L'UNICEF contribue à relancer la vaccination contre la rougeole dans les pays affectés par Ebola

Index 122

L'UNICEF aide les gouvernements et les communautés à relancer les programmes de vaccination contre la rougeole dans les pays affectés par Ebola. Le nombre de cas de rougeole a fortement augmenté dans ces pays où les systèmes de santé sont débordés et des dizaines de milliers d'enfants sont exposés à des maladies mortelles.

« La rougeole est une cause majeure de décès d'enfants, mais on peut facilement l'arrêter avec un vaccin sûr et efficace, a déclaré M. Manuel Fontaine, le Directeur régional de l'UNICEF pour l'Afrique de l'Ouest et centrale. Mais les taux de vaccination ont diminué considérablement, ce qui met encore plus en danger la vie des enfants. »

En Guinée, où une flambée de rougeole a été déclarée au début de 2014 - avant Ebola - le nombre de cas de rougeole confirmés a presque quadruplé, passant de 59 pour la période janvier-décembre 2013 à 215 pour la même période en 2014, selon l'OMS. En Sierra Leone, le chiffre a triplé sur la même période, de 13 à 39.

Au Libéria, qui n'avait signalé aucun cas de rougeole en 2013, quatre cas ont été confirmés dans le comté de Lofa, l'une des zones les plus touchées par le virus Ebola.

L'augmentation du nombre de cas de rougeole - une maladie hautement contagieuse - est particulièrement préoccupante, car une baisse des taux de couverture vaccinale expose les enfants à un moment où la transmission de la rougeole est à son maximum en Afrique de l'Ouest, c'est-à- dire entre décembre et mars.

Les systèmes de santé sont débordés suite aux efforts déployés pour gérer la crise du virus Ébola, et les gens évitent les établissements de santé de peur de contracter Ebola. Conséquence, les taux de couverture vaccinale ont fortement chuté cette année, comme l'indiquent clairement les chiffres préliminaires.

Au Libéria, par exemple, les données du Gouvernement montrent que la couverture vaccinale mensuelle contre la rougeole, par rapport aux objectifs, a chuté de 71 pour cent en mai 2014 à 55 pour cent en octobre 2014, environ 50 pour cent seulement des établissements de santé ayant présenté des rapports.

Bien que l'on ait temporairement suspendu les campagnes de vaccination qui mobilisent de grandes foules, l'UNICEF et ses partenaires renforcent des programmes de vaccination de routine élaborés avec soin pour réduire rapidement le nombre d'enfants non vaccinés.

En Guinée, l'UNICEF soutient des activités visant à renforcer la vaccination de routine, dont la phase initiale, fin novembre et début décembre 2014, a permis de couvrir des communautés qui n'avaient pas enregistré de cas d'Ebola pendant 42 jours.

En réponse aux cas apparus au Libéria, l'UNICEF, le Ministère de la Santé et d'autres partenaires, dont l'OMS, organisent une intensification périodique des vaccinations de routine pour vacciner les enfants de moins de cinq ans et leur fournir des suppléments de vitamine A. Ces activités d'intensification ont été menées dans huit comtés, sont en cours dans quatre autres et sur le point de commencer dans les trois derniers.

Tout en apportant ces vaccins cruciaux, souvent attendus depuis bien longtemps, les vaccinateurs participent également à la lutte contre l'épidémie d'Ebola. En conformité avec les procédures de prévention et de contrôle des infections et les directives de l'OMS sur la vaccination dans le contexte d'une épidémie d'Ebola, l'UNICEF fournit non seulement des vaccins, mais aussi des kits qui comprennent des gants et des thermomètres infrarouges pour les vaccinateurs. Les vaccinateurs sont aussi formés à la prévention de l'infection et aux mesures de contrôle, à la supervision des activités de vaccination, et à la façon de mener des séances de sensibilisation dans les zones qui n'ont pas signalé de cas d'Ebola pendant 42 jours.

vaincre le virus et prévenir la mort d'un grand nombre d'enfants, il faut briser l'engrenage de la transmission du virus tout en améliorant les services de santé, y compris les programmes de vaccination.

L'UNICEF joue un rôle majeur dans cette intervention, en encourageant des comportements qui peuvent aider à arrêter la transmission du virus, en mettant sur pied des centres de soins communautaires - où les patients peuvent être pris en charge par leurs familles et leurs communautés, avec un système d'aiguillage pour les cas compliqués - et en distribuant des fournitures essentielles. L'UNICEF participe également à la formation des agents de santé communautaires, apporte un soutien psychosocial aux enfants touchés par le virus Ebola, et assure l'accès à des systèmes d'eau salubre et de gestion des déchets qui sont essentiels à la prévention de nouvelles infections.

« La meilleure façon dont nous pouvons aider les enfants, c'est de juguler Ebola tout en renforçant les systèmes de santé, a déclaré M. Fontaine. Nous devons rétablir la confiance des populations dans les systèmes de santé et offrir régulièrement aux communautés l'occasion d'obtenir les vaccins dont leurs enfants ont besoin pour rester en bonne santé ».

«Les vaccinateurs et les autres agents de santé qui sont en première ligne de cette lutte ont besoin de se sentir protégés pour pouvoir apporter leur aide indispensable dans le contexte d' Ebola, » a ajouté M. Fontaine.

Source: UNICEF

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×