L'opposition guinéenne a finalement décidé de reporeter ses manifestations pacifiques aux 13 et 14 février

imagescaj7btnr.jpg

Après le refus du ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation Alhassane Condé, d’autoriser sa marche pacifique initialement prévue à partir de ce jeudi 7 février 2013, pour soi-disant cause de calendrier incompatible, en raison du fait qu’à la même date, sont prévues des manifestations organisées cette fois-ci par le ministre de la jeunesse et des sports Gbantama Sow, en l'honneur du président de la FIFA, l'opposition guinéenne, réunie au sein du Collectif, de l'ADP, de l’AFAG et du CDR, a finalement fait savoir à travers un communiqué rendu public hier soir par son porte-parole Aboubacar Sylla, sa décision de reporter la marche pacifique et la journée ville morte,  aux 13 et 14 février prochains sur toute l'étendue du territoire national.

Une décision qui aurait été prise au cours d'une réunion de concertation entre les principaux leaders de l’opposition au siège de l’UFDG et qui, bien que faisant objet de beaucoup d’interprétations, semble être motivée comme soulignée dans le communiqué, par le souci de préserver avant tout, la paix sociale, en évitant des affrontements inutiles à la jeunesse.

Faut-il rappeler que l’opposition guinéenne projetait d’organiser ces séries de manifestations pacifiques de rue, pour faire entendre ses revendications (le renvoi du duo Waymark-Sabari technologie et le vote des guinéens de l’étrangers), deux préalables qu’elle exige, pour garantir selon elle, la transparence et la fiabilité des élections législatives à venir, dont les modalités d’organisation par la nouvelle CENI sont de trouver un consensus.

En effet, cette nouvelle CENI dirigée par Bakari Fofana, est soupçonné par l’opposition guinéenne de rouler pour le pouvoir, car ses prises de positions qu’elle qualifie d’unilatérales, viseraient à favoriser une mascarade électorale, pour permettre à la mouvance présidentielle de remporter la majorité des sièges dans la future assemblée nationale.

Au nombre de ses prises de positions du Président de la CENI, l’opposition dénonce la dissimulation du rapport de l’OIF mettant en évidence la non-fiabilité de Weyamark, la diffusion du chronogramme des élections non adopté en plénière et à l’insu des autres commissaires de l’institution, , la mise en place d’une commission occulte à laquelle Bakari Fofana transfère l’essentiel des prérogatives de l’institution, la tentative de transfert du fichier électoral du système SAGEM au système WEYMARK et le pré-affichage des listes électorales qui vient de commencer.

Voici le contenu du communiqué :

Le Collectif, l'ADP et le CDR avaient programmé une marche pacifique, suivie d'une journée ville morte à Conakry et à l'intérieur du pays les 7 et 8 février. Les autorités communales de Conakry saisies à cet effet, ont informé de l'organisation aux mêmes dates d'une série de manifestations en l'honneur du président de la FIFA, hôte de la jeunesse guinéenne. Elles ont demandé par conséquent, le report de la marche prévue. Pour éviter à la jeunesse des affrontements inutiles et pour préserver la paix, l'ADP, le Collectif et le CDR décident du report de leur manifestation selon le calendrier suivant : - Mercredi 13 février marche pacifique à Conakry et à l'intérieur du pays - Jeudi 14 février, journée ville morte sur toute l'étendue du territoire national.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×