POUR QUE SONNE LE GLAS:

A la faveur de la tenue prochaine d’élections législatives, prévues initialement au mois de juin 2007 et qui ont été reportées, suite à la rencontre du premier ministre lansana Kouyaté avec les représentants des partis politiques, l’on est en droit d’exiger de l’ensemble des parties prenantes au processus d’évolution historique de notre pays, en cette phase cruciale de renouveau et de dynamisme probants, une vision réaliste et concertée, en ce qui concerne les orientations politiques, économiques et sociales. L’objectif de cette rencontre, est la détermination du cadre réglementaire et la définition des modalités de l’organisation matérielle de ces consultations, toutes choses, susceptibles de créer un climat de confiance et d’atténuer les ardeurs contestataires. La rénovation de la vie politique dans notre pays, plus qu’une nécessité, s’impose comme une condition incontournable, pour espérer sans illusions, des lendemains meilleurs. Pour atteindre cet objectif ambitieux, la rupture totale, pour emprunter le fameux thème de campagne de M. Nicolas Sarkozy, d’avec les méthodes archaïques génératrices de chaos structurel entretenu par la manie du clientélisme et du favoritisme, est plus que d’actualité. Il est vrai que la réalité en France est différente de celle que nous connaissons en guinée ; Il n’en demeure pas moins que la notion de rupture, puisse être extrapoler au cas guinéen, si elle est synonyme de remise en cause profonde des pratiques néfastes et de prise de conscience des enjeux qui nous interpellent. L’exaspération des rancœurs en guinée est telle, qu’elle cautionne les prises de position partisanes au détriment de l’harmonisation et de la convergence des idées, empruntes, de la diversité des sensibilités. La responsabilité de nos maux et tares, à y regarder de près, se situe à tous les échelons de la hiérarchie sociale. La mauvaise gouvernance et son corollaire d’arbitraires a fait pas mal de victimes innocentes, qui ont le plus souvent, payé de leur intégrité physique et morale, leur noble et légitime volonté de changement. La phase transitoire qu’entame actuellement le pays, aurait dû être amorcée, avec pour préalable, la justice et la réconciliation, en passant par la tenue d’une conférence nationale, comme ça a été le cas dans plusieurs pays sortant de crise chronique du genre, afin de reconnaître les torts causés au peuple martyre de guinée et surtout, par devoir de mémoire, pour que ne soit plus jamais, un climat de tensions permanent, favorisé par le laisser-aller et l’impunité la plus totale. Seulement, l’abracadabrantesque situation guinéenne est telle que, pareille entreprise aurait été synonyme de règlements de comptes, qui nous auraient plongé, dans une sorte d’imbroglio politico judiciaire. Il n’y avait donc aucun intérêt à, comme dirait-on, déterrer la hache de guerre ou à réveiller les morts. Hommage aux victimes oblige, il serait néanmoins irresponsable de mettre une croix sur le passé aussi douloureux soit-il. Le mal est fait, mais faudrait-il pour ne plus revivre ces atrocités, situer les responsabilités, afin de corriger les manquements et se prémunir de gardes –fous constitutionnels et réglementaires dans l’exercice de l’autorité publique. Le temps de la barbarie est révolu. L’intimidation et la répression sont l’arme des régimes à bout de souffle. Le régime du général CONTE se situe dans un engrenage qui causera inéluctablement sa perte. En témoigne le renouveau qui s’annonce avec la nomination de Lansana Kouyaté au poste de premier ministre et la constitution d’un gouvernement dit de consensus. Seulement, il est dommage que les guinéens s’attardent à comprendre que, l’occasion nous est donnée, plus que jamais de saisir cette opportunité pour mettre les bases d’une démocratie véritable, dont les acquis sociaux et institutionnels permettront l’envol économique tant souhaité. Pour ce faire, les acteurs politiques, les organisations syndicales et la société civile doivent tous concoururent, à l’instauration d’un climat de dialogue permanent et d’écoute mutuelle afin de mener à bien cette période sensible de transition pleine d’embûches. L’heure n’est plus à la lutte des clans. On n’a que trop souffert en guinée. Il est donc grand temps de mettre fin aux mesquineries, en s’investissant volontairement, de façon consciente et efficiente, chacun à son niveau et selon ses moyens, à l’émergence d’idées novatrices et de critiques constructives. La réussite ou l’échec du premier ministre, dans son gigantesque entreprise de reconstruction et de refondation du système, dépendra sans nul doute, de chacun de nous, en ayant à l’esprit que pour que vive la guinée, nous devons nous donner la main et marcher tous ensemble. BAYO Abidine: Posté le 15 juin 2007

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×