La coopération franco-guinéenne/ une donne incontournable:

La France occupe de nos jours, une place de choix dans les relations de la guinée d’avec le reste du monde, malgré les vicissitudes de l’histoire. La nature de nos échanges a été déterminée en premier ressort, par les conséquences du référendum d’auto-détermination des peuples en 1958, initié par la France et qui a vu la guinée, opter pour l’indépendance dite totale, qui supposait la non appartenance à la communauté française. La suite des événements est connue de tous et l’on continue de subir les méfaits de l’orientation politique dans lequel, on s’est alors, engouffré. Le destin a voulu que la guinée soit une colonie française parmi tant d’autres et les rapports de subordination et de dépendance que cela implique, au lieu d’être occultés, doivent plutôt être pris en compte et appréhendés, avec une vision réaliste, afin d’en tirer le meilleur profit, dans cette dynamique positive engendrée par la mondialisation, car notre survie en dépend. On a eu en guinée, la maladresse de supposer que, forts de nos potentialités, par la dotation naturelle de notre pays en ressources, on est en droit d’exiger une hypothétique équité dans les termes de nos échanges avec les puissances occidentales. Il s’avère pour autant que ces ressources, aussi immenses soient-elles, ne sont que virtuelles en l’état, car on ne dispose, ni de capitaux suffisants, ni d’expertise technique viable, pour leur mise en valeur. La rupture des relations qui en a découlé, boostée par la politique anti-colonialiste et anti-impérialiste du régime de Sékou Touré, dont le système et les mécanismes de gestion, ont par ailleurs vu, leur prolongement sous le règne du général Conté, dans leurs pratiques courantes, a contribué à forger un sentiment de haine et de mépris, à l’égard de la France qui, il faut le reconnaître, ne s’est aussi, pas donné assez de peine pour redorer son blason auprès de l’opinion publique guinéenne. Les autorités françaises, sans se soucier des attentes de l’innocent peuple de guinée, ont le plus souvent, agit dans le sens de la préservation de leurs intérêts, par leurs attitudes de complaisance envers les dirigeants de notre pays. M. Jacques Chirac, n’a-il pas été, le premier président à envoyer un message de félicitations au général Conté, lors des dernières élections présidentielles, malgré le climat de suspicions qui a entouré ces consultations. Et pourtant, sans prétention aucune, de faire une certaine apologie de notre coopération, la France comme on le sait, demeure de nos jours, le premier partenaire bilatéral de la guinée. A ce jour, les principaux partenaires bilatéraux de la guinée et leurs domaines d’intervention sont : - Allemagne : éducation, santé et eau ; - Canada : enseignement technique et formation professionnelle, renforcement de la gouvernance et développement rural, micro-projets ; - Japon : pêche, eau et éducation ; - Etats-Unis : secteur privé, santé-sida, éducation et gouvernance, développement rural et environnement, via exclusivement les ONG américaines. La France quant à elle, est devenue, le premier partenaire bilatéral de la Guinée. L’aide publique au développement française (APD) est essentiellement orientée vers le développement rural, les infrastructures et l’éducation. Cependant, l’accumulation d’impayés par la Guinée, a conduit à la baisse progressive de l’aide à l’Etat, ce qui a entraîné l’arrêt de nombreux projets réducteurs de pauvreté. L’évaluation de l’aide publique française à la Guinée a aboutit aux principales conclusions qui sont les suivantes : - la politique de coopération a fait preuve d’une forte cohérence, mais certains risques inhérents aux contraintes locales ont été insuffisamment pris en compte. - Le bilan des interventions sectorielles montre des progrès significatifs dans différents secteurs, notamment en matière de développement rural, d’éducation et d’infrastructures ; - Les points forts de la coopération française ont été identifiés : constance dans les choix stratégiques prioritaires, contribution à l’émergence de la société civile, importance accordée à la formation et au renforcement des capacités. - Parallèlement, des faiblesses ont été relevées : trop grande dispersion des actions, faible impact des actions sur les intérêts économiques français. Dans son document cadre de partenariat (DCP 2006-2010) avec la guinée, il a été défini des priorités de développement pour la matérialisation de cette coopération. Dans le domaine de l’éducation, l’objectif de l’intervention française, dans le programme sectoriel multi-bailleurs dénommé Education Pour Tous (EPT) est : -l’amélioration de l’accès à l’école (programme d’infrastructures), - l’amélioration de la qualité (programme de formation à l’intention de tous les acteurs), - l’amélioration de la gestion du système scolaire (gestion des personnels, renforcement de l’évaluation et du contrôle, pilotage de la politique). Dans le souci d’améliorer la qualité des enseignements, une attention sera apportée à la qualification des enseignants en français, outil indispensable de la transmission des savoirs. Le développement agricole étant quant à lui, l’un des moteurs de la lutte contre la pauvreté en Guinée : les agriculteurs représentant 61% de la population, mais constituant 80% des pauvres, alors que le potentiel agricole non mis en valeur est considérable, l’aide extérieure est nécessaire à la modernisation de l’agriculture guinéenne, car les systèmes traditionnels de production ne peuvent répondre aux défis majeurs à relever : production en quantité pour assurer la sécurité alimentaire du pays, création de richesses et gestion durable des ressources. Les interventions de l’aide française dans ce domaine, consisteront en la formulation des politiques sectorielles en cohérence avec les politiques régionales de l’UEMOA et de la CEDEAO, l’accompagnement des acteurs du monde rural dans leur dynamique de professionnalisation, sur le terrain comme auprès des organisations fédératives et à l’accroissement du potentiel hydro-agricole dans un souci de développement durable. Pour la France, ne pas intervenir dans le secteur de l’eau en Guinée, considéré comme le « château d’eau de l’Afrique » eût été paradoxal. Ses interventions s’intégreront donc dans l’engagement de la France et de la Facilité Eau de l’Union Européenne pour favoriser l’accès à l’eau potable. A cet objectif, s’ajoutera l’énorme défi d’améliorer l’assainissement urbain de la capitale et des grandes villes de province et la réalisation d’actions dans le secteur des infrastructures, notamment en matière d’aménagement urbain et de transports, la santé ou l’environnement. En complément des actions menées en matière d’agriculture, d’eau et d’assainissement, un appui institutionnel au secteur de l’environnement aura pour objet d’aider la Guinée à se doter d’une politique adaptée aux enjeux pour mieux se positionner dans les instances internationales lors des négociations sur les conventions (changements climatiques, biodiversité) en permettant une meilleure connaissance du potentiel de développement offert par les accords environnementaux et de s’impliquer dans les cadres sous-régionaux de gestion durable des ressources partagées. Coté infrastructures, le renforcement, la réhabilitation ou l’extension des moyens de communication, le renforcement et la réhabilitation du secteur électricité, dont la pénurie, constitue un frein reconnu à la croissance, devront être envisagés avec les outils financiers appropriés et en concertation avec les institutions de breton woods. Dans le domaine de la santé, l’aide française se concentrera, aux côtés d’autres partenaires (Banque mondiale, Commission Européenne, etc.), sur l’actualisation et la mise en œuvre du Plan National de Développement Sanitaire et particulièrement pour ce qui est de la lutte contre le SIDA, en mettant un accent particulier (expertise, formation) pour aider la Guinée à disposer des capacités lui permettant de mieux gérer les subventions allouées. L’un des problèmes majeurs de la guinée est sans conteste, la gouvernance, dont la faiblesse du cadre institutionnel et humain constitue, le facteur clef du retard de son développement. Pour ce faire, l’aide française, qui est une des rares à s’intéresser à ce secteur, continue à aider le pays à achever sa conversion à l’économie libérale de marché et au pluralisme démocratique en appuyant l’élaboration des politiques publiques et le renforcement des capacités institutionnelles de ses partenaires, avec un besoin impératif de modernisation et d’amélioration de ses capacités de gestion de l’administration. Pour l’aide française, la société civile que sont les acteurs non gouvernementaux (ONG, collectivités locales, organisations professionnelles, coopérations décentralisées) doit bénéficier des actions dont le but est la professionnalisation (formation, valorisation des compétences, maîtrise d’ouvrage), et d’accompagner leur structuration (mise en réseau, concertation) afin d’améliorer leur représentativité. Par ailleurs, les actions menées en faveur du développement des médias permettront une meilleure participation à l’amélioration de la gouvernance du pays. Dans une perspective de modernisation de l’enseignement supérieur, et en concertation avec le Programme EPT et la Banque mondiale, l’aide française contribuera à la rénovation de ce secteur, à travers la mise en place de formations professionnalisantes (licences professionnelles) adaptées aux besoins, le rajeunissement et la qualification du corps des formateurs, ainsi que la revalorisation des diplômes et des formations. La recherche scientifique, sera orientée vers le développement rural du pays dans les secteurs agronomique, zootechnique et halieutique et en facilitant l’insertion de la recherche nationale dans la communauté scientifique régionale et internationale. Parallèlement aux actions de la Commission Européenne, l’aide française contribuera à la vie culturelle du pays en promouvant les expressions culturelles locales et en favorisant les échanges avec le monde francophone à travers le Centre Culturel Franco-Guinéen qui a pour charge la mise en œuvre de cette politique, en liaison avec les autres structures existant en Guinée (Maisons des jeunes, centres culturels). En conclusion, il ressort que, malgré les énormes difficultés auxquelles la Guinée est en ce moment confrontée, il est permis d’espérer une meilleure conjoncture dans les années à venir, sous réserve du respect des critères de gouvernance tant politiques qu’économiques et de l’amélioration des services publics marchands (électricité, eau, télécommunications) et ce, pour plusieurs raisons : reprise des actions de la Commission Européenne et avec les Institutions financières internationales (FMI et BM) ; situation du marché mondial des matières premières qui offre des perspectives en investissements lourds, à court terme dans le secteur aurifère, à moyen terme dans les secteurs de la transformation de la bauxite et à long terme dans la production de fer en Guinée Forestière, sans oublier les grands ouvrages à caractère régional, notamment les barrages hydro-électriques. Le démarrage de ces projets devrait avoir un effet direct et significatif sur l’accélération de la croissance et la réduction de la pauvreté. Mais pour l’instant, le retard économique et social du pays, et les conditions de vie des Guinéens, contribuent à renforcer, notamment parmi les jeunes, un flux migratoire susceptible d’alimenter des filières d’immigration clandestine en Europe avec leurs conséquences positives et négatives. Bayo Abidine: Posté le 26 juin 2007

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×