpris d’apprendre que les sommes récoltées par cette organisation, n’ont pas servi au dossier pour lequel elles ont été sollicitées. Récemment nous avons été informés qu’un certain Mamadou Saïdou Diallo a appelé la radio de l’Union du Fouta aux USA pour dire que c’est son organisation qui a déposé la plainte antérieurement. Il dit qu’il a réussi à lever des fonds importants, mais qu’il leur reste encore quelques milliers d’euros à mobiliser.

Comme dit précédemment, ce dossier n’appartient à aucune organisation guinéenne, dont les comptes-rendus faisant état de l’avancement du dossier sont hors de propos avec la réalité, puisque le dossier est l’œuvre du Collectif des Guinéens Contre la Répression, formé uniquement par les victimes elles-mêmes.

En dehors des victimes, personne n’a été désigné pour nous représenter. Nous vous laissons libre de juger de telles pratiques, sachant que cela ne concerne pas notre dossier. Nous savons que nos morts ne vont jamais revenir. Notre engagement et notre lutte concernent les survivants. Pour éviter que l’on nous détourne de notre objectif, nous avons décidé que toute action censée nous soutenir, doit recevoir préalablement notre approbation. Tous les contacts se font via notre mail :  cgcr2009@gmail.com

Pour le Collectif des Guinéens Contre la Répression

Ousmane  Bah

le Collectif des Guinéens Contre la Répression

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site