Des associations féminines demandent la révision du nouveau Code civil

5c2a446d55cae390520365Un collectif d’associations féminines guinéennes a saisi, lundi, l’Assemblée nationale pour demander la révision du nouveau Code civil adopté le 29 décembre 2018 et qui lève l’interdiction de la polygamie. Il s’agit du collectif Pas sans Elles, du Club Des Jeunes Filles Leader, de NanaGuinéenne, d’Agir pour le Futur ensemble, de Synergies féminines pour la paix et le développement, de Feguiref, du Réseau RECEFED et de Green Fingers.

S’appuyant sur l’article 8 de la Constitution guinéenne et des conventions internationales sur les droits des femmes que la Guinée a ratifiées, les femmes parlent d’une « discrimination » à leur égard.

Elles estiment que les articles 281 et 282 du nouveau Code civil, dont l’élaboration a été influencée par les religions chrétienne et musulmane, comme en fait foi l’exposé de motifs présenté aux députés de la République à la session de loi du 29 Décembre 2018, sont incompatibles avec la Constitution Guinéenne (de même que les valeurs de la République guinéenne laïque qu’elle prône).

« Ces articles sont contraires aux dispositions des instruments de protection des droits des femmes ratifiés par la Guinée et renforcent les inégalités entre les hommes et les femmes déjà victimes de plusieurs formes discriminations », indique la lettre adressée aux députés.

Il faut rappeler que l’Assemblée Nationale lors de sa session du 29 Décembre 2018 a adopté les articles 281 et 282 du nouveau Code civil qui prévoient que le mariage peut être conclu soit sous le régime de la monogamie soit sous le régime de la polygamie limitée à quatre (4) femmes.

Source: APA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site