Décrispation de l'atmosphère politique ?

Alpha cellou 2 1

Au regard des nombreuses réactions positives suscitées au sein de l’opinion publique nationale, il y’a lieu de reconnaître que la récente rencontre entre le Prof-Prési et le chef de file de l'opposition républicaine, a quelque peu, eu le mérite de décrisper l'atmosphère explosive, créée et entretenue ces derniers temps, dans le paysage politique guinéen, essentiellement, en raison non-respect des accords, avec pour conséquence fâcheuse, la rupture du dialogue entre les différents acteurs.

En effet, les 2 dirigeants, unanimement convaincus que la stabilité politique et sociale dans le pays demeure  le principal gage de réussite des projets de développement économique ambitionné par tous, ont  en dépit de leurs profondes divergences, mis cette occasion à profit, pour trouver quelques compromis heureux, à même d’arrondir les angles de friction.
Ainsi, entre autres engagements de principe, le Président de la République a, une fois n'est pas coutume, tenu à rassurer son interlocuteur et à travers lui, tous les guinéens épris de paix et de justice, par sa disponibilité á s'impliquer personnellement, pour le respect des termes des accords politiques passés et futurs.  En réaction de bonne foi, le chef de file de l’opposition républicaine semble pour sa part, accorder du crédit à ces promesses du chef de l'État et se dit aussi enclin à calmer le jeu, avec la volonté de s’inscrire désormais, dans une nouvelle dynamique de construction d’une démocratie apaisée et pourquoi pas un partenariat avec le pouvoir en place. Le temps des bisbilles serait-il pour autant révolu, avec cette nouvelle donne politique ? Bien malin celui qui saura prédire la suite des évènements.

En tous les cas, l’agenda politique lui, reste plus que chargé, avec l'organisation des futures élections communales et communautaires, pour lesquelles il faudra nécessairement créer les conditions optimales de transparence et d’équité, à même de garantir la paix et la quiétude sociale. Ce serait certainement de bon augure pour la guerre de succession du Prof-Prési en 2020.

Toujours est-il qu’à propos, Cellou Dalein Diallo de l’UFDG, Sidya Touré de l’UFR et Lansana Kouyaté du PEDEN, le trio d’opposants qui autrefois, formaient le fameux syndicat des anciens premiers ministres, du côté de l’opposition, sont sans aucun doute, pressentis comme de sérieux candidats à cette succession, tandis qu’on peine à voir émerger le candidat potentiel du RPG-Arc-En-Ciel, étant donné que le Prof, qui est encore et toujours le Président de son parti à ce jour, faute de congrès de renouvellement des instances dirigeantes, continue malheureusement d’entretenir le flou artistique, autour de la préoccupante question de son maintien ou pas au pouvoir, à cette échéance fatidique qui approche à grands pas.
Espérons tout de même que ce ne soit la tempête après le calme, car les politiciens guinéens sont pour le moins, indécis et imprévisibles....

BAYO Abidine

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×