Dialogue politique : l’opposition assure le minimum syndical

leaders-oppisition.jpg

A l’invitation de la classe politique guinéenne par le Président de la République Alpha Condé, à une rencontre de concertation et de dialogue ce lundi 04 mars 2013 au palais Sékhoutouréyah, pour tenter de dénouer la crise que traverse le pays, les leaders de l’opposition réunis au sein du Collectif, de l’ADP, du CDR et du Bloc Liberal, après une réunion concertation qui s’est tenue le dimanche 3 mars 2013 au siège de l’UFC à Ratoma, en présence de Cellou Dalein Diallo, Sidya Touré, Lansana Kouyaté, Jean Marc Teliano, Mouctar Diallo, Faya Milimono..., autour de l’opportunité de répondre à l’appel du président Alpha Condé, ont finalement décidé d’y donner suite, en envoyant à cette rencontre, une délégation qui sera conduite par le porte-parole Aboubacar Sylla de l’UFC, accompagné de Dr. Bangoura du CDR et de Mme Traoré, Dr. Zalikatou Diallo du PEDN.

Cette délégation aura pour mission essentielle, de présenter les doléances de l’opposition au président Alpha Condé. Outre les préalables déjà posés pour l’organisation des élections législatives, portant notamment sur le choix d’un nouvel opérateur de révision du fichier électoral par le biais d’un appel d’offre international et la participation des Guinéens de l’Etranger, après les affrontements sanglants survenus suite à l’organisation d’une marche pacifique le 27 Février 2013 et les violences des jours suivants, qui ont fait de nombreuses victimes et des dégâts matériels importants, l’opposition exige désormais du gouvernement, la libération des personnes interpellées, la prise en charge et le dédommagement des victimes des violences, l’ouverture d’une enquête pour juger les auteurs.

 

Au cours de la cette rencontre, les leaders de l’opposition se sont aussi penché sur la question de l’inhumation de leurs militants tués dans le cadre des violences de ces derniers jours. A ce propos, il a été retenu que ces victimes seront inhumées le mercredi 6 mars 2013. Une marche mortuaire sera organisée à cet effet, de la mosquée Fayçal jusqu’au cimetière de Bambéto, avec la présence de tous les leaders de l’opposition.

L’opposition menace par ailleurs de poursuivre sa série de manifestations si des avancées significatives n’ont pas été réalisées par rapport à ses revendications et appelle désormais une médiation de la communauté internationale pour mettre fin à cette crise politique qui menace dangereusement la quiétude sociale.

Autant dire que la rencontre de ce lundi 04 février 2013 est celle de la dernière chance.

Synthèse: BAYO Abidine

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site