Déclaration conjointe de l'alliance pour la démocratie et le progrés et le collectif des partis politiques pour la finalisation de la transition.

logo-mfdo-01.jpg

L’Alliance pour la Démocratie et le Progrès (ADP) et le Collectif des partis politiques pour la finalisation de la transition ont, après avoir examiné la question de l’organisation du prochain scrutin législatif, réaffirmé leur volonté et leur détermination d’unir leurs forces et d’agir solidairement dans le combat pour des élections libres, justes et transparentes.

Dans le cadre du dialogue en perspective, les deux blocs politiques soutiennent et encouragent les efforts de médiation en cours que mène le Comité de facilitation présidé par Monseigneur Albert Gomez. L’ADP et le collectif se félicitent des avancées significatives déjà obtenues par ce Comité.

Soucieux de la nécessité d’un dialogue vrai, sincère et franc, l’ADP et le Collectif ont pris acte de la rencontre organisé à Sékoutouréa, à l’initiative du Président de la République, avec des leaders de certains partis politiques. Tout en déplorant le caractère subjectif et discriminatoire qui a présidé au choix des partis invités, les deux blocs estiment que le message délivré par le chef de l’Etat à cette rencontre pourrait, s’il est traduit immédiatement en actes concrets, permettre l’ouverture d’un dialogue constructif et la relance, sur des bases consensuelles, du processus électoral.

L’ADP et le collectif ont émis deux préalables à leur participation au dialogue. Ce sont :

- la libération inconditionnelle de toutes les personnes arrêtées suite à la marche pacifique non interdite du 27 septembre 2011 ;

- le gel de toutes les activités de la CENI, y compris celles de ses démembrements, sur le processus électoral jusqu’à l’aboutissement du dialogue politique envisagé.

Les deux blocs déplorent l’entêtement de la CENI qui continue de poser des actes et de prendre des décisions unilatérales sans attendre l’issue du dialogue annoncé, et ce, en faisant fi des insuffisances quelle a étalé devant l’opinion nationale et internationale. En tout état de cause, les deux blocs politiques ne reconnaitront aucune action posée par la CENI et ses démembrements depuis le mois de mai 2011. Autrement dit, toutes les activités antérieurement engagées et en cours d’exécution par la CENI et ses démembrements devront être reprises à l’issue du dialogue politique en perspective.

L’ADP et le collectif tiennent à préciser que, contrairement à l’opinion rependue par un certain leader politique et certains medias, ils n’ont désigné personne comme leur porte parole à l’issue de la rencontre avec le Président.

L’ADP et le Collectif, réaffirmant leur attachement aux idéaux de démocratie et de l’Etat de droit, condamnent l’intimidation par le pouvoir des militants et responsables de l’opposition à travers l’action des Gouverneurs, Préfets et Sous-préfets ; cela en dépit de l’obligation de neutralité de l’administration publique qu’impose l’Article 26 de la Constitution.

L’ADP et le Collectif des partis politiques réaffirment encore une fois leur ouverture et leur ferme attachement au dialogue et à la concertation dans la recherche des solutions idoines à toutes les questions relatives au processus électoral et à l’instauration d’une véritable démocratie que toutes les populations appellent de leurs vœux.

Conakry, le 18 novembre 2011

L’Alliance pour la Démocratie et le Développement

Le Collectif des Partis Politiques pour la Finalisation de la Transition

l'alliance pour la démocratie et

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site