Déclaration d’indignation du Conseil Supérieur de la Diaspora Forestière (CSDF) face aux massacres de la population de Zowota

logo-csdf-01.jpg

Nous, ressortissants de la Guinée Forestière et sympathisants, réunis au sein du Conseil Supérieur de la Diaspora Forestière (CSDF), avons appris avec émotion le massacre de paisibles citoyens guinéens à Zowota dans la préfecture de N’Zérékoré. Ces exécutions sommaires, perpétrées par des factions de l’armée régulière guinéenne dans la nuit du 3 au 4 août 2012 à 1 heure du matin, ont entrainées sur le champ cinq (5) morts dont : Messieurs Nyankoye KOLIÉ (chef du village), Moriba Tokpa KOLIÉ, Nazio KOLIÉ, Foromo KOLIÉ et un autre. Ce massacre s’est déroulé dans des conditions particulièrement terribles et dégradantes.

L’origine de ces crimes crapuleux serait la manifestation du 31 juillet 2012 organisée par les riverains contre le refus de la société minière VALE, de respecter ses engagements d’offre d’emploi et de dédommager les villageois expropriés de leurs terres.

Ce qui est très surprenant, à la fois accablant et édifiant est que ces assassinats qui ont par ailleurs fait plusieurs blessés et des dégâts matériels importants chez les riverains, ont été perpétrés quelques heures après la visite d’une délégation gouvernementale de cinq ministres dans la localité. Il faut également noter qu’un des blessés a malheureusement succombé à ses blessures, alourdissant encore le bilan de cette incompréhensible offensive. De plus, le gouvernement plutôt que de s’instituer dans une réelle procédure de résolution de la crise, s’est plutôt livré à une manœuvre de rachat des consciences traduite par la distribution de maudites sommes d’argent à une

partie de la population. Que sont alors devenus le devoir de ce gouvernement de faire une déclaration officielle de consternation par la voix même de son chef, et l’indispensable nécessité de mettre sur pied une commission d’enquête indépendante pour que les coupables (commanditaires et exécutants) soient dénichés et poursuivis ?

Le Conseil Supérieur de la Diaspora Forestière (CSDF), déplore cette autre attitude du gouvernement qui n’a pas condamné fermement cet acte ignoble mais a plutôt préféré protéger le site minier de la société VALE en niant les tueries de Zowota et en mettant en place des stratagèmes pour endormir la conscience de cette pauvre population.

Face à ce crime contre l’humanité, nous membres du Conseil Supérieur de la Diaspora Forestière (CSDF) et sympathisants:

ØCondamnons fermement les massacres de Zowota et la répression violente d’une manifestation récemment perpétrée par les forces de l’ordre guinéennes sur les populations de Siguiri entraînant un mort et plusieurs blessés;

ØNous inclinons pieusement devant la mémoire des martyrs de Zowota et de Siguiri en présentant nos condoléances attristées aux parents des victimes, aux communautés locales de Zowota et Siguiri ainsi qu’à tout le peuple de Guinée;

ØCondamnons les interventions abusives et le comportement répressif et très disproportionné du gouvernement à l’encontre des populations guinéennes;

ØAffirmons sans ambiguïté que le comportement de nos dirigeants et de leurs exécutants est non seulement inquiétant mais inacceptable car allant à l’encontre des dispositions de l’article 10 de la Loi fondamentale, du code minier, des lois en vigueur en Guinée ainsi que de tous les engagements internationaux de la République de Guinée notamment ceux relatifs au respect de la personne humaine et aux libertés et droits fondamentaux;

Ø Exigeons l’ouverture d’une enquête judiciaire indépendante afin de situer les responsabilités de tous ceux qui ont participé de près ou de loin à la planification et à l’exécution de ce massacre commis avec une telle inhumanité qu’il est une atteinte grave à la paix et à l’intégrité du tissu social dans notre pays.

ØExigeons la prise en charge par le gouvernement des personnes mutilées, traumatisées ou blessées et la réparation des préjudices causés aux victimes et à leurs familles; si les soins ne peuvent être effectués dans les hôpitaux guinéens, nous exigeons leur évacuation sanitaire dans des pays mieux dotés,

ØExprimons notre solidarité au peuple de Guinée dans ces conditions difficiles d’insécurité et réitérons notre soutien à Zowota dans ses revendications légitimes et ce, jusqu’à leur entière satisfaction;

ØExigeons la participation effective des communautés locales à la négociation et à l’exécution des conventions minières à l’instar de la plupart des pays qui hébergent des sociétés minières.

ØDemandons au Président de la République son implication personnelle dans la résolution de ce conflit entretenu et alimenté par des représentants de l’État en allant au-delà de simples décrets de limogeage, et d’adresser à la Nation guinéenne un message de condoléances et de condamnation de ces crimes crapuleux.

Enfin, nous voulons remercier tous les acteurs de la Paix: religieux, ONG, sociétés civiles, partis politiques, personnes engagées, etc. qui ont apporté leur soutien de toute nature depuis le début de ces évènements malheureux. Nous les exhortons à continuer d’appuyer les efforts des populations de Zowota et de tous les villages concernés par l’exploitation minière du Mont YONO, jusqu’à la satisfaction totale de leurs revendications légitimes.

Vive l’unité nationale

Vive la paix en Guinée.

Philadelphie le 23 août 2012

Le Conseil Supérieur de la Diaspora Forestière (CSDF)

Le Conseil Supérieur de la Diaspora Forestière (CSDF)

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site