L'Ambassadeur des USA aux observateurs des partis politiques : « Soyez, s’il vous plait, les yeux et les oreilles du peuple guinéen »

sans-titre-104.png

A l’occasion de la formation pour d’éventuel déploiement massif des observateurs électoraux des partis politiques dans les 12 000 bureaux de vote à travers le pays, l’Ambassadeur des Etats Unis en Guinée S.E. Alexander Laskaris a adressé mercredi, un message assez symbolique et plein de signification aux représentants desdits partis politiques.

« Je suis heureux d'être ici aujourd'hui avec les représentants de 31 partis politiques guinéens, et je suis heureux d'être accompagné par mes collègues des Nations Unies et de l'Union Européenne. Je voudrais commencer par remercier le National Democratic Institute et l'USAID pour cet événement, et pour leur engagement de longue date envers le développement démocratique de la Guinée, y compris le renforcement de ses partis politiques et ses systèmes électoraux. Demain est une étape importante pour mon propre développement; il marque une très belle année depuis mon arrivée en Guinée et une just slightly less belle année de travail à l'appui des élections législatives. Mon année en Guinée a été une joie, pleine de nouveaux amis, de nouvelles expériences et de nouvelles connaissances. J'ai voyagé dans les quatre régions de la Guinée, rencontrant des représentants gouvernementaux, des sages coutumiers, des chefs religieux, des militants de la société civile, des entrepreneurs, des agriculteurs, des éleveurs, des ouvriers ... en fait à peu près tous ceux qui voulaient me parler. Mes voyages en Guinée et mes rencontres avec sa population me conduisent à la conclusion que la Guinée a les outils pour réussir. Il a un peuple talentueux et travailleur avec une longue tradition de commerce. Il a un sol fertile, des pluies abondantes et de la richesse minérale inexploitée. Il n'ya pas de faille dans la culture guinéenne, aucune faille dans votre ADN, pas de malédiction divine ... il ya seulement une histoire de mauvaise organisation de l'Etat et une manque de la primauté du droit, ce que nous espérons tous inverser à travers le processus démocratique. Mon année consacrée aux élections législatives en Guinée - je dois l’avouer – n’a pas été aussi plaisante que de parler aux pêcheurs sur l'île de Loos ou les fabricants de briques de Kankan. J'ai passé une année à travailler sur ces élections législatives, et pourtant je me rends compte que vous y avez tous passé encore plus de temps. Cependant, malgré les priorités au jour le jour d'impression des bulletins, d'assemblage des listes, de distribution des cartes d’électeurs, de formation des agents de bureau de vote et les innombrables autres tâches qui nous ont si consumés , nous ne devons jamais perdre de vue la raison pour laquelle nous faisons ce travail. Le but n'est pas des élections libres et transparentes, le but c’est la gouvernance libre et transparente. Le but n'est pas l'administration des élections techniquement compétente; le but c’est l'administration d'Etat techniquement compétente. Le but n'est pas une campagne et un jour d’élection paisible, c'est un avenir paisible pour tous les Guinéens. Le travail que vous vous apprêtez à faire est crucial pour ces élections et la démocratie en général. Que l'on parle de mon pays ou du vôtre, de mauvaises choses se produisent quand des politiques sont menées en secret. L'opacité est la maladie des processus démocratiques et la transparence en est le remède. Lorsque les campagnes, le vote et la centralisation des données sont faits en plein air, avec le gouvernement, l'opposition et la société civile en tant que témoins et participants, le résultat est un meilleur processus. Lorsque les gouvernements sont transparents, ils sont responsables, et quand ils sont responsables, ils font un meilleur travail. Je pense que la Guinée est à un tournant intéressant dans son histoire démocratique. Lors des élections présidentielles de 2010, on a demandé aux Guinéens " qui voulons-nous pour nous gouverner? " Les élections législatives du samedi sont devenus un référendum de facto sur un gouvernement en place, l'un avec des résultats de trois ans que les électeurs vont analyser et juger, et l'autre avec une opposition affirmant " nous pouvons faire mieux. " Que les meilleurs candidats et les meilleurs partis gagnent, chaque guinéen âgé de 18 ans a une voix, dispose d'un vote. À l'heure actuelle, le premier message que j'ai pour les électeurs est de trouver votre bureau de vote, trouver votre nom sur le registre, trouver votre carte d'électeur et voter le samedi. Mais, hier soir, après une marche à travers le quartier de Taouyah, je dois ajouter un autre message. J'ai visité les maisons brûlées et pillées de six familles, des personnes travailleuses de toutes les communautés linguistiques de la Guinée dont les maisons ont été attaquées et détruites par des groupes de jeunes gens armés. Pour être clair, c’est un acte criminel. Je refuse de m'engager dans un débat politique avec des gens qui volent des télévisions et brûlent des maisons. Je ne reconnais pas cela comme un acte politique, c'est un acte de vol et de destruction. Ils ne sont pas des militants d'un parti politique, ils ne représentent aucune communauté ou idéologie. Ils sont des prédateurs qui attaquent les femmes et les enfants dans leur maison, ils sont des lâches et des voleurs qui détruisent ce qu'ils ne peuvent pas voler. J'ai parlé avec une femme quand elle m’a montré les restes brûlés de l’habitation que sa famille a faite pendant des décennies dans un quartier diversifié, paisible. Elle m'a dit qu'il n'y a pas d’autorité du droit en Guinée, il y'a seulement la loi du plus fort, la loi de la jungle. Je suis un diplomate qui essaie toujours d'agir d'abord en tant qu'invité ... comme un invité et comme un ami, je ne pouvais pas la contredire. Notre tâche ne constitue pas d’amener la Guinée à traverser les prochaines 72 heures, c’est d’amener la Guinée à traverser les 72 prochaines années. Notre travail commence avec l'élection du samedi, mais le dimanche, le vrai travail commence ... la construction d'une Guinée qui protège et récompense ses citoyens grâce à la règle de droit. Si vous avez besoin d’aide, demandez à votre parti, demandez à votre représentant gouvernemental local, demandez à votre CENI, votre CEPI ou votre CESPI. Nous pensons que les conditions techniques sont en place pour le déroulement de ces élections, le samedi 28 Septembre ... une date avec des antécédents forts dans la mémoire collective de la Guinée. Cependant, il ya forcément des problèmes ... un village éloigné où les matériaux ne sont pas arrivés, les gens sont incapables de trouver leurs noms sur les listes ou localiser leurs cartes d'électeur. Il peut y avoir des partis d'opposition qui font la campagne trop près des bureaux de vote ou tentent d’entamer le secret du processus. Il peut y avoir des cadres locaux qui confondent le service de l'État et le service à un parti politique. Nous avons besoin de vous comme les yeux et les oreilles formés. Nous avons besoin que vous soyez déployés auprès de 60 pour cent des bureaux de vote et 70 pour cent des électeurs. Posant les mêmes questions et faisant le feedback via le même format. Les résultats des élections sont souvent contestés... cela fait partie du processus, mais si un parti ou un candidat souhaite remettre le processus en question, cela doit être sur la base des données observées et signalées. Nous, la communauté internationale ne serons pas intéressés à une personne ou un parti qui est bouleversée pour avoir perdu ... toutes les élections ont des gagnants et des perdants. Pour caractériser le processus une fois que le vote est terminé et les résultats obtenus, il faut une image du pays qui est la somme de 12.000 petites images. C'est là que votre service est crucial ... observer le processus et - oh, au fait - observer les uns, les autres observant le processus. Alors, merci pour le travail que vous faites pour vos partis et pour le processus démocratique. Soyez, s’il vous plait, les yeux et les oreilles du peuple guinéen et ses amis étrangers de Beyla à Gaoual et de Siguiri à Pamelap. S’il vous plait, conduisez prudemment, portez les ceintures de sécurité dans les voitures et les casques à moto, et profitez, de ce festival de la démocratie et dites-nous ce que vous voyez ».

Ambassadeur des USA en Guinée .

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×