Discours du Porte Parole de l’ADP, le Collectif et le CDR à l'ouverture du cadre de concertation

images-56.jpg

Discours:Excellence Monsieur le Premier Ministre,

Mesdames et Messieurs les Représentants des institutions républicaines,

Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement,

Mesdames et Messieurs les membres du Corps diplomatique et consulaire,

Mesdames et Messieurs les Représentants des institutions internationales,

Mesdames et Messieurs les dirigeants des Partis politiques, Mesdames et Messieurs, L’ADP, le Collectif et le CDR, l’opposition guinéenne donc, sont honorés d’avoir été invités à s’exprimer à l’occasion de la présente rencontre qui se veut historique. En effet, depuis plus de deux ans, c’est avec une légitime indignation que nous subissons non sans regret, les dérives du pouvoir et de la CENI en matière de contournement de la loi électorale. Que de sacrifices consentis pour être convié enfin à une concertation relative à la transparence du processus électoral et au vote des guinéens de l’étranger qui, relevant du cadre légal guinéen, devraient être la conséquence de la bonne gouvernance politique dans notre pays. Cette invitation qui émane de la primature sur instruction du Président de la République se doit d’être un cadre de concertation entre le pouvoir et l’opposition autour des questions politiques brulantes du moment et servir également de cadre de veille démocratique. Les revendications du moment de l’ADP, du Collectif et du CDR ont pour noms : 1. Le changement de l’opérateur technique pour la mise à jour du fichier électoral par une procédure transparente d’appel à la concurrence en raison des conditions illégales du recrutement de WayMark ainsi que des insuffisances et dysfonctionnements constatés sur ce système ; 2. La confirmation du vote des Guinéens de l’étranger, comme prévu par le Code électoral A ces revendications s’ajoutent l’exigence du respect par le Président de la CENI des règles de fonctionnement de cette institution au sein de laquelle le processus de prise de décision est régulièrement violé, les instances systématiquement contournées. Sur cette question, la position de l’ADP, du Collectif et du CDR est claire : il faut revenir au respect des lois et du règlement qui régissant la CENI dont on s’est tant éloigné à dessein. Ces revendications nous interpellent tous, car elles attestent non seulement du grave échec de la gouvernance démocratique dans notre pays, mais aussi et surtout de l’incapacité, ou mieux, de l’absence de volonté politique d’affronter les problèmes réels auxquels nous sommes confrontés. L’objectif ultime, c’est la transparence du processus électoral dans le but de crédibiliser le scrutin législatif à venir afin que les résultats qui en seront issus soient acceptés de tous. C’est le gage de la consolidation de la paix qui demeure le substrat sur lequel se bâtit tout développement économique et social. S’agissant de l’urgence, l’ADP, le Collectif et le CDR sont parvenus à la conclusion que les prochaines élections législatives ne peuvent se tenir sans que ne soient réunies les conditions de transparence notamment, le choix consensuel d’un nouvel opérateur technique et le vote des guinéens de l’étranger. Sur cette question, l’ADP, le Collectif et le CDR se sont clairement et publiquement prononcés depuis près de deux ans. Notre position demeure à ce jour celle que nous avons exprimée à Son Excellence Monsieur le Président de la République lors de la rencontre qui nous a réunis le 4 mars courant à Sèkhoutéréyah. Notre position est donc sans équivoque. Excellence Monsieur le Premier Ministre, Les préalables indispensables à la participation de l’ADP, le Collectif et le CDR à la présente concertation sont : 1. Le gel immédiat du processus électoral et l’arrêt momentané des activités de la CENI

2. La libération sans condition de nos militants détenus suite à l’organisation de notre marche pacifique du 27 février 2013.

3. La prise en charge des frais de soins des nombreuses victimes de violences admises dans les établissements hospitaliers.

4. Le dédommagement des victimes de sinistres divers. Avec constance, l’ADP, le Collectif et le CDR ne cessent de dire combien il est urgent et nécessaire que dans notre pays, les hommes et les femmes qui ont la charge de conduire les affaires de l’État reflètent le véritable choix du peuple Guinéen, exprimé dans le cadre d’élections démocratiques et transparentes. L’ADP, le Collectif et le CDR ne cesseront de le répéter, la source véritable de la crise profonde que traverse actuellement la Guinée est dû au caractère illégal et illégitime des actes et décisions qui accompagnent la gestion processus électoral. Les revendications de l’ADP, le Collectif et le CDR ne sont pas un luxe. C’est la nécessité impérieuse et la condition nécessaire à la mise en œuvre d’un chronogramme porteur d’espoir pour doter la Guinée d’un parlement réellement représentatif des citoyens. À l’opposé, l’obstination du pouvoir et de la CENI de garder coûte que coûte WayMark et l’absence du vote des guinéens de l’étranger par la manipulation des textes légaux conduira inévitablement à une politique au service d’un clan et au détriment du peuple. L’ADP, le Collectif et le CDR constatent malheureusement que c’est la situation de notre pays aujourd’hui. Et cette situation, qui fait du tort à nos concitoyens n’est pas acceptable. C’est pour cette raison que l’ADP, le Collectif et le CDR ont déclaré à la Nation et au Monde qu’ils gèlent leur participation au processus électoral en cours, renforcés en cela par la participation de plus en plus massive des populations guinéennes aux marches pacifiques auxquelles ils appellent. Excellence Monsieur le Premier Ministre, Quoi que l’on fasse, tant qu’un cadre structuré réunissant pouvoir et opposition ne sera pas mis en place de manière concertée, la situation continuera à se dégrader. Or le cadre actuel qui a été défini à l’insu de l’opposition ne nous parait pas adéquat parce que non favorable à une discussion sereine entre les parties concernées par les atermoiements actuels du processus électoral. Il est donc essentiel que le pouvoir et l’ADP, le Collectif et le CDR se retrouvent pour élaborer de manière responsable un cadre de dialogue structuré qui sera l’expression de notre ambition collective. Pour toutes ces questions de transparence électorale, la mise en place d’un tel cadre s’impose en urgence pour un travail qui sera assorti de propositions consensuelles appropriées. Excellence Monsieur le Premier Ministre, Bien que réunis ici sur votre invitation pour affirmer nos engagements respectifs en matière de gouvernance démocratique, nous pourrions paraître nous éloigner des préoccupations de nos concitoyens si nous ne prenons pas le temps de présenter combien la déplorable situation des violences subies par nos militants et sympathisants compromet l’avenir de notre pays. En effet, il n’est pas acceptable pour l’ADP, le Collectif et le CDR que le bilan macabre de 10 morts dont un policier et de nombreux blessés lors de notre marche pacifique du 27 février 2013 fasse l’objet de deux traitements différents. D’un côté, l’agent de police décédé à qui la nation doit et a rendu tous les honneurs, ainsi que des membres des forces de l’ordre blessés auxquels le Président de la République a lui-même rendu une visite et de l’autre côté, des jeunes citoyens violemment tués dont certains par balles et des centaines de blessés qui ne faisaient qu’exprimer un droit constitutionnellement reconnu qui ne bénéficient d’aucune attention du Gouvernement et de la République. Excellence Monsieur le Premier Ministre, Pour les plus hautes autorités de l’Etat, ne pas leur rendre honneur, ne pas présenter les condoléances aux familles éplorées, ne pas contribuer aux soins médicaux des plus affectés, c’est sacrifier nos valeurs éthiques et culturelles et ignorer les défis qui interpellent la nation aux plans de la réconciliation nationale et de la consolidation de la paix civile. Je voudrais finir ce propos en saluant la présence de tous les partenaires techniques et financiers de notre pays ainsi que les forces vives de la Nation et leur dire que le combat de l’ADP, du Collectif et du CDR est celui pour l’instauration en Guinée d’une réelle démocratie et d’un véritable État de droit.

Que Dieu bénisse la Guinée et les Guinéens. Amen !

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×