La Guinée veut tripler sa capacité de production de bauxite d'ici à 2020

mohamed-lamine-fofana-ministre-guineen-mines.jpg

Le ministre guinéen des Mines, Mohamed Lamine Fofana, a présenté aux investisseurs la stratégie de la Guinée en matière de bauxite et d’alumine. Pour renforcer son leadership en production de bauxite et sa filière transformation, la Guinée prévoit de tripler sa capacité de production pour passer de 7% de la production mondiale de bauxite aujourd’hui à 25% à l’horizon 2020.

L’annonce a été faite à Miami à la 19ème conférence Bauxite et Alumine, dans le cadre du programme de promotion des investissements « Invest in Guinea ».

Depuis janvier, le Ministre Fofana effectue une série de déplacements à l’étranger pour promouvoir le potentiel et l’attractivité du secteur minier guinéen.

La Guinée détient deux-tiers des réserves mondiales de bauxite (41 milliards de tonnes), avec une haute teneur en alumine (entre 40% et 53%).

Trois sociétés opèrent aujourd’hui en Guinée, totalisant une production annuelle de bauxite de 17 millions de tonnes. Huit projets sont en développement, représentant un montant total d’investissement de 24 milliards de dollars, et visant la production annuelle de 61 millions de tonnes de bauxite et de 16-20 millions de tonnes d’alumine d’ici 2016-2017.

Récemment, la Compagnie des Bauxites de Guinée (CBG) a signé avec Mubadala (Emirats Arabes Unis) un contrat d’approvisionnement à long terme.

L’accord doit permettre l’expansion de la capacité de production de la CBG pour atteindre 20 millions de tonnes par an.

Par ailleurs, le Gouvernement a signé un accord avec Rusal (Russie) pour le développement de la mine de Dian-Dian. Prévu en trois phases, le développement doit permettre d’atteindre une production annuelle de 3 millions de tonnes en 2015, et 6 millions en 2019, ainsi que la construction d’une raffinerie d’alumine d’ici à 2019 pour produire 1,2 millions de tonnes d’alumine par an.

Le contexte actuel – évolution de la demande chinoise sur les cinq prochaines années, et décision de l’Indonésie d’interdire à partir de 2014 l’exportation de la bauxite non transformée – pourrait bénéficier à la Guinée et renforcer sa position de leader sur le marché international.

Depuis la transition démocratique de 2010, le pays opère une transformation en profondeur de son économie. L’actuelle dynamisation du secteur minier, qui avait été marqué par des années de stagnation et de mauvaise gouvernance, est hautement stratégique pour la Guinée.

Elle doit permettre aux populations de profiter enfin de leurs ressources naturelles pour améliorer leurs conditions de vie. NOTES .

Depuis 2010, pour soutenir le développement économique du pays, la Guinée a fait le choix de partenariats à long terme gagnant-gagnant avec les investisseurs, et amélioré le climat des affaires : lutte contre la corruption, assouplissement du cadre fiscal, mise en place d’un cadre légal stable et transparent.

. Le Gouvernement a envoyé un signal fort dans ce sens en améliorant le Code minier adopté en 2011. Suite à une série de consultations avec les acteurs économiques, les autorités guinéennes ont décidé d’assouplir le régime fiscal pour consolider la compétitivité de la Guinée sur le marché mondial des matières premières.

Favorables aux entreprises, les nouveaux amendements doivent être très prochainement adoptés.

Transmis par le Bureau de Presse de la Présidence

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×