Hal pular de Guinée, rentrons chez nous, en Guinée !

Pressé par le colon blanc de payer l’impôt faute de quoi le pauvre sujet colonisé, administré par la chicotte, se vit menacé par le chef de canton, cerbère de l’administration coloniale :

Paie ou quitte ma terre !

Entendant cela, le pauvre paysan sauta et s’accrocha à une branche de l’arbre sous lequel vaguait le hamac où se reposait le chef de canton.

Alphadio, c’est entendu, pliez votre terre que je puisse poser mes pieds sur celle de Dieu.

Hal Pular de Guinée, quittez où que vous soyez, toute portion du territoire dit guinéen où vous n’êtes plus guinéens, avant qu’on ne vous tue et qu’on ne vous spolie de vos biens. Vous ne serez pas les premiers à le faire sur cette planète. Les juifs l’avaient fait dans un premier mouvement authentiquement sioniste. El Hajj Oumar Tal Al Futiyu l’avait fait après une âpre et vaine résistance, quand la Sénégambie se fût rendue sous la botte de l’Etranger Faidherbe, invitant les Hal pular du Fouta Toro au Fergo, (Hégire), à l’image de celui du Prophète de l’Islam (PSL), fuyant la Mecque pour Médine.

Faites-le dans la paix, sans précipitation, mais soyez diligents : il y va de votre vie. Nous qui sommes à l’Etranger nous sommes mieux en sécurité que vous qui vous croyez guinéens. Vous êtes en danger.

L’Etat n’assurant plus votre sécurité, devant le meurtre, le vol et le viol des « autochtones des régions d’accueil » où certains parmi vous sont nés, retournez là où vos parents ou vos grands parents ont vu le jour.

Sous le regard indifférent de l’Union africaine, de l’Union européenne et de toutes les autres instituions internationales, la Guinée menace d’exploser en mille morceaux. Mais si elle le faisait, nos montagnes gorgées de fer, de bauxite de diamant, etc., s’en iraient en poussière avec les fragments guinéens !

Hal pular de l’Etranger, singulièrement ceux d’Europe, répondons à l’appel de notre compatriote Sadio Barry et retrouvons-nous massivement à Bruxelles pour organiser notre Exodus général. Que ceux des autres zones de l’Etranger se regroupent rapidement dans les capitales régionales ou dans les villes où ils sont le plus facilement et le plus largement représentés.

Frères non Hal pular, chers alliés et véritables frères en Guinée, une Guinée, celle d’avant la Guinée qui vient d’éclater comme une grenade, ne voyez là nul mouvement séparatiste.

Au contraire, notre retour au Fouta Djallon est l’expression d’un droit fondamental, le droit à la vie, condition de la vie en commun, du désir de vivre ensemble, ciment d’une véritable nation.

El hajj Saïdou Nour Bokoum

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site