COP21 : un immense succès diplomatique, mais un échec climatique

2625503lpw 2625518 article cop21 jpg 3208972 660x281

Hier, c'était le temps de l'euphorie. Nous n'avons pas eu le cœur de gâcher la fête. Même Laurent Fabius n'a pu retenir une petite larme au moment d'annoncer l'accord. La France, mais aussi le monde entier, craignait tellement de ne pas y parvenir. Après l'échec cuisant de la COP de Copenhague en 2009, toutes les délégations, toutes les organisations non gouvernementales s'étaient dit « Plus jamais ça ! » Mission remplie.

Il y a eu un accord. Il fallait voir le ministre chinois tomber dans les bras de John Kerry. Ségolène Royal, presque danser la gigue avec Ban Ki-moon. Toute la soirée, les tweets ont chauffé. Manuel Valls : « Une victoire pour la planète. » Cécile Duflot : « Formidable ! C'est maintenant que tout commence ! Aux actes ! » Barack Obama : « C'est énorme : la quasi-totalité des pays du monde ont signé l'accord de Paris sur le changement climatique. »

César de la diplomatie

Pendant quelques heures, la planète a oublié ses conflits, ses épidémies, ses inondations. Gloire à Laurent Fabius qui a su faire un triomphe planétaire d'un accord vidé d'une grande part de sa substance. S'il existait un césar de la diplomatie, il le mériterait mille fois. Il a su rallier tous les récalcitrants en multipliant les compromis. Bref, la COP21 s'achève sur un immense succès diplomatique, voilant une retraite climatique. Sans vouloir jouer les rabat-joie, faut-il vraiment s'extasier devant un objectif de contenir l'augmentation de la température de la planète à 2 °C (et de même de poursuivre les efforts pour viser 1,5 °C, afin d'avoir les voix des petits états insulaires) alors que la réalité est bien autre ? Dans le même temps, les engagements de réduction des gaz à effet de serre pris par 187 pays conduisent à un réchauffement supérieur à 3 °C d'ici à la fin du siècle. Allô ! la schizophrénie ! L'accord ne mentionne aucune date pour un pic d'émissions mondiales de gaz à effet de serre. « Aussi tôt que possible » est-il seulement mentionné. Pour cacher ce flou, l'accord fait miroiter une révision à la hausse des engagements. Laurent Fabius l'aurait voulu dès 2017. Il faudra attendre 2025. Bien trop tard, selon les climatologues, si l'ont veut endiguer un réchauffement porteur de graves perturbations climatiques.

De même, pour ne pas perdre en route l'Arabie saoudite et le Venezuela qui dépendent du pétrole pour leurs ressources économiques, a-t-il fallu laisser dans le flou la date finale d'utilisation du pétrole. Quant à la création d'une taxe carbone, il n'y est plus fait mention dans l'accord. Certaines grandes ONG demandaient une date pour le remplacement des énergies fossiles par les énergies renouvelables. On l'a oublié. Qu'en est-il enfin du fameux fonds vert de cent milliards de dollars annuels que les pays riches se sont engagés à verser aux pays pauvres à partir de 2020 à Copenhague. Il reste toujours à l'appréciation des futurs donateurs, sans obligation contraignante. Pour calmer les pays du Sud, il a fallu mentionner dans l'accord que cette somme de cent milliards devra être un plancher pour l'après 2020 avec un nouvel objectif chiffré devant être défini au plus tard en 2025. Des promesses, rien que des promesses… Combien de temps encore les pays du Sud s'en contenteront-ils ?

 
« Should » au lieu de « shall »

Petite anecdote significative des compromis qu'il a fallu admettre. Le texte original de l'accord comprenait cette phrase : « Les pays développés doivent continuer à être en première ligne pour mener à bien des plans nationaux de réduction d'émissions de gaz à effet de serre. » Dans la version anglaise, le terme employé pour « doivent » est « shall ». En lisant cela, John Kerry saute au plafond, car « shall » est juridiquement contraignant. Le Sénat américain à majorité républicaine n'aurait alors pas ratifié l'accord. Bref, dans la version définitive, le « shall » est devenu « should » (devrait), qui n'est plus contraignant. Cette correction a ulcéré le Nicaragua qui refusait de signer l'accord avant que des interventions personnelles d'Obama et de Raúl Castro auprès de son gouvernement ne l'amènent à se coucher.

De toute façon, on ne voit pas trop comment l'accord pourrait être contraignant. Il faudrait déjà être capable de mesurer exactement les émissions de gaz à effet de serre, ce qui n'est pas une mince affaire, même en utilisant des satellites. Mais, surtout, qui se chargerait d'imposer des sanctions au pays fautif ? Par exemple, qui oserait demander des comptes au géant chinois, qui encore récemment, a avoué qu'il avait sous-évalué sa consommation de charbon de plusieurs centaines de millions de tonnes ? Néanmoins, il faut reconnaître deux grandes avancées à la COP21. Celui d'avoir uni tous les pays de la planète (hormis une poignée, dont la Corée du Nord) dans une même croisade climatique. Même s'il arrive tardivement, ce premier pas est appréciable. Enfin, la conférence de Paris a marqué une implication exceptionnelle de tous les acteurs de la société civile : les entreprises, les villes, les associations, les particuliers. Si on devait, par miracle, échapper à un dérèglement climatique majeur, ce serait surtout à ceux-ci qu'on le devrait. Reste maintenant pour les 195 parties impliquées (194 nations plus l'Europe) à ratifier l'accord de Paris dans les mois à venir. Et là, de mauvaises surprises peuvent encore surgir…

Par

Source: LE POINT

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×