Des partis affûtent leurs armes en prélude à la campagne électorale (Analyse)

imagesca6fj992.jpg

La formation des directeurs de campagne de différentes formations politiques ayant postulé pour le scrutin législatif a été bouclée la semaine dernière, et dans les états majors de ces partis, l'heure est aux préparatifs pour cette campagne dont le démarrage est prévu dans moins de deux semaines, selon le chronogramme établi par la Commission électorale nationale indépendante.

Car avec la naissance d'une nouvelle alliance dénommée "Agir ensemble pour la Guinée", regroupant des partis d'opposition d'obédience centriste, il est très probable que le scrutin législatif du 24 septembre sera serré.

Les alliances "Collectif des partis politiques pour la finalisation de la transition" et "Alliance pour la démocratie et le progrès", qui étaient jusque là à l'avant-garde du combat pour "l'alternance", devront s'accommoder de l'arrivée sur l'échiquier politique des centristes, sous le vocable "Agir ensemble pour la Guinée". Cela sonne le glas de l'opposition dans son ancienne configuration et augure une recomposition du paysage politique à l'issue de ces législatives.

C'est donc une opposition qui part en rangs dispersés qui devra faire face à une mouvance présidentielle, qui tente bien que mal de rester soudée, pour mieux négocier ces législatives.

Ce qui fait dire à certains observateurs que les mieux pourvus en arguments durant la campagne électorale pourraient l'emporter sur leurs adversaires.

L'atelier organisé par la CENI et ses partenaires était donc venu à point nommé pour mieux outiller la trentaine de partis politiques, en prélude à la campagne électorale, qui devra débuter le 22 août et durer 30 jours.

Ces partis ont ainsi pu à travers leurs représentants assimiler des connaissances en matière de marketing électoral. Qu'ils devront au moment opportun utiliser pour hameçonner leurs électeurs, en attendant le démarrage officiel de la campagne électorale, on sent déjà un air de campagne dans la cité.

Les tournées du président Alpha Condé dans certains quartiers de Conakry et sa récente visite à Kindia, préfecture située à 150 kilomètres de Conakry, où il avait appelé à voter pour le parti au pouvoir, le RPG-arc-en-ciel, sont ainsi perçues par bien des gens comme s'inscrivant dans une atmosphère de campagne avant la lettre.

C'est le cas également de la tournée effectuée par la coordinatrice du RPG-arc-en-ciel, Nantènen Chérif, dans la région forestière, dans le sud du pays au lendemain des violences enregistrées dans cette province.

Cette tournée qui s'inscrit dans un but humanitaire, car ayant permis au parti de distribuer des vivres et une enveloppe de 100 millions de francs guinéens (10 mille euros) aux sinistrés, est vue par l'opposition comme un moyen pour la mouvance de se rapprocher des électeurs potentiels de cette région, dans la perspective du scrutin à venir.

L'opposition n'est pas non plus moins active sur le terrain. Ainsi on a vu la semaine dernière l'ancien Premier ministre Lansana Kouyaté, président du Parti de l'espoir et du développement national (PEDN), du côté de la commune de Ratoma, où il a animé des meetings devant une foule de militants.

Cette réunion était axée principalement sur les préparatifs du vote des législatifs, selon des sources concordantes.

Un autre ancien Premier ministre guinéen Sidya Touré, très en verve au sein de l'opposition, multiplie également les tournées dans les communes de la capitale, pour renouer le contact avec sa base électorale.

Le leader de l'Union des républicaines (UFR) ne rate aucune occasion pour tirer à boulets rouges sur les actions du gouvernement.

A cette allure, il faut s'attendre à une campagne électorale très mouvementée.

Source:Xinhuanet

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site