L'UFDG exige la libération « sans condition » de tous les citoyens arrêtés lors de la période électorale en Guinée

Manifs de femmes 2

La direction de l’Union des forces démocratiques de Guinée de Cellou Dalein Diallo a publié une déclaration mercredi dans laquelle elle déplore l’interpellation de plusieurs citoyens dans des provinces du pays durant la période électorale, tout en exigent leur libération.

Selon le parti, à Koundara, préfecture située dans l'extrême nord-ouest du pays, suite à une confrontation entre militants de l'UFDG et ceux du RPG lors de la campagne électorale dans la ville, « 35 militants et responsables locaux de l'UFDG ont été arbitrairement arrêtés et sont actuellement détenus à Boké. »

A Mamou, préfecture située à 260 kilomètres de la capitale, le parti de Cellou Dalein Diallo signale près de 25 arrestations opérées par des forces de sécurité avec « la collaboration étroite de l'administration locale.»

A Conakry, des morts et plusieurs blessés ont été enregistrés dont « certains par balles tirées à bout portant par les agents des forces de sécurité, ainsi que d'importants dégâts matériels au préjudice des opérateurs économiques jugés proches de l'opposition », signale ce parti d'opposition.

A ces cas s'ajoutent des incidents qui se sont produits dans la localité de Banankoro, où il y’a eu des morts et des dégâts matériels.

Dans le sud-est du pays, à N'Zérékoré, 18 personnes seraient en détention arbitraire suite à des incidents qui ont éclaté à la veille du scrutin du 11 octobre.

Source: APA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×