Entretien avec Marima BAH, la toute première miss Guinée Benelux 2012.

sans-titre-179-sur-179.jpg

« La polygamie, le mariage forcé et l’excision, ce sont ces aspects négatifs et inféodés qui mettent un frein à l’épanouissement de nombreuses familles guinéennes. »

L’événement très attendu par la communauté guinéenne du Benelux, de la diaspora africaine de la Belgique et par tous les amoureux de la culture guinéenne, a finalement bel et bien eu lieu. Le 26 avril dernier, le rendez-vous était donné aux prestigieux THEATRE DE DEUX GARES, à Bruxelles pour la célébration de la grande fête guinéenne au cœur de la capitale européenne.

Les guinéens, leurs amis et les simples curieux ne se sont pas fait prier pour répondre massivement à l’invitation d’A-Family. Plus de mille personnes sont venues assister à cette première édition de miss, dénommée « miss Guinée Benelux 2012 ».

C’est dans une salle pleine à craquer que se sont déroulées les festivités ponctuées par le défilé des candidates. Il faut dire que la beauté était au rendez-vous, l’ambiance aussi. C’est devant un public conquis que défileront et danseront les filles toute la soirée ; à intervalles réguliers, entrecoupés par les prestations artistiques des grandes vedettes de la musique guinéenne telles que Fatou Linsan BARRY et Yori Ken du Groupe Méthodik. 

L’heureuse élue, au sourire splendide, s’est différenciée des 11 autres finalistes en lice.  Mariama BAH a séduit les membres du jury ainsi que la foule présente par ses démarches gracieuses, son éloquence, sa beauté et son intelligence.

Cette fille de 18 ans, vivant à Bruxelles avec ses parents, a pu démontrer qu’elle a les qualités requises pour porter le titre de l’ambassadrice de la beauté guinéenne.

De grandes personnalités telles que, M. Sampil, représentant de l’ambassade Guinée au Benelux. M. Sow, représentant de la CEDEAO auprès de l’Union Européenne. M. Lansana Béa Diallo, ancien boxeur international, ex champion du monde et député à l’assemblée nationale Belge. M. Onana homme d’affaire Congolais vivant à Bruxelles, les représentants de SN Bruxelles et plein d’autres. Tous, venus soutenir l’événement, n’ont pas manqué d’éloges et d’encouragements à l’endroit, d’abord des organisatrices pour la dextérité ; mais aussi envers la radieuse miss ainsi qu’à l’égard de Bintou BARRY et Houssainatou DIALLO, respectivement première et deuxième dauphine tout aussi belles et heureuses de leur couronne aux côtés de l’impératrice. 

Peeral médias fondation (PMF) a pu s’entretenir avec mademoiselle BAH. Ensemble, nous avons évoqué plusieurs sujets : de son élection à ses projets, en passant par la situation sociopolitique du pays. Répondant avec aisance et intelligence à nos questions, elle semble déjà très à l’aise dans son nouveau rôle.

Entretien :

Peeral Média Fondation (PMF) : Bonjour Mademoiselle BAH!  Je voudrais tout d’abord vous féliciter pour votre élection au titre de miss Guinée Benelux 2012. Nous sommes aujourd’hui le 14 juin soit 18 jours après votre sacre comme miss Guinée Benelux 2012. Pour commencer, peut on savoir quel sont vos sentiments ? Comment avez-vous vécu l’annonce du choix porté sur vous ?

Mariama BAH : Pour commencer, je vous dirais qu’à l’annonce des résultats j’étais envahie de   joie et d’émotions troublantes.  J’étais tremblante suite à mon couronnement.

PMF : Qui est Mariama BAH, la toute première miss Guinée Benelux 2012 ?

Mariama BAH : Je suis Mariama BAH, j’ai 18 ans, je suis l’ainée d’une famille de trois enfants. Actuellement je suis des cours d’ingénieur de gestion à l’Université Libre de Bruxelles (ULB).

PMF : Revenons a votre élection, vous attendiez-vous à cette victoire ?

Mariama BAH : Evidemment que non, parce qu’on était au nombre de 11, toutes élégantes, studieuses et formidables candidates qui méritaient autant l’une que l’autre de gagner.

PMF : A votre avis, qu’est-ce qui a séduit le jury chez vous et l’a amené à vous choisir comme miss Guinée Benelux 2012 ?

Mariama BAH : Je crois qu’évidemment le physique en faisait partie mais aussi ma culture, ma bonne humeur et mon discours qui a traduit ma volonté de lutter contre un fléau visant à la dépersonnalisation de la femme ; à savoir l’excision. Une lutte que je compte mener au côté d’A- Family par le biais de l’éducation et de la sensibilisation.

PMF : Pouvez-vous nous parler un peu de cette aventure ? Pourquoi avez-vous pris la décision de vous présenter à la compétition ? 

Mariama BAH : Depuis un certain temps pas mal de gens m’approchent pour ce genre d’élections mais j’ai toujours décliné cela ; j’ai accepté cette fois-ci parce que le but principal d’A-family était purement caritatif.

PMF : Qu’est-ce qui a été le plus difficile pour vous durant cette aventure ? Si difficultés il y a eu, comment avez-vous fait pour les surmonter ?

Mariama BAH : Mes difficultés étaient, la conciliation entre les études et les préparatifs (les répétitions) ainsi que la beauté des autres concurrentes. Il fallait vraiment se battre et se battre vraiment pour mériter et se tailler la part du lion.  De par ma lucidité et ma confiance en moi-même j’ai réussi à surmonter ces quelques difficultés.

PMF : Apres l’effort c’est le confort dit-on ; Quel effet cela vous fait-il d’être miss ? Qu’est ce qu’être miss représente pour vous ?

Mariama BAH : Cela m’a fait un effet de bonheur et d’enthousiasme. Le fait d’être miss représente une grande notoriété pour moi car je suis l’ambassadrice de la beauté guinéenne au Benelux. On peut dire que c’est un de mes rêves qui s’est réalisé.

PMF Avec qui avez-vous partagé ce bonheur ?

Mariama BAH : Bien évidemment avec ma famille et mes amis.

PMF : Maintenant que le choix s’est porté sur vous, vous êtes la plus belle fille guinéenne du Benelux ou, pour dire les choses autrement, vous êtes l’ambassadrice de la beauté, de l’intelligence et des valeurs de la femme guinéenne dans le Benelux, pensez vous être prête et capable de porter la responsabilité ?

Mariama BAH : Bien sûr que oui, sinon je n’aurais pas participé à cette élection dès le départ. Bien que je mesure l’énorme responsabilité qui m’attend, je ferai de mon mieux pour mériter cette confiance placée en ma modeste personne et je défendrai et représenterai positivement et dignement l’image de la femme guinéenne dans le Benelux et partout où je suis appelée à le faire.

PMF : Quelle sont les missions de miss Guinée Benelux 2012 ?  Quel sont les projets sur lesquels vous souhaitez vous investir ?

Mariama BAH : Ce sont des missions essentiellement humanitaires et éducatives. Je compte me mettre en avant pour l’émancipation de la femme guinéenne dans sa lutte contre l’excision et aussi encourager la scolarisation des filles en Guinée en particulier et en Afrique subsaharienne en général.

PMF : Comment vous voyez-vous dans l’avenir ?

Mariama BAH : Pour l’avenir, la poursuite de mes études et la notoriété de miss guinée Benelux 2012 m’animent d’un grand optimisme.

PMF : Qu’est-ce que cette couronne va-t-elle changer dans votre vie ?

Mariama BAH : Cette couronne me permettra tout d’abord d’apprendre à me responsabiliser davantage ainsi qu’à avoir une plus grande crédibilité auprès des dirigeants Guinéens pour la défense des causes qui me tiennent à cœur. Ces causes sont celles d’A-Family, à savoir l’éducation des jeunes filles, la promotion féminine et la lutte contre l’excision. Cette couronne va donc m’aider à apporter ma petite contribution à l’émancipation de la femme et à l’éducation, que ça soit en Afrique ou ici dans le Benelux.

PMF : Dans votre discours, vous avez parlez d’images positives de l’Afrique que vous souhaitez véhiculer. Pourquoi une telle image du continent vous tient-elle a cœur ? Comment comptez-vous vous y prendre pour le faire ?

Mariama BAH : Comme vous pouvez le savoir, l’Afrique est un continent non seulement riche culturellement mais aussi en matières premières ; chose qui peut l’emmener à un développement certain. Mais hélas ! Le mode de gestion et quelques mentalités inféodées retardent cet essor. C’est pourquoi, de mon côté, je me bats à travers l’asbl A-family pour véhiculer au maximum une image positive de l’Afrique.

PMF : Connaissez-vous la Guinée ? Que représente ce pays pour vous ?

  

Mariama BAH : Je suis née en Guinée mais malheureusement je n’y ai pas grandi. Néanmoins je m’y rends chaque année. Déjà, j’ai mes attaches familiales dans mon pays. De plus je trouve que la Guinée est un pays plein de promesses.

PMF : Depuis 2006, la Guinée, votre pays natal, traverse une zone de turbulence. La situation du pays se complique de plus en plus, quelle lecture faites-vous de la situation politique guinéenne ?

Mariama BAH : Comme beaucoup de guinéens je porte beaucoup d’optimisme quant à la tenue prochaine des élections législatives qui amèneront, sans doute, une plus grande stabilité politique au sein de la Guinée.

PMF : Avez-vous une personnalité qui vous inspire dans la vie ?

Mariama BAH : Oui, Nelson Mandela car c’est une personne qui a consacré sa vie à la lutte pour la liberté des peuples africains.

PMF : Je sais que de nombreux lecteurs se demandent si Mariama BAH a quelqu’un dans sa vie ? Est-ce le cas ? Sinon comment voyez-vous l’homme de votre vie ?

Mariama BAH : (Rires) ! Non, pour le moment ma priorité se porte sur mes études.

PMF : En tant que désormais personnalité publique féminine et africaine, que pensez-vous de la polygamie, du mariage forcé et de l’excision ?

Mariama BAH : Je crois que ce sont ces aspects négatifs et inféodés qui mettent un frein à l’épanouissement de nombreuses familles guinéennes.

PMF : Selon vous, quelle est la chose la plus importante dans la vie ?

Mariama BAH : Le travail et l’honnêteté.

PMF : L’association A-Family a eu l’initiative d’organiser cet événement pour promouvoir la culture et la beauté guinéenne dans le Benelux.  On sait aussi qu’elle a une vocation essentiellement humanitaire. Que pouvez-vous nous dire sur cette association ? Quels sont ses objectifs et quelles sont les missions ou l’idéal qu’elle vous demande de défendre ?

Mariama BAH : Je voudrais tout d’abord remercier les membres de cette association de s’être engagés pour la promotion de la culture guinéenne en Europe. Je voudrais également les remercier pour leur engagement humanitaire en Afrique, mais aussi ici dans le Benelux. L’association mène des actions humanitaires en faveur des couches vulnérables, que sont les femmes et les enfants via l’éducation, la sensibilisation et l’alphabétisation. Elle a déjà donné une enveloppe à hauteur de ses capacités à Sarata, cette malvoyante en 2ème année de fac en Guinée, qui s’est vue obliger d’arrêter ses études pour des raisons de santé. L’association donne aussi, des fournitures scolaires à certains élèves de Conakry dont les parents n’ont pas de moyens. A-Family assiste aussi des familles immigrées en les informant sur le système éducatif des leur pays d’accueil et en les aidant à mieux suivre la scolarité de leurs enfants. Je suis convaincue qu’on ne peut changer efficacement les choses que par l’éducation ; et c’est l’objectif d’African Family. Pour toutes ces raisons, je pense qu’elle mérite d’être soutenue et encouragée.

PMF : Avez-vous un message particulier à délivrer à l’intention des filles qui pensent déjà à être à votre place l’année prochaine ?

Mariama BAH : Je leur souhaite beaucoup de courage et beaucoup de chance. Je leur conseille aussi d’avoir confiance en elles.

PMF : Quel est votre dernier mot ?

Mariama BAH : Je vous remercie pour cette interview et je remercie toutes les personnes qui m’ont soutenues durant cette expérience.

PMF : Je vous remercie d’avoir répondu nos questions.

Propos recueillis par Tidiane Maloun BARRY (www.peeral.com)

transmis par El Hajj Saïdou Nour Bokoum

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site