Des mesures coercitives contre les réfractaires à la riposte contre Ebola

Photo 1

Le Premier ministre guinéen Mohamed Saïd Fofana a annoncé des mesures coercitives samedi contre les réfractaires à la riposte contre l'épidémie de fièvre hémorragique Ebola lors d'une opération de sensibilisation menée dans la préfecture de Coyah, située à 50 km de Conakry, la capitale guinéenne, où la réticence contre des équipes anti-Ebola est encore courante, a rapporté la radio d'Etat guinéenne.

Cela suppose des poursuites judiciaires contre ceux qui se hasarderaient à cacher des malades aux équipes soignantes, ou à s'en prendre à des agents engagés dans la riposte contre le virus Ebola.

Mohamed Saïd Fofana pointe du doigt "un phénomène qui effraie le gouvernement et ses partenaires dans la riposte contre cette épidémie".

Il s'agit, selon lui, "de la réticence qui persiste chez certains citoyens, qui vont jusqu'à nier l'existence du virus Ebola".

Il recommande aux chefs religieux, aux députés, aux cadres ressortissants de Coyah et aux élus locaux de "mutualiser leurs expériences pour éradiquer cette épidémie qui a déjà endeuillé plusieurs familles".

Cette réticence qui était au tout début perceptible du côté du sud est du pays, épicentre de l'épidémie, s'est finalement déplacé vers le versant de la Basse Guinée.

C'est ainsi que dans les préfectures de Coyah, Forécariah, Dubréka, Kindia, les équipes anti-Ebola auraient du mal à accomplir leur tâche.

Avec des menaces physiques, comme la semaine dernière, lorsque des équipes anti-Ebola ont été la cible d'individus dans la localité de Dubréka, à une cinquantaine de kilomètre de Conakry.

Face à de tels comportements, les autorités compétentes s'étaient montrées jusque là un peu souples.

Mis à part l'interpellation des présumés assassins des 8 membres de l'équipe anti-Ebola dans la localité de Womè en septembre 2014, la machine judiciaire ne s'était pas mise en branle contre la réticence contre la riposte menée face à la propagation du virus.

Avec cette annonce faite par les autorités guinéennes samedi, on s'attend désormais à vaincre les réticences sur l'ensemble du territoire.

A ce jour, le virus a causé 1.504 décès confirmés sur 2.477 cas enregistrés en Guinée.

Source:Xinhua

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×