Guinée : L'adieu aux armes : transition institutionnelle politique ou transition politique et économique ?

 

Serait-ce vraiment l’adieu aux armes en Guinée? Alors il faut faire des populations guinéennes la référence suprême de la transition pour un tracé de bonne gouvernance politique et économique.

Avec l’adieu aux armes, les questions pratiques sont : Quel contenu donne t-on à cette transition? Transition institutionnelle de caractère politique ou transition politique et économique? Félicitation au Général Sékouba Konaté et/ou au Premier ministre Jean Marie Doré? L’un a fait preuve de persévérance pour amener les militaires à accepter une transition dans des circonstances de légitimité consensuelle.

L’autre n’a pas fait preuve de moins de persévérance à la tête de son parti politique, l’Upg, dans la lutte pour l’instauration de la Démocratie en Guinée. Aujourd’hui, il emporte le consensus de ses pairs comme Premier ministre choisi de l’opposition. Les félicitations, il convient de les garder  pour la fin de la transition. Pour le moment, il est plus convenable de dire : bienvenue au service du peuple pour une transition sans bavure (Il y en a suffisamment eu).

Une transition sans écueil majeur n’est pas impossible, si et seulement si, elle dessine la sortie progressive mais définitive des militaires de la scène politique. Ceci dit - et si acquis- il y a des interrogations. Il y en aura toujours afin qu’on avance d’asymptote en asymptote en donnant une prévalence à l’évaluation.

Dans l’euphorie, évitons la confusion qui rendra plus tard la transition annoncée, bien amorcée mais inachevée du fait d’une précipitation incontrôlée et de l’absence d’une démarche. Transition institutionnelle de caractère politique ou transition politique et économique? Quel contenu donne t-on à cette transition? Il ne faut, surtout pas biaiser; il y a une énorme différence qui fait référence au temps, aux organismes de la transition et leur contenu autant qu’à la manière dont les hommes doivent la conduire.

Une transition institutionnelle de caractère politique serait certainement possible dans les six mois de délai imparti. Il faudra prévoir des rallonges sur le temps dans l’attente des compléments de budget autant que de la mobilisation des ressources humaines compétentes et des populations. Tout projet comporte des risques et est soumis à évaluation et réévaluation par rapport aux paramètres primaires et à leur évolution. Un projet de transition démocratique n’y échappe pas et comporte encore plus d’aléas. Il faudrait que les esprits s’y préparent également afin d’éviter les malentendus et les moments défendus.

Une transition institutionnelle politique et économique demande un certain nombre de temps pour l’élaboration d’une politique générale d’État qui détermine en esquisses les éléments d’une politique économique parallèle au processus de démocratisation. Cela ne dépend pas du prochain parti politique au pouvoir dont le projet de société doit s’insérer dans la politique économique étatique. Celle-ci se définit comme la manière dont les institutions de l’État devront fonctionner – en constance - par rapport à l’exécutif - variable selon le parti au pouvoir. Le délai requis serait supérieur aux six mois. Le temps de mise en œuvre d’une politique générale correspond exactement à la période traditionnelle de cent (100) jours lorsque les institutions nationales étatiques sont fonctionnelles. Est-ce le cas? Il ya donc un choix à faire qui va déterminer le mode de gestion et les prérogatives du gouvernement de transition et incidemment du Cnt et définir le nouveau rôle du Cndd. Les techniciens pourront élaborer.

Dans les deux cas, une Lettre de politique générale définissant les tâches à accomplir et les objectifs à atteindre, permettrait un suivi et favoriserait l’implication de la communauté financière internationale sur un programme - synthèse ou détaillé - de la transition. Ce programme doit émaner soit du Premier ministre et de ses adjoints ou globalement des organismes de la transition. Il est indispensable. Ce fut un point d’achoppement avec le gouvernement d’union nationale conduit par Lansana Kouyaté, en 2007, du fait des blocages institutionnels et des atermoiements d’une fin de règne. Les fonds extérieurs suffisants ne seront acquis que sur la base d’un programme comportant des projets précis qui font tâches d’huile en englobant les besoins de la transition mais aussi les impératifs de bonne gouvernance. Sinon ce serait du « sur place », la danse de saint Guy.

Ceci dit, que prévoit-on pour consolider la sortie des militaires de la scène politique et par la même voie consolider les assises du processus démocratique pendant et après la transition? Le Général Sékouba Konaté n’est pas pour le moment, l’unique force en présence dans l’armée. Il a donc besoin de soutien : non pas en termes de rejet des autres mais de capacité à convaincre théoriquement et pratiquement. C’est maintenant – dans l’allégresse générale d’une reprise de la transition démocratique - qu’il faut y réfléchir, matérialiser les propositions et les démarches, placer les jalons qui renforcent les garde-fous.

Le Général Sékouba Konaté est jeune mais il a été éminemment politique dans la chorégraphie de la sortie de crise guinéenne. Il a su, comme toujours depuis la prise du pouvoir  en décembre 2008, reconnaitre l’impopularité d’une politique de la terreur qui, à longue échéance, se retournerait en boomerang sur l’armée avec une force d’impact destructrice. Il a réussi à concilier son patriotisme vis-à-vis de son pays avec le loyalisme pour l’armée et ses pairs.

Une note importante : depuis son discours du 6 janvier 2010, toutes les tractations, selon diverses sources africaines et internationales, le Général Konaté les a faites au nom des populations guinéennes. C’est le baromètre qui a permis à ce jeune officier supérieur de braver menaces et tempêtes, de déjouer les machinations, de négocier raisonnablement avec les fractions militaires malgré certaines velléités. Ces opposants dans l’armée ont dû faire des concessions au nom des populations guinéennes dont eux-mêmes et leurs familles sont membres. Nul ne veut la guerre en Guinée.

Personne ne prétend donner des leçons à personne – à cet effet- en disant qu’il ne faut pas aller contre cette considération dans les démarches de reprise de la transition démocratique. Le faire c’est faire appel au recul dont la possibilité qu’une fraction insatisfaite de l’armée tente de reprendre le pouvoir de manière anticonstitutionnelle, par la force.

Il s’agit donc d’accélérer la révision et la mise en pratique constitutionnelle et les textes de lois parallèlement à la réforme dans l’armée. La première n’a besoin que des amendements. La constitution, les lois et les institutions existent. Il faut donc éviter de « vouloir refaire la roue ». L’important, c’est de les mettre à jour avec les amendements nécessaires pour une mise en application immédiate.

Par rapport à notre histoire nationale, c’est le moment de décider du type de régime (parlementaire ou présidentiel) pour, conséquemment, asseoir un État fort. Quelque soit le choix du type de régime, il est indispensable que des mesures irrécusables interdisent, dorénavant, toute confiscation du pouvoir par un élu et son parti politique. Il suffit de faire en sorte que les populations soient la référence suprême pour que nos lois soient faciles à faire respecter par chacun.

La transition guinéenne ne devrait pas se borner à une préparation hâtive des élections nationales. Aujourd’hui, elle bénéficie du consensus national pour faire les tracés qui imposent une bonne gouvernance politique et économique incluant tous les aspects de la vie nationale. La Guinée a une occasion unique de le faire avec l’implication de toutes les institutions nationales et toutes les organisations de la société représentées – sans recours ethnostratégique. Le pays peut se doter de principes avec lesquels la gestion future d’un ou des partis politiques – au pouvoir – pourrait, facilement, être évaluée en fonction des intérêts nationaux.

Cette transition nationale perdrait toutes sa signification si elle se fait – seulement - dans les bureaux de la primature, de la présidence, du Cndd ou du Cnt. L’association et la consultation permanentes des populations émettront le signal de sa réussite. En quelques mois, les partis politiques, les syndicats, et le gouvernement de transition, soutenus par le Cnt incorporant le Cndd - ont grandement la possibilité d’expliquer aux populations, les principes de base de la Démocratie, les idéaux qu’elle poursuit et sa mise en œuvre à travers les élections nationales.

Ainsi, lors de ces élections, ces populations décideront non pas de choisir uniquement la personne qui serait président de la République. Elles choisiront aussi, et surtout, l’institution politique que représente le parti politique par le suffrage universel. Et ce, à travers un projet de société qui les concerne véritablement et concrètement.

(Les négociations et les consensus) ne sont donc pas terminés. Mais elles sont, désormais, différentes des fantaisies nominales de Ouaga 1, 2, ou 3. Elles s’insèrent dans la marche d’une nation restaurée vers son épanouissement dans la bonne gouvernance et le respect des droits humains.

Il va, donc, falloir aussi punir les exactions de crimes contre l’humanité conformément aux édits de la communauté internationale dont la Guinée est membre à part entière. C’est grâce au soutien de la communauté internationale, à travers ses personnalités et institutions, que le plaidoyer en faveur de la guinée a résonné et a eu des échos dans le monde entier. C’est avec elle que nous ferons une Guinée intégrée dans le processus de développement technique et technologique. Que cela soit écrit et accompli. www.chronafric.com le blog Les chroniques.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×