L'opposition guinéenne renonce à ses manifestations pour cause de deuil national

imagescaj7btnr.jpg

L’opposition radicale guinéenne a décidé de surseoir à la série de manifestations prévue les 13 et 14 février à Conakry et à l'intérieur du pays, à la suite du crash d'avion meurtrier survenu la veille à Monrovia, capitale du Liberia, où onze officiers guinéens y ont péri, a appris APA de bonnes sources. Le chef d'état-major général des forces armées guinéennes, le général Souleymane Kéléfa Diallo, a trouvé la mort dans un crash d'hélicoptère à Monrovia, capitale du Liberia.

L'accident a eu lieu lundi matin, selon les mêmes sources qui ne donnent toutefois aucune précision sur les circonstances du drame encore moins un bilan exact.

L'opposition guinéenne avait décliné l'invitation du Chef de l'État, Alpha Condé, à une réunion de concertation au palais présidentiel pour maintenir ses séries de manifestations

Par conséquent, la manifestation pacifique prévue mercredi allant de l'Aéroport international de Conakry à l'Esplanade du palais du peuple, suivie de la journée ville morte le lendemain à Conakry et à l'intérieur du pays, a été reportée à une date ultérieure, en raison du deuil national.

Les opposants guinéens entendaient à travers ses marches mettre la pression sur le gouvernement du Premier ministre Mohamed Said Fofana pour réclamer le vote des Guinéens de l'étranger, le choix d'un nouvel opérateur de saisie et le bon fonctionnement de la commission électorale.

Le gouvernement guinéen, à travers son porte-parole, Albert Damantang Camara, a annoncé le report de la rencontre du 12 février entre le Chef de l'État et la classe politique.

Un crash d'avion meurtrier s'est produit lundi à Monrovia, tuant ainsi une dizaine d'officiers guinéens, alors qu'ils partaient assister à une fête de l'armée libérienne. En réponse, le chef de l'État, Alpha Condé, a décrété un deuil national de trois jours dans tout le pays.

L'opposition guinéenne a demandé mardi, l'ouverture d'une enquête indépendante pour faire la lumière sur les circonstances du crash d'avion meurtrier survenu la veille à Monrovia, capitale du Liberia, où onze officiers guinéens ont péri.

Le leader du Bloc Libéral (BL), Dr Faya Millimouno, a estimé que ce crash d'avion a emporté des ‘'hommes de valeur de l'armée guinéenne comme le général Souleymane Kéléfa Diallo''.

Souleymane Kéléfa Diallo avait été nommé chef d'état-major au lendemain de l'élection d’Alpha Condé à la magistrature suprême, en décembre 2010.

Dès sa prise de fonction, l'officier supérieur avait pris de nombreuses dispositions pour canaliser les forces de l'ordre, autrefois habituées à un laisser-aller sans précédent.

Il s'était récemment rendu à Bamako pour peaufiner avec ses pairs de la sous-région ouest-africaine la stratégie militaire à adopter face aux rebelles occupant le Nord-Mali.

Il était l'un des hommes de confiance du Chef de l'État, Alpha Condé, dans l'appareil militaire.

APA

Source: APA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×