La Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) à nouveau dans la tourmente

logo-ceni-1.jpg

Rien ne va plus dans la nouvelle Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), où des commissaires frondeurs fustigent la gouvernance de l’institution par le Président Bakary Fofana, qui en toute vraisemblance, pilote le processus électoral dans des conditions obscures, avec ses prises de décisions unilatérales au mépris des règles de fonctionnement, un manque de transparence dans la gestion des affaires qui fait d’ailleurs dire à l’opposition, qu’il roule pour le pouvoir.

Les commissaires frondeurs reprochent notamment à leur Président, le choix de la société Waymark comme opérateur technique chargé de la révision du fichier électoral, ce malgré les conclusions et les recommandations du dernier rapport accablant de l’OIF qui semblent ne pas être satisfaites et qui pourtant,  mettent à nu les défaillances du système Waymark, à pouvoir non seulement mener de façon convenable les opérations de révision des listes électorales conformément aux standards internationaux, mais aussi et surtout le manque de fiabilité quant aux procédures administratives nécessaires pour la traçabilité.

 

Dans un communiqué rendu public, lesdits commissaires estiment par conséquent, qu’au regard de tous ces griefs, ils ne se sentent pas concernés par ce choix de l’opérateur Sabary-Waymark, ainsi que toutes les autres opérations qui se sont déroulées dans les conditions obscures et non-transparentes.

 

Communiqué :

 

Notre institution se heurte à de sérieux problèmes de gouvernance qui se caractérisent par la prise de décisions unilatérales et la quasi institutionnalisation d’un mécanisme de travail fractionnel.

Cet état de fait a fini par créer un mur de suspicion entre le président de la CENI et nous. Donnant une impression d’être une instituions dirigée par des diarchies extérieures, donc une institution sous tutelle.

 

Le dernier fait en date concerne la problématique de la sélection de l’opérateur pour la révision du fichier électoral édité par SAGEM en 2010.

 

A l’occasion de plénier ordinaire du lundi 11 février, la question y a été introduite dans des conditions obscures et malsaines. Au cour de cette plénière, une frange importante de commissaires a soulevé pendant les débats, la question préjudicielle des conditions dans lesquelles le transfert des serveurs de la SAGEM situés dans les locaux du MATD a été effectué vers les serveurs de Waymark situé à la villa 43 de la cité des nations.

 

Les interrogations portaient sur : qui a fait le transfert ? Quand a- t-il eu lieu ? Comment a-t-il été effectué ?

 

Ces questionnements sont d’une extrême sensibilité étant entendu que le rapport de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) avait recommandé que le transfert soit fait en présence d’un comité composé de la CENI, des experts internationaux et de la classe politique.

 

Ces interrogations n’ont obtenu aucune réponse ni de la part du président de la CENI, ni de la part de ses complices de l’opération de transfert.

 

Par ailleurs sur tout un autre plan, le dernier rapport de l’OIF tant attendu a finalement été remis aux commissaires. Il ressort des conclusions que ‘’le système développé par l’opérateur Waymark n’est pas à ce stade achevé. Il reste à stabiliser et à finaliser. Il en est de même pour les procédures administratives nécessaires pour la traçabilité’’

Synthèse: BAYO Abidine

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×